Nadia Murad appelle les USA à agir pour rendre justice aux Yézidis

0
1280

Sept ans après le génocide yézidi commis par DAECH, les survivants qui sont restés au Kurdistan du Sud, dans le nord de l’Irak, vivotent dans des camps de fortune, désespérés de voir que personne ne se préoccupe de leur sort, que la Turquie veut éradiquer les Yêzidis kurdes en attaquant Shengal. La majorité d’entre eux disent qu’ils n’ont plus d’avenir dans la région et espèrent se réfugier en Europe…

C’est dans ce contexte que Nadia Murad, lauréate du prix Nobel de la paix et ancienne esclave de DAECH, a exhorté l’administration Biden à intervenir pour la reconstruction de Shengal et le jugement des auteurs de crimes de guerre et crime contre l’humanité commis contre les Yézidis depuis 2014.

Plus tôt cette année, lors de la cérémonie funéraire pour plus de 100 victimes yézidis de massacre commis par DAECH dans ma ville natale de Kocho, Sinjar, en Irak, les membres de ma communauté m’a demandé de prononcer un discours. Je pleurais mes frères Masud et Basee et j’ai été submergée par les souvenirs du jour où ils ont été assassinés sans raison en 2014, le même jour où mes sœurs, nièces et moi avons été emmenées en captivité pour être vendues comme esclaves sexuelles. J’avais envie de me concentrer uniquement sur le repos de mes frères, mais je savais pourquoi ma communauté m’avait demandé de parler.
 
Contrairement aux forums internationaux de plaidoyer, mes amis et voisins de Kocho ne voulaient pas que je répète et revive mon expérience en captivité de Daech. Mon histoire n’est pas exceptionnelle dans la communauté yézidie. Nous sommes une petite minorité ethno-religieuse indigène du nord de l’Irak qui a historiquement été reléguée aux marges de la société irakienne. L’Etat islamique a exploité cette vulnérabilité pour tenter d’éradiquer la foi yézidie, ainsi que d’autres minorités ethniques et religieuses.
À la suite du génocide de l’Etat islamique, tout le monde dans ma communauté a perdu des maisons, des parents et des libertés . En fait, je suis considéré comme relativement chanceux d’avoir pu enterrer mes frères. Des milliers de familles ont des êtres chers qui sont toujours portés disparus en captivité ou qui n’ont pas été exhumés dans des fosses communes . Ils peuvent ne jamais recevoir la clôture d’un enterrement honorable.
 
Le jour de la cérémonie, ma communauté avait besoin d’entendre que les Yézidis recevront justice. Ils devaient savoir que les innombrables autres fosses communes de Sinjar seront exhumées avant qu’il ne soit trop tard, que les 2 800 femmes et enfants disparus en captivité seront sauvés et que les criminels de l’Etat islamique seront jugés devant les tribunaux.
 
Je me suis adressée à la foule en deuil et j’ai parlé de la poursuite du combat pour la justice . Cependant, j’étais parfaitement consciente que ce n’était pas moi qui devais tenir cette promesse de justice. La communauté yézidie a besoin d’un engagement de la part des autorités nationales et internationales qui ont le pouvoir d’agir – les mêmes entités qui louent les principes des droits de l’homme mais s’abstiennent d’agir lorsqu’elles sont appelées à les défendre.
 
En mai, j’ai présenté le plaidoyer de ma communauté en faveur de la justice au Conseil de sécurité des Nations Unies où l’Équipe d’enquête pour promouvoir la responsabilité des crimes commis par Daech/EIIL a présenté « des preuves claires et convaincantes que les crimes contre le peuple yézidis constituaient clairement génocide. »
 

J’ai plaidé dès 2017 avec mon amie et avocate Amal Clooney pour la création de l’UNITAD, qui a réussi à recueillir des témoignages de première main, des preuves médico-légales et des dossiers d’ISIS. Mais comme Clooney l’a dit aux États membres de l’ONU, « l’enquête a toujours été censée être le début et non la fin. »

Avec des preuves documentées selon les normes internationales, il ne reste plus qu’à trouver la volonté politique d’engager des poursuites. Je crains que les Yazidis ne reçoivent que des promesses vides. Les survivants ont risqué la honte et la stigmatisation pour partager leurs expériences de violence sexuelle dans l’espoir que les autorités tiennent leurs agresseurs responsables. Les survivants comme moi revivent leur traumatisme non pas simplement pour obtenir une justice personnelle, mais parce que nous croyons que la responsabilisation empêchera les militants de continuer à utiliser la violence sexuelle comme arme de guerre. Malgré d’innombrables audiences de l’ONU, la communauté internationale a négligé d’établir un plan clair pour les procédures judiciaires.

 
La justice est plus qu’un principe juridique abstrait. Elle affecte concrètement notre vie de tous les jours. L’anniversaire imminent du génocide des Yézidis le 3 août marquera la septième année depuis que l’Etat islamique a systématiquement attaqué la communauté yézidie en Irak. Pour être parfaitement clair, c’est la septième année depuis le génocide a commencé . Cela ne prendra pas fin tant que tous les Yézidis ne seront pas en mesure de vivre dans un environnement sûr et digne.
 
Des vies yézidies ont été détruites en 2014 parce que les gouvernements d’Irak et de la région du Kurdistan, ainsi que la communauté internationale, ont négligé leur responsabilité de protéger les personnes vulnérables. L’intention de l’Etat islamique de commettre un génocide contre les yézidis n’aurait pas pu être plus claire. Les appels à l’aide de ma communauté n’auraient pas pu être plus urgents. Malgré cela, personne n’est venu à notre secours.
 
Chaque année, à l’occasion de l’anniversaire du génocide, les Yézidis ressentent à nouveau cet abandon. Chaque jour, une femme yézidie subit l’esclavage sexuel, un enfant ne peut pas retourner à l’école et une famille ne peut pas gagner de revenus, cela nous rappelle ce qui nous a été pris et le peu qui a été fait pour le restaurer.
 
Près de sept ans plus tard, ma communauté est toujours dans les limbes sans les ressources nécessaires pour reconstruire ses maisons, ses hôpitaux, ses fermes et ses écoles à Sinjar. Contrairement à de nombreuses autres populations déplacées dans le monde, les yézidis ont une opportunité réalisable de rentrer chez eux et de se reconstruire. Cela nécessite des investissements dans les services et les infrastructures de base de Sinjar, l’amélioration de la sécurité et de la gouvernance locale de la région et l’inclusion des survivants à chaque étape du processus. Nous ne méritons rien de moins.
Condamner les auteurs de l’EI pour des crimes de génocide et de violence sexuelle avec toute la force de la loi est crucial pour la capacité de ma communauté à guérir, à reconstruire et à se protéger contre de nouvelles persécutions. La violence se répète lorsque l’impunité est acceptée. Les Yézidis ont subi des cycles de marginalisation, de persécution et de violence pendant des siècles. Les agresseurs marchent toujours en liberté. Pour briser ce cycle, les tribunaux doivent envoyer le message que la violation de nos droits est inacceptable.
 
Une législation établissant des tribunaux spéciaux pour poursuivre l’EI a récemment été introduite dans les gouvernements national irakien et régional du Kurdistan. Pour que ces tribunaux contribuent de manière significative à la justice et à la réconciliation, les auteurs doivent être jugés pour génocide et violences sexuelles, qui traitent la gravité de leurs crimes de manière plus appropriée que les chefs d’accusation de terrorisme. La foi de la communauté yézidie dans le processus judiciaire repose sur l’inclusion des survivants et la surveillance des juges internationaux. Sans pression multilatérale, cette nouvelle législation risque de prendre de la poussière au milieu de la pile d’accords destinés à améliorer la sécurité et la gouvernance de Sinjar mais jamais vraiment mis en œuvre.
 
 
La nouvelle administration Biden a l’opportunité de mener les prochaines étapes décisives sur la voie de la justice. Si les États-Unis veulent stabiliser la région et aider durablement les communautés qu’ils ont promis de protéger, ils utiliseront leur pouvoir diplomatique unique pour résoudre la discorde politique qui entrave la justice et la réconciliation. Si l’administration veut faire preuve d’un véritable leadership mondial en matière de droits humains, elle soutiendra les poursuites pour génocide et violences sexuelles aux niveaux national et international. Si les Américains veulent protéger la liberté religieuse dans le monde, ils prendront position pour les Yézidis.
 
Nadia Murad est une militante yézidie des droits humains et lauréate du prix Nobel de la paix 2018, qui défend les survivants de violences sexuelles et de génocide. Elle est ambassadrice de bonne volonté de l’ONUDC et fondatrice de Nadia’s Initiative.d

La version anglaise de la lettre de Nadia Murad est ici

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici