Les Palestiniens et les Kurdes, deux peuples au destin tragique

0
750
Alors que le conflit israélo palestinien s’est de nouveau invité au devant de la scène internationale, certains se demandent de quel côté les Kurdes, le plus grand peuple apatride au monde, se rangent face à ce conflit. Les Kurdes sont pour l’autodétermination des peuples et n’appellent pas à l’anéantissement d’un peuple à cause de sa religion ou son identité ethnique, chose très fréquente au Moyen-Orient où les Kurdes ont payé le plus lourd tribut en la matière…
 
La journaliste et amie du peuple kurde, Sarah Glynn apporte quelques précisions pour les esprits confus:
 

Deux peuples du Moyen-Orient luttent pour leur survie contre des puissances coloniales fascistes. Tous deux sont confrontés à l’indifférence égoïste de la soi-disant « communauté internationale » à l’égard de leur sort, et tous deux en appellent à la solidarité internationale des citoyens ordinaires du monde entier, seule force capable de faire basculer les pouvoirs qui pèsent sur eux. Mais la solidarité entre les deux peuples eux-mêmes est embourbée dans la confusion. Il s’agit d’une confusion délibérément entretenue par les puissances qui les oppriment, et sortir de cette confusion est un élément vital de la lutte pour les Kurdes et les Palestiniens.

Les deux peuples sont attaqués par un État puissamment armé, déterminé à les anéantir, eux et leur culture. Tous deux ont été confrontés à des déplacements massifs visant à briser leur volonté et à réaliser un « nettoyage ethnique ». Tous deux ont vu leurs villes subir des attaques militaires de grande envergure qui ont fait de nombreuses victimes civiles et laissé un héritage de traumatismes mentaux. Tous deux ont vu le système juridique utilisé comme un moyen supplémentaire d’attaque, alors que la violence à leur encontre est non seulement tolérée mais encouragée. Tous deux ont subi la destruction délibérée de leur environnement par des puissances qui considèrent qu’il s’agit d’une arme de guerre comme une autre et qui contrôlent les rivières qui leur donnent vie. (Les deux peuples ont pleuré des oliviers et des êtres chers). Et les deux peuples ont été délibérément considérés comme des parias aux yeux de la population.

Les deux peuples ont été laissés à la merci d’occupants hostiles à la suite de décisions prises par les grandes puissances impériales du monde, et les dirigeants de ces puissances refusent même aujourd’hui de reconnaître leurs actes de résistance.

 

Le carnage de cette semaine en Palestine fait suite à l’intensification des mesures de répression prises par un gouvernement ethno-nationaliste de plus en plus à droite et par les nationalistes encore plus extrêmes qu’il encourage. Le déclencheur immédiat a été l’expulsion imminente de familles palestiniennes dans le cadre de l’effacement de Jérusalem-Est palestinienne. L’une de ces familles, dont les années de résilience et de lutte ont été diffusées dans le monde entier, porte le nom d’El Kurd – un témoignage de ses origines au Kurdistan. Au fil des siècles, de nombreux Kurdes ont élu domicile en Palestine et, bien que l’origine ethnique ne change rien à la justesse de leur cause, ce lien rappelle une fois de plus que les deux peuples mènent le même combat contre l’oppression. Mohammed el-Kurd a écrit : « Nous chantons notre liberté tandis qu’ils [les nationalistes israéliens] chantent notre mort ».

Les Kurdes plus engagés politiquement, comme les dirigeants du HDP, comprennent parfaitement la nécessité de « soutenir le peuple palestinien opprimé », mais il est à la fois déprimant et inquiétant de voir les débats entre Kurdes sur la question de savoir s’ils doivent ou non soutenir les Palestiniens, ainsi que l’antagonisme de certains Palestiniens envers les Kurdes. Il n’en a pas toujours été ainsi. L’Organisation de libération de la Palestine – en particulier ses factions marxistes, le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et le Front démocratique de libération de la Palestine – a joué un rôle majeur dans l’entraînement des guérilleros du PKK, et 13 cadres du PKK ont perdu la vie dans la lutte contre l’occupation du Liban par Israël en 1982. (Bien que nous devions également reconnaître, car la vie réelle n’est jamais simple, que le FPLP a malheureusement été recueilli par Saddam Hussein).

Tant Israël que la Turquie tentent d’exploiter chaque situation pour leurs propres intérêts. De nombreux Israéliens considèrent les Kurdes comme le reflet de leur propre image soigneusement entretenue de l’outsider courageux luttant pour sa survie contre vents et marées, d’autant plus que les Kurdes ont vaincu DAECH et se défendent contre un régime qui se vante de ses références musulmanes. Une association avec les Kurdes est considérée comme une source de bonnes relations publiques, et les Israéliens aiment brandir le drapeau du Kurdistan (dans le nord de l’Irak). Israël a également soutenu activement les Kurdes d’Irak pendant de nombreuses décennies, les considérant comme un contrepoids important à la puissance arabe, et ils ont été le seul pays à accueillir le référendum d’indépendance organisé par les Kurdes irakiens en 2017.

 

Certains Kurdes ont été trompés par cette démonstration d’amitié opportuniste, parvenant d’une certaine manière à oublier le fait qu’Israël considère le PKK comme des terroristes et qu’il est communément admis qu’il a joué un rôle dans la capture d’Abdullah Öcalan, et qu’ils ont développé de fortes relations opportunistes avec l’Azerbaïdjan, dont Israël est un important fournisseur d’armes. Les drones israéliens ont joué un rôle crucial dans la récente guerre brutale contre les Arméniens du Haut-Karabakh, et ils ne risquent pas de mettre en péril leurs relations avec l’Azerbaïdjan, ou leurs relations mouvementées avec la Turquie, en reconnaissant le génocide arménien.

L’hypocrisie de l’Israélien Benjamin Natanyahu n’a d’égal que celle du président turc Erdoğan, qui n’a pas ménagé ses efforts pour se placer à la tête du monde musulman et gagner le soutien des opprimés de l’Islam. Selon l’agence de presse turque Andalou, l’imam de la mosquée Al Aqsa, qui a été prise d’assaut à plusieurs reprises par les troupes israéliennes, a remercié Erdoğan pour ses discours « précieux » ; mais l’agence rapporte également que la Turquie a révoqué l’invitation faite au ministre israélien de l’énergie de participer à une conférence diplomatique internationale en juin. Avant que la Palestine ne refasse irruption sur la scène mondiale, Erdoğan reconstruisait les relations turco-israéliennes, même s’il devait être pleinement conscient de l’oppression croissante contre les Palestiniens. Erdoğan a poussé les liens commerciaux et militaires avec Israël dans le passé, et, malgré toute sa rhétorique, les relations commerciales avec Israël sont importantes et n’ont jamais cessé. En décembre, le conseiller présidentiel turc pour les affaires étrangères déclarait à Voice of America : « Les industries de défense de la Turquie et d’Israël peuvent aller de l’avant ensemble. » Toutes les choses qu’Erdoğan reproche à Israël de faire, il les fait lui-même contre les Kurdes.

Pour compliquer la situation, les principaux politiciens palestiniens d’aujourd’hui sont beaucoup plus proches de la Turquie qu’aux premiers jours du PKK, en particulier ceux du Hamas, qui contrôle Gaza ; mais il serait erroné de rejeter la lutte populaire de plusieurs décennies du peuple palestinien contre l’oppression israélienne parce que nous n’aimons pas les politiciens de Gaza ou de Ramallah. La lutte pour la liberté des Palestiniens est antérieure et transcende le Hamas et le Fatah. Sa force réside dans la résistance des gens dans les rues ou qui refusent de quitter leur maison, qui ont besoin d’un soutien sans faille. Pour les Kurdes qui ont fait l’expérience directe de formes intolérantes de politique islamiste et qui ont observé la proximité entre le Hamas et Erdoğan, les inquiétudes à ce sujet sont inévitables, mais leur soutien a une valeur supplémentaire car il peut contribuer à saper le récit islamiste qui divise, tant en Palestine qu’en Turquie. Il peut contribuer à renforcer la nature anticoloniale essentielle de la lutte palestinienne, et il peut également perturber les tentatives hypocrites d’Erdoğan de s’assurer un soutien en se présentant comme le véritable parrain des peuples opprimés.

Les liens entre les luttes palestinienne et kurde sont souvent absents du soutien international également. Il est également frappant de constater à quel point il est difficile pour les campagnes pro-kurdes d’obtenir ne serait-ce qu’une fraction du niveau de soutien dont bénéficient les Palestiniens. Les militants kurdes ont un long chemin à parcourir pour atteindre la conscience populaire qui a été atteinte pour la Palestine – ce qui ne veut pas dire, bien sûr, qu’il y a quelque chose à envier dans la position des Palestiniens.

Les images en provenance de Jérusalem et de Gaza suscitent une empathie générale et une reconnaissance croissante du droit des Palestiniens à résister. Mais, pour les plus engagés politiquement, la lutte palestinienne est également reconnue comme faisant partie de la lutte plus large contre les forces de l’impérialisme et du contrôle capitaliste qui ont généré et renforcé l’ordre mondial actuel et l’oppression qu’il a engendrée. Cette reconnaissance devrait s’accompagner de la prise de conscience de la nécessité de lier la lutte palestinienne à d’autres luttes contre ce système, y compris la lutte qui se déroule à proximité au Kurdistan.

Alors qu’Israël envoie des troupes à Gaza sous les projecteurs des médias, la Turquie poursuit son invasion du Kurdistan d’Irak presque inaperçue. Les forces turques continuent de larguer des bombes et des troupes sur les montagnes du Kurdistan irakien, promettant d’éliminer la guérilla kurde tout en rêvant d’une grande Turquie qui incorporerait de grandes parties de l’Irak et de la Syrie. Ils poursuivent également leurs tentatives d’imposer leur domination sur des zones de plus en plus étendues du nord de la Syrie, notamment en utilisant leur contrôle sur l’Euphrate pour priver toute la région d’une eau essentielle – un assaut très négligé sur lequel j’ai écrit plus en détail ici. À l’intérieur de ses propres frontières, la Turquie mène des opérations militaires à Dersim, notamment en allumant un feu de forêt qui brûle depuis cinq jours. Et, alors que nous attendons que le procès collectif du Parti démocratique des peuples (HDP) reprenne après le confinement, le bureau du parti à Ankara a été attaqué par des hommes lançant des pierres. Le HDP affirme que les caméras de surveillance montrent une inaction délibérée de la part de la police. Pendant ce temps, un mafieux condamné accuse les membres du gouvernement turc de corruption et de collaboration avec la mafia.

Les militants kurdes ont organisé un ensemble d’actions pour tenter d’attirer l’attention sur l’attaque contre leur existence qui a lieu sur tous ces fronts. Ces actions comprennent quatre semaines de manifestations devant le Conseil de l’Europe, et des protestations jeudi devant les consulats américains contre la prime qu’ils ont mise sur les têtes des leaders du PKK, ainsi que d’autres événements dans différentes villes en Europe et au-delà. Si l’accent est mis sur la guerre que la Turquie a lancée au Sud-Kurdistan, ces actions portent sur l’ensemble de l’agression turque, car les organisateurs comprennent que tout est lié.

Cependant, la réponse que ces actions obtiendront en dehors de la communauté kurde sera probablement limitée et elles passeront sous le radar de la plupart de ceux qui sont dans les rues pour la Palestine. Ce manque de connexion a un impact sur la force organisationnelle, et affecte la capacité à situer les deux luttes spécifiques comme faisant partie de la lutte plus large contre l’impérialisme et le capitalisme. Il est donc plus difficile de trouver des solutions radicales qui ne répètent pas les oppressions contre lesquelles les gens se battent. Ici, l’approche kurde, développée à partir des idées d’Abdullah Öcalan, peut apporter une contribution importante. Israël est un terrible avertissement de ce qui arrive lorsqu’un peuple opprimé cherche à échapper à son oppression en reproduisant les structures qu’il fuit. Le fait que les Juifs aient été autrefois les opprimés ne rend pas le nationalisme ethnique juif plus acceptable que les autres nationalismes ethniques. Pour Öcalan, ce problème exige un changement d’approche majeur. Un peuple ne peut trouver la liberté en créant son propre État-nation, ce qui le mettrait en position de domination sur les autres. La liberté vient de ce que tout le monde travaille ensemble pour construire une société inclusive basée sur une démocratie radicale.

Version en anglais peut être lue sur Medya news 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici