TURQUIE. Machines de chantier sur le charnier de Newala Qesaba contenant les restes des Kurdes

1
302
TURQUIE / BAKUR – Des machines de chantier ont commencé à creuser la vallée de Newala Qesaba où se trouvent un charnier abritant les restes de nombreux Kurdes tués dans les années 1980 – 1990 par le JITEM turc. On affirme que l’État turc veut y construire une académie de police où il y a aussi des charniers de l’époque du génocide arménien.
 
Newala Qesaba ou nevala kasaba, dans la région de Bitlis / Mutki, signifie la vallée des bouchers en kurde car elle contient des charniers abritant des corps des Arméniens tués lors du génocide du 1915 et ceux de centaines de Kurdes tués par le JİTEM turc (service de renseignements et antiterrorisme de la gendarmerie) dans les années 1990.
 

Selon l’Association des droits de l’homme, des creuseurs sont arrivés à Newala Qesaba (Vallée des Bouchers), l’immense charnier où sont enterrés au moins 300 guérilleros, dont l’un des principaux commandants du PKK, Mahsun Korkmaz (Egîd). Les machines ont commencé les fouilles dans l’est.

Aucune information sûre n’a pu être obtenue sur les raisons pour lesquelles les fouilles en cours sont effectuées, mais selon les recherches du journaliste Oktay Candemir, une académie de police doit être construite sur le site. La nouvelle des fouilles a suscité l’indignation de la société kurde. Les organisations de droit civil ont annoncé qu’elles allaient intenter une action en justice contre le « projet de construction ».

Newala Qesaba n’était pas seulement utilisée comme fosse commune depuis les années 1980. En 1915, les corps des Arméniens qui ont été assassinés lors du génocide des Jeunes-Turcs des peuples chrétiens de l’Empire ottoman y ont été enterrés. On ne sait pas combien de personnes ont été enterrées sur le site pendant le génocide. Plus récemment, la zone a été utilisée comme décharge.
L’approbation de ce lieu comme terrain à bâtir revient au compte du gouverneur de la province turque Osman Hacıbektaşoğlu, qui a également agi en tant que fiduciaire de l’administration de la ville depuis juin 2020. Les maires démocratiquement élus: Berivan Helen Işık et Peymandara Turhan avaient été destitués et arrêtés un mois plus tôt sur ordre du ministère de l’Intérieur. Ils ont été libérés peu de temps après, mais sont assignés à résidence depuis lors. L’inculpation dans le cadre de l’enquête préliminaire contre les deux hommes politiques du HDP pour «propagande en faveur d’une organisation terroriste», «appartenance à une organisation terroriste» et «humiliation de l’Etat turc, de ses institutions et organes» n’a toujours pas été finalisée.

 
Des centaines de civils et de membres du PKK ont été enterrés dans des fosses communes de la région de Botan après avoir été massacrés par des organes non officiels de l’État tels que JİTEM (unité de renseignement et antiterroriste de la gendarmerie) à partir des années 80.
 
Privées de cérémonies religieuses, certaines de ces personnes ont été jetées dans les décharges tandis que beaucoup d’autres ont été placées dans des fosses communes ouvertes par des ramasseurs appartenant aux municipalités de l’époque. Newala Qesaba est l’un de ces endroits qui a été un cimetière pour les Arméniens massacrés en 1915 et au moins 300 Kurdes assassinés à partir de 1984.
 

1 COMMENTAIRE

  1. Mr Erdogan n’est pas responsable des crimes commis pars des. Personnes qui ont vécus dans le siècle dernier.. Les. Sionistes israéliens européens américains font porter le. Chapeau 🤠 à MR Erdogan et la génération turque actuelles qui n’a rie à voir avec ces personnes…..

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici