La résistance contre la destruction des gorges d’Ikizdere

1
352

Le régime turc ne s’en prend pas qu’aux Kurdes et leur nature, il multiplie les projets écocides dans tout le pays où des résistances civiles voient le jour à la manière du pot de terre contre le pot de fer. 

TURQUIE – Depuis quelque temps, les habitants des villages autour de l’Ikizdere et de l’Eskencidere dans la province de Rize, au bord de la mer Noire, font la une des journaux par leur résistance. Avec des barricades et des veillées, ils luttent contre la destruction des gorges d’Ikizdere par la société Cengiz Holding, qui veut construire une carrière dans la région. Les villageois avaient auparavant été expropriés par décret présidentiel.

Cengiz Holding est l’une des sociétés connues sous le nom de « sociétés AKP » et dans lesquelles le président Erdoğan lui-même détient des parts. Ce n’est donc pas une coïncidence si l’entreprise est soutenue dans l’application de son projet par la police militaire turque, qui prend à plusieurs reprises des mesures contre les villageois.

Le député HDP Murat Çepni a rendu une visite de solidarité aux manifestants, car il voulait connaître la situation de première main :  « La vallée s’appelle Eskencidere. C’est une branche de la vallée d’Ikizdere. Les gorges d’Eskencidere relient deux villages et revêtent une importance particulière pour quatre localités. Il y a des plantations de thé dans cette région. En outre, des apiculteurs y ont leurs abeilles et produisent un type de miel particulier. L’eau potable des villages provient également de cette gorge. Les gens ici vivent de l’agriculture et de l’apiculture. Maintenant, une route doit être construite pour la carrière depuis l’entrée de la gorge jusqu’à la carrière. Il s’agit d’environ trois kilomètres. Avec la construction de la route, la forêt sera complètement détruite. L’eau sera également empoisonnée par les explosions de la carrière. La carrière s’étend du bord gauche au bord droit de la gorge. Même maintenant, alors que les travaux n’ont pas encore commencé correctement, le ruisseau est plein de poussière et de saleté. Lorsque les travaux commenceront vraiment, l’eau sera complètement sale et l’apiculture sera terminée. En outre, la faune de la vallée est en train d’être détruite.

Le basalte est une pierre dure et lourde, il faut donc d’abord le faire exploser puis l’adoucir. Ils disent qu’ils feront ces explosions en toute sécurité et qu’il n’y aura pas de poussière car ils mouilleront les surfaces. Mais tout le monde sait que ce n’est pas possible. Il y a aussi d’autres carrières dans la vallée et les conséquences sont claires pour tout le monde. Par exemple, il y a une carrière juste en face de ce village, près du village de Şimşirli et plusieurs autres plus loin sur la route. Les habitants savent bien ce que signifie la présence d’une carrière à proximité. Ils connaissent les dégâts causés par la poussière des explosions, les gravats et les camions qui se déplacent constamment. Avec la nouvelle carrière, toute la région va devenir un grand chantier de construction. Quelle que soit la façon dont on le regarde, ce projet va laisser place à une dévastation irréversible. »

Interrogé sur les liens entre Cengiz Holding et le régime, Çepni a déclaré : « Lorsque l’AKP est arrivé au pouvoir et est pratiquement devenu le ‘propriétaire’ de l’État, il a également créé son propre capital. La soi-disant ‘bande des cinq’ [sociétés] appartient en fait à l’AKP. Il s’agit en fait de sociétés appartenant directement au palais et dont Erdoğan est un partenaire. Donc quand nous critiquons ces entreprises, nous critiquons directement la politique du gouvernement. Car aujourd’hui, le mouvement écologique est devenu une partie directe de la lutte pour la démocratie. Cette lutte fait également partie de la lutte contre le fascisme ; c’est aussi une lutte anti-impérialiste. Pensons aux manifestations du mouvement écologique dans les monts Ida. Toutes les forces de l’ordre et de sécurité tentent d’ouvrir la voie à ces entreprises. Ce n’est rien d’autre qu’une politique de pillage pour soutenir laquelle des lois sont émises. C’est pourquoi nous disons que ces entreprises ne sont pas indépendantes du palais. »

Concernant la situation politique dans la région, Çepni, qui vient lui-même d’Ikizdere, a déclaré : « Dans cette région, l’AKP a reçu sa plus grande part de voix. C’est pourquoi la situation ici est particulièrement remarquable. Les gens ont personnellement fait l’expérience de beaucoup de choses en un court laps de temps : Ils voient les machines, les bulldozers et la police militaire et il est tout à fait naturel qu’ils se demandent : ‘Êtes-vous les soldats de l’État, du peuple ou d’une entreprise ? Vous avons-nous donné nos voix pour que vous puissiez démolir nos maisons au-dessus de nos têtes et nous affamer ? Les gens sont en colère et commencent à dire qu’ils ne devraient plus voter pour eux [l’AKP]. Les gens ont appris à connaître la politique et l’État à leurs dépens. Les forces de sécurité les ont attaqués et ont utilisé des gaz lacrymogènes contre les jeunes et les vieux. »

Çepni a souligné que les gens sont déterminés à ne pas abandonner leur combat et a annoncé que le HDP continuera à les soutenir.

ANF

1 COMMENTAIRE

  1. Il y a qu’une action possible c’est de ne pas aller voter et de convaincre tous de le faire.
    Est-ce possible dans votre pays?
    Le peuple a le pouvoir de changer les choses. Je sais c’est facile pour moi de vous écrire car je vis dans un pays démocratique avec des gens honnêtes à la tête de notre pays.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici