IRAK. Une délégation de l’ONU à Shengal

0
415

IRAK / KURDISTAN DU SUD – Une délégation des Nations unies en Irak, s’est rendue à Shengal pour des entretiens avec le gouvernement autonome yazidi alors que Bagdad, Turquie et les autorités kurdes d’Erbil semblent décidés à mettre fin à l’administration autonome yézidie.

Au cours des discussions entre la délégation de l’ONU conduite par Zohra Tabouri, coordinatrice de la Mission d’assistance des Nations Unies en Irak avec les représentants du Conseil autonome de Shengal (MXDŞ) et du Mouvement pour la liberté des femmes yazidies (TAJÊ), les développements politiques régionaux depuis l’accord dit de Shengal ont été abordés. Cet accord, signé en octobre sous la supervision de l’ONU suite aux pressions des États-Unis et de la Turquie, prévoit de confier à Bagdad et à Hewlêr (Erbil) toutes les responsabilités administratives, politiques et sécuritaires. La communauté yazidie, sur laquelle l’accord a été conclu, n’a pas voix au chapitre. Dans ce contexte, les Yazidis de Shengal refusent d’abandonner les structures d’autogestion et d’autodéfense qu’ils ont construites après le génocide commis par DAECH en 2014.

« Notre position contre l’alliance de l’État turc, du gouvernement central irakien et de la direction du PDK est claire. Nous rejetons fermement l’accord d’octobre. Nous avons informé la délégation que l’atmosphère calme à Shengal a été massivement perturbée par l’accord. Il existe ici de graves problèmes de sécurité qui n’existaient pas avant l’accord. De temps en temps, on peut même parler de conditions chaotiques » a déclaré Faris Herbo, responsable des affaires étrangères de l’administration autonome de Shengal.

Les habitants de Shengal ne voient aucun avantage pour les résidents ancestraux dans l’accord, a déclaré Herbo et a ajouté : « Ce n’est pas un accord qui pourrait profiter aux gens d’ici. Il s’agit uniquement des intérêts des forces qui sont derrière cet accord. »

Herbo a critiqué le fait que près de sept ans après que DAECH a commencé sa tentative de génocide des Yazidis, il y a toujours peu de soutien significatif au niveau de l’État pour le retour des familles déplacées, peu d’emplois sont créés, et les diplômés universitaires de Shengal n’ont aucune opportunité ou perspective pour une vie autodéterminée :  « Si ces problèmes suscitent déjà le désintérêt et qu’il n’y a toujours pas de programmes, à quoi sert l’accord de Shengal ? »

Le point central de la conversation entre le Mouvement pour la liberté des femmes yazidies et Zohra Tabouri était la situation des femmes et leurs problèmes, selon Neam Bedel, militante de TAJÊ. « Nous avons présenté à la délégation de l’ONU un certain nombre de propositions de solutions aux problèmes spécifiques aux femmes de Shengal. Un point important dont nous avons parlé était l’organisation des femmes qui ont été enlevées et ont survécu à la mort. Il a également été question des activités visant à libérer les femmes yazidies qui sont toujours en captivité », a expliqué Mme Bedel.

Elle a ajouté que le TAJÊ a demandé à la MANUI de soutenir le retour en toute sécurité des Yêzidis déplacés dans les camps de la région autonome du Sud-Kurdistan et de la région autonome du Nord et de l’Est de la Syrie. « Depuis l’accord entre Bagdad, Ankara et Hewlêr, la voie du retour est de facto fermée », a déclaré Mme Bedel. Elle a ajouté que Zohra Tabouri avait donné l’assurance qu’elle porterait les problèmes discutés à l’attention des Nations unies et du gouvernement irakien et qu’elle s’efforcerait de trouver une solution.

ANF

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici