Nouvelle guerre turque sur le front kurde et une facture turco-européenne non réglée

0
289
Pour tous ceux qui ont résisté et protesté en Europe pendant la guerre d’invasion du canton kurde d’Afrin, un projet de loi est resté en suspens depuis lors. Un projet de loi non réglé avec l’industrie militaire, les responsables de la bureaucratie et de la politique d’État et les partisans du fascisme turc.
 
Lorsque la Turquie a attaqué le canton d’Afrin dans le nord-ouest de la Syrie en janvier 2018, une énorme résistance a commencé, et pas seulement sur le terrain lui-même. En Europe aussi – en particulier en Allemagne – une phase de résistance créative, désintéressée et furieuse qui a duré près de deux mois a commencé. Quand Afrin a été occupé par la Turquie et ses mercenaires islamistes fin mars, beaucoup ont regardé en arrière la résistance dans les villes européennes avec des sentiments mitigés: d’une part, la certitude que leurs amis d’Afrin avaient été soutenus par des milliers d’actions, et de l’autre, le mécontentement de ne pas avoir empêché la guerre menée avec les armes et l’argent européens. A cette époque, beaucoup ont été surpris par l’ampleur des actions en Allemagne et ailleurs, et ainsi, malgré l’occupation d’Afrin, ils ont trouvé une certaine force pour la future résistance en Europe.
 
La guerre à Afrin continue à ce jour – pas seulement dans le petit canton du nord de la Syrie lui-même. L’occupation faisait partie d’un plan qui a commencé avec l’invasion de Jarablus, Azaz et al-Bab en août 2016 et se poursuit aujourd’hui avec l’opération militaire massive turque dans les régions du Kurdistan du Sud de Zap, Metina et Avashin. Depuis le 24 avril – le 106e anniversaire du génocide arménien – de violents combats entre les guérilleros du HPG et des milliers de soldats turcs, dont des centaines d’avions de combat, de drones et d’artillerie lourde, s’y déroulent. Des mercenaires islamistes syriens sont apparemment également déployés sur place. Le plan d’Erdogan et de son régime AKP-MHP envisage de créer une zone d’occupation de plusieurs dizaines de kilomètres de profondeur le long des 1 200 km de frontières turco-syriennes et turco-irakiennes. Quiconque sait comment les soldats turcs et leurs amis islamistes à Afrin ont assassiné, violé, fait chanter et expulsé systématiquement la population kurde locale depuis 2018 comprendra quand nous appelons cette zone planifiée une « zone de génocide ». Alors que l’occupation d’Afrin représente la pointe la plus à l’ouest de cette zone, la partie la plus à l’est de cette immense zone doit maintenant être occupée à Metina, Zap et Avashin.
 
Du point de vue de tous ceux qui ont résisté et protesté en Europe pendant la guerre d’Afrin, un projet de loi est resté en suspens depuis lors. Un projet de loi non réglé avec l’industrie militaire, les responsables de la bureaucratie d’État et de la politique, mais aussi les partisans du fascisme turc vivant en France, en Allemagne ou en Angleterre. Un projet de loi qui a depuis voulu être réglé. Maintenant – avec la guerre à Metina, Zap et Avashin – l’occasion est venue de faire exactement cela. Malgré le coronavirus, malgré trois longues années qui se sont écoulées depuis, et malgré le fait qu’aujourd’hui ce ne sont pas les YPG et YPJ, mais le HPG et YJA-Star qui résistent au fascisme turc.
 
La résistance prend de nombreuses formes, mais surtout elle a des objectifs clairs. Dans ce cas, la fin du fascisme turc. À cette fin, il est essentiel d’empêcher les bureaucraties d’État et les gouvernements d’Allemagne, d’Angleterre ou de France de continuer à soutenir Erdogan et son régime. Plus d’armes, plus d’argent et plus de messages d’apaisement politique de ces pays. Si cela se produit, la facture ouverte de la guerre d’Afrin sera réglée. Si cela se produit, nous avons tenu parole et rendu impossible la prochaine guerre au Kurdistan.
 
Toute personne en Europe qui n’est pas d’accord avec le soutien de leur gouvernement et de leurs États à la Turquie est désormais appelée à agir. De manière créative, désintéressée et avec colère. Dans la rue pendant la journée ou ailleurs la nuit. Pendant des jours durant quelques heures lors d’un rassemblement ou en continu devant les portes des usines d’armes, les maisons des secrétaires d’État ou dans les bureaux des banques qui accordent des prêts au fascisme turc. En tant qu’étudiant, mère ou travailleur. Et toujours avec la certitude que chaque expulsion, chaque rapport à la police et le verdict de chaque juge est la confirmation que vous avez effectivement et résolument soutenu la résistance contre le fascisme turc à Metina, Zap et Avashin.
 
Emine Şenyaşar mène une résistance dans la ville d’Urfa depuis plus de 50 jours. Cette mère réclame justice pour le meurtre de deux de ses fils et de son mari. Ils ont été assassinés par des proches du député de l’AKP Halil Yıldız. Mère Emine a promis de poursuivre sa grève de sit-in devant le palais de justice de la ville kurde de Riha, au nord du pays, jusqu’à ce que les meurtriers de ses fils et de son mari soient punis pour leurs crimes. Elle a fait de la résistance pour la justice sa vie. Avec sa protestation silencieuse, elle a éveillé la conscience et la solidarité de larges pans de la société. Si nous résistons en Europe aussi résolument et furieusement que la Mère Emine, nous rendrons impossible la guerre du fascisme turc dans le sud du Kurdistan. Ensuite, notre projet de loi ouvert avec les criminels de guerre à Berlin, Paris, Londres et Ankara sera enfin réglé.

 

Firaz Amargi pour ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici