Musique. Les Kurdes paient le prix du retard

0
138
Les musiciens kurdes Mehmet Atlı, Pervin Çakar et İbrahim Ethem Tüzer ont évoqué les problèmes auxquels sont confrontés les musiciens kurdes dans le contexte de la relation entre identité, culture et statut.
 
Parallèlement aux réalisations politiques au Rojava / Syrie et au Kurdistan du Sud / Irak, les Kurdes ont amélioré leur capacité à établir de nouveaux liens avec les réseaux culturels internationaux. Alors que de nombreuses institutions culturelles kurdes offrent une plateforme permettant aux nouvelles productions artistiques kurdes d’atteindre le monde, les Kurdes ont cherché à travailler dans le cadre d’un statut accepté au niveau international.
 
Même si les artistes kurdes ont amélioré et diversifié leurs expressions et activités artistiques au fil des ans, ils ont également été confrontés à de graves obstacles et problèmes lorsqu’ils se sont engagés dans le processus de création artistique pour les peuples et communautés opprimés.
 
Ces questions et préoccupations ont été soulignées par les musiciens kurdes Mehmet Atlı, Pervin Çakar et İbrahim Ethem Tüzer dans une interview accordée à Yeni Özgür Politika.
 
Les problèmes de production liés à la musique au Kurdistan sont particulièrement graves et multiformes. Mehmet Atlı, dans le contexte de l’identité, de la culture et du statut, déclare : « Honnêtement, je ne me vois pas en position de donner des conseils sur ces questions. Beaucoup de gens connaissent déjà les problèmes, les causes et les solutions. Dans le secteur de la culture, nous pouvons dire que les Kurdes sont « en retard » pour certains processus par rapport à d’autres communautés et langues dans le monde.
 
L’absence d’un État-nation kurde et leur position défavorisée dans les États-nations où vivent les Kurdes produisent les mêmes résultats en musique. Les principaux problèmes sont la prévention d’une opinion publique libre, les obstacles à la langue kurde et les problèmes de liberté-sécurité-stabilité au Kurdistan.
 
Les problèmes techniques et financiers sont les conséquences de ces macro-problèmes. La musique et les musiciens folkloriques paient également le prix de leur « retard » par rapport à la modernité. Le principal obstacle au développement de la musique kurde est l’absence d’un État-nation », a-t-il déclaré.
 
« En fait, les problèmes ne sont pas seulement liés à l’exécution d’un certain type de musique, mais aussi au développement de la musique kurde dans différents domaines qui n’ont pas été essayés auparavant », a également noté Pervin Çakar, la chanteuse d’opéra kurde.
 
Çakar note que dans la musique classique occidentale, la structure des mélodies du Kurdistan n’est visible que dans certaines projections de la musique religieuse, dans la musique ambrosienne, bénéventine et celtique jouée dans les églises, mais interpréter la musique kurde pour elle-même « en tant que telle » est quelque chose que les artistes kurdes sont capables de faire pour la première fois. « Il est très difficile d’habituer l’Occident à la musique kurde, qui a une structure différente, et de créer une harmonie entre ces deux formats musicaux polarisés », a-t-elle déclaré.
 
Faisant référence aux problèmes d’interprétation, Çakar a déclaré : « Je ne peux pas produire ce genre de musique uniquement avec un instrument. Il faut des ressources économiques, des technologies sonores développées, des instruments spéciaux et une notation détaillée avant une représentation. Je n’ai pas de sponsors pour soutenir ma musique ».
 
Affirmant que l’art n’est pas une forme qui repose uniquement sur la culture mais aussi sur des aspects techniques et théoriques, elle a déclaré que ces questions ne sont pas comprises par de nombreux Kurdes en raison de l’oppression à laquelle ils ont été confrontés historiquement.
 
Il y a d’autres questions à prendre en compte, a observé Mme Çakar. « Des musiciens connus avec lesquels j’ai travaillé pendant des années à la production d’opéras ne connaissent pas vraiment la musique kurde. Dans le même temps, de nombreux musiciens kurdes sont pour la plupart des non-professionnels, ce qui peut créer ses propres problèmes », a-t-elle noté.
 
Çakar a fait part de ses suggestions pour résoudre certains de ces problèmes : « Je pense que l’intelligentsia kurde devrait concentrer ses capacités intellectuelles pour déterminer l’avenir de la musique kurde de manière à l’amener professionnellement à des niveaux de classe mondiale et à l’y maintenir. Cela pourrait être une institution ou une école qui facilite cela. Il s’agit d’une formation qui ne poursuit pas d’autres intérêts que la dignité nationale, qui détermine l’éthique de la musique kurde, qui protège les droits des artistes, qui ne les sacrifie pas aux idéologies et aux intérêts politiques étroits, et qui apporte un soutien aux personnes en fonction de leurs capacités et de leurs aptitudes ».
 
« La musique kurde traverse la pire période de son histoire et est tombée en dégénérescence parce que les artistes, au lieu de créer et d’interpréter des œuvres révolutionnaires, ont été enclins à produire des rythmes musicaux de bas de gamme pour leurs auditeurs », a noté le musicien kurde İbrahim Ethem Tüzer.
 
Selon Tüzer, la musique kurde est devenue un objet de consommation de « bas niveau » de la culture populaire. Tüzer a également souligné que les problèmes des musiciens kurdes devraient être mentionnés avant les problèmes de la musique kurde. « Aucun musicien ne peut s’engager dans l’art de la scène parce que nous sommes en train de mourir. Les personnes qui se consacrent à l’art sont en train de mourir. Pas seulement les artistes : le système tue tout le monde », a-t-il déclaré.
 
Version anglaise à lire sur Medya news

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici