Journée du journalisme kurde: Les femmes journalistes du Rojava nous écrivent depuis le front

0
188
PRESSE. Le 22 avril, les journalistes kurdes du Rojava célèbrent la 123e Journée du journalisme kurde en continuant à résister aux attaques incessantes venant de l’occupant turc et ses sbires islamistes ainsi que les pressions du régime syrien.

Depuis que Mikdad Bedirxan a publié au Caire, il y a 123 ans, un journal en arabe intitulé « Kurdistan », la Journée du journalisme kurde est célébrée par les journalistes à travers le monde entier.

L’histoire des médias kurdes en Syrie remonte à 1931, lorsque le magazine « Hawar » a été publié par Celadet Ali Bedirxan, également connu sous le nom de Mîr Celadet. La tradition médiatique kurde s’est ensuite poursuivie avec les magazines Ronahi, Denge Kurdistan et Berxwedan, qui étaient publiés en kurde et en arabe.

Les femmes journalistes ont commencé à jouer un rôle beaucoup plus actif dans le journalisme kurde en Syrie depuis 2013 avec la fondation de RAJIN, qui s’est transformée en une organisation de femmes journalistes appelée Union des Médias des Femmes (Yekitiya Ragihandina Jinan – YRJ) en 2020.

 

Après que la Syrie du Nord-Est a été libérée de DAECH, des dizaines de femmes journalistes ont pris part au travail journalistique de nombreuses télévisions, agences, revues et journaux.

Les femmes journalistes membres de l’YRJ travaillant pour JIN TV, Ronahi TV, Rojava TV, Çira TV et Sterk TV continuent à rapporter des nouvelles de la NE syrienne.

Parmi les nombreux autres médias de la Syrie du Nord et de l’Est, Jin News, NûJINHA, Hawar News Agency et l’Agence Firat News rapportent les derniers développements de la région via leurs sites d’information.

Ronahî, Asoya Jin Magazine, Rojhilata Navîn, Dengê Jiyanê et Denge Kurdistan sont parmi les journaux en kurde publiés quotidiennement en Syrie du Nord et de l’Est tandis que Radyo Rojava, Kobanê FM, Star FM, Xabûr, Orkêş, Dirbêsiyê, Cûdî, Waşokanî, Sewt El-Hayat et Rêveberiya Xweser diffusent des informations radiophoniques.

« Avec la révolution du 19 juillet, tant de points de vente ont été fondés au Rojava. Nos organisations médiatiques se sont organisées dans des circonstances très difficiles », a déclaré Silava Ehmed, reporter pour le journal Ronahi dans une interview avec Jin News. « En commençant avec 5 reporters pendant la révolution, maintenant notre presse s’est développée et s’est répandue dans toute la région. »

La révolution des femmes au Rojava a trouvé son reflet dans le journalisme féminin, car les femmes journalistes paient un rôle clé dans les médias de la Syrie du Nord et de l’Est.

« La plupart du personnel des médias ici est composé de femmes. Notre société a une culture féodale, mais avec la révolution, les femmes ont dépassé les limites de la culture traditionnelle. Les médias ont joué un rôle important en brisant ces rôles de genre. Plus les femmes travaillaient dans les médias, plus la voix et la couleur des femmes étaient reflétées dans les médias, ce qui a fini par donner de la confiance en soi aux femmes », ajoute Ehmed.

Le journal Ronahi est publié dans le nord-est de la Syrie depuis 8 ans et les femmes représentent la majorité des journalistes du journal.

« Sur tous les fronts de la guerre, les femmes journalistes ont travaillé et sont devenues une source d’espoir pour toutes les femmes qui souffrent de la guerre. Pendant les guerres à Kobanê, les femmes journalistes étaient sur la ligne de front, documentant les faits de la guerre. Afin de préserver la victoire du peuple, nous essayons de devenir la voix, les oreilles et les yeux du peuple », a déclaré Ehmed.

Kobanê FM émet également depuis 8 ans

« Nous sommes la voix de la révolution et des femmes », a déclaré Êva Bergel, une journaliste travaillant pour Kobanê FM.

Bergel souligne que les attaques contre le journalisme et en particulier contre le journalisme kurde se poursuivent en Turquie et dans le N-E de la Syrie sans discontinuer. « Pendant 8 ans, notre fréquence radio a été interrompue par la Turquie, mais à chaque fois, nous avons continué notre émission avec une autre fréquence. Nous n’arrêtons pas nos travaux, peu importe à quel point ils nous attaquent », a déclaré Bergel.

« Ce ne sont pas seulement nos radios et nos télévisions qui ont été attaquées ; mais notre peuple. Nous diffusons la vérité sur la guerre et les attaques contre notre peuple. Afin de dévaster les Kurdes, la Turquie et ses partenaires attaquent le journalisme kurde, mais en tant que journalistes kurdes, nous continuerons à être la voix des peuples et des femmes opprimés », a ajouté Bergel.

 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici