Zizek : Les Kurdes ont prouvé qu’un nouvel ordre peut être établi

0
781

Dans une conférence historique pour l’Université de Kobanê, le philosophe slovène Slavoj Žižek a partagé ses idées sur la démocratie et l’idéologie et le rôle de la lutte des Kurdes dans la construction de la démocratie. Zizek a déclaré que les Kurdes ont donné l’exemple pour « repenser la démocratie » et que ce que les Kurdes ont réalisé au Rojava / Syrie du Nord et de l’Est a prouvé qu’ « un nouvel ordre peut être établi ».

La conférence intitulée « La démocratie est-elle encore une option aujourd’hui ? » était animée par Sardar Saadi, anthropologue kurde, et Engin Sustam, le sociologue, professeur associé à l’Université Paris VIII et chercheur associé à l’Institut d’études de la citoyenneté (InCite) de l’Université de Genève.

Diffusée en direct sur Youtube, la vice-présidente de l’Université de Kobani, Suzan Kasim, a ouvert la visioconférence par le discours suivant :

« Au nom du personnel de la coprésidence, des étudiants et des membres de l’Université de Kobani, permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue à la conférence historique d’aujourd’hui. Je voudrais souhaiter la bienvenue au professeur Žižek et le remercier d’avoir accepté de donner la conférence d’aujourd’hui. Il y a quelques années, notre patrie, Kobani, une petite ville du nord-est de la Syrie, est devenue un symbole de résistance et de courage. Nos héros YPG-YPJ ont défendu notre ville contre les groupes djihadistes et les forces d’occupation turques. Après cette victoire historique, nous avons reconstruit notre ville. Nous ne nous sommes pas arrêtés, nous ne nous sommes pas rendus.

En 2017, l’université de Kobani a été créée. Année après année, notre université a progressé et nous faisons de notre mieux pour en faire une université de premier plan parmi les universités du monde entier, autant que nous le pouvons. Et aujourd’hui, nous avons le plaisir d’accueillir Slavoj Žižek. C’est le fruit d’une collaboration et d’une coopération permanentes entre universitaires, intellectuels et universités du monde entier. Kobani est un symbole de résistance. Nous voulons aussi en faire une assemblée de reconstruction révolutionnaire et nous appelons chacun à nous soutenir avec ses expériences. »

Après le discours de bienvenue de Kasim, le sociologue Engin Sustam a prononcé un discours d’introduction. Ensuite, Slavoj Žižek a commencé la conférence qui peut être visionnée via ce lien.

Les Kurdes sont un symbole de la façon de construire un nouvel ordre

Medya News partage un extrait des notes de conférence de Žižek:

«Je suis très honoré d’être ici avec vous. Quand je dis que j’aime être avec vous et ainsi de suite, ce ne sont pas les phrases creuses habituelles. Je le pense très sérieusement. Pourquoi? Car ce monsieur qui m’a présenté a déjà souligné le sort des Kurdes en fait des victimes exemplaires des jeux géopolitiques d’aujourd’hui. Répartis le long de la frontière de quatre États voisins, la Turquie, la Syrie, l’Irak, l’Iran, leur pleine autonomie n’est dans l’intérêt de personne. Mais le vrai miracle réside ailleurs: dans la capacité des Kurdes à organiser leur vie communautaire.

Cette capacité a été testée de manière quasi expérimentale. Au moment où vous, Kurdes, vous avez eu un espace pour respirer un peu librement en dehors des conflits des États qui vous entourent, vous avez surpris le monde. Vous avez rapidement construit une société que l’on ne peut pas, mais que l’on désigne comme une utopie réellement existante avec une communauté intellectuelle florissante. Vous êtes donc plus qu’un symbole de résistance, vous êtes un symbole de non seulement comment résister, mais comment ensuite installer, construire un nouvel ordre. C’est ce dont nous avons besoin aujourd’hui.

Les gens veulent un nouvel ordre et les Kurdes appartiennent à cette lignée

Souvenez-vous qu’à Istanbul, à Athènes, à Madrid, il y a eu de grandes manifestations où un million de personnes pleuraient et criaient ensemble, puis l’enthousiasme s’est perdu et plus ou moins rien ne reste. Souvenez-vous de ce qui s’est passé en Égypte. Près d’un million de personnes au Caire sur la place principale et puis vous avez obtenu votre liberté et des élections libres et vous obtenez les Frères musulmans. Vous êtes presque content que l’armée fasse un coup d’État.

Ce que vous essayez de faire, ce n’est pas moi qui vous donne un discours historique, je vous parle comme l’un des rares exemples du monde. Vous avez démontré et prouvé que – c’est ma formule – un nouvel ordre peut être construit. Les gens veulent ce nouvel ordre. Laissez-moi vous donner un exemple simple. Vous vous souvenez de l’investiture du nouveau président Joe Biden. C’était, je pense, pour moi, un événement idéologique assez dégoûtant, tous heureux ensemble c’était un portrait « nous nous sommes débarrassés de Donald Trump, les choses reviendront à la normale ». Mais alors, qui était la vedette de l’événement, un vieil homme solitaire assis là, Bernie Sanders bien sûr. Des millions de gens ordinaires ont estimé qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas dans cette inauguration. Juste avec sa présence là-bas, assis seul, disant presque que «Désolé les gars, je ne fais pas partie de cette émission» a donné à tout le monde une alternative. Les gens veulent ça. Les gens veulent un nouvel ordre. Vous, Kurdes, appartenez à cette ligne.

Cela m’amène à mon sujet. Quel est le sort de la démocratie? Quel type de démocratisation peut aider non seulement les Kurdes, mais nous tous.»

La crise de la démocratie libérale dure depuis des décennies

Ce n’est pas simplement, pas seulement l’expansion de la démocratie multipartite occidentale standard. Une tension inhérente à l’idée même de démocratie parlementaire gagne en visibilité aujourd’hui. La démocratie signifie deux choses: le pouvoir du peuple – dans le sens où la volonté substantielle de la majorité doit s’exprimer – et la confiance dans le mécanisme électoral; la démocratie signifie, oui, il peut y avoir des manipulations et ainsi de suite, mais une fois les votes comptés, toutes les parties acceptent le résultat. Bien sûr, nous, les gens de gauche et même certaines personnes de droits, affirmons que ce mécanisme parlementaire n’est pas neutre et c’est vrai. Car, c’est le truc fou aujourd’hui, ce n’est plus que les pays moins développés, dits «pays du tiers monde» sont les pays où la démocratie ne fonctionne pas. Non, la démocratie standard est en crise dans le soi-disant Occident qui l’a développée lui-même.

Si vous suivez l’actualité, vous avez peut-être remarqué un phénomène très étrange. En 2005, j’étais au Royaume-Uni et le Parti travailliste avec Tony Blair a remporté les élections, mais deux semaines avant les élections, il y avait un grand sondage d’opinion sur «Qui est la personne la plus détestée au Royaume-Uni? » La réponse était, Tony Blair. C’est un phénomène très tragique qui devrait nous inquiéter. Nous avons un certain mécontentement qui échappe en quelque sorte au mécanisme de vote régulier de la démocratie multipartite. (…)

La crise de la démocratie libérale dure depuis des décennies. L’épidémie de la Covid19 ne l’a fait exploser qu’au-delà d’un certain niveau. Le principe de base d’une démocratie qui fonctionne est de plus en plus souligné aujourd’hui, à savoir la confiance sur laquelle repose cette démocratie. Cette confiance a été mieux exprimée par le célèbre dicton d’Abraham Lincoln: « Vous pouvez tromper tout le monde de temps en temps, et certaines personnes, vous pouvez tromper tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps. Je pense que les dernières expériences nous disent que les choses sont encore un peu plus sombres que vous pouvez tromper la plupart des gens la plupart du temps, certainement. (…) »

Les gens ont besoin de dirigeants ou d’organisations de premier plan

Le monde entier est aujourd’hui dans une sorte de guerre civile idéologique. La tâche de la révolution n’est pas seulement de représenter les gens, mais de la même manière de faire prendre conscience aux gens de ce qu’ils veulent. Les gens ne savent pas simplement ce qu’ils veulent. Vous ne vous lancez pas dans la politique comme si vous étiez sur un marché en disant: «Oh, ce politicien me dit ce que je veux. L’autre dit encore mieux». Non, les gens ont besoin de leaders ou d’une organisation dirigeante. (…)

N’induisez pas les gens en confusion. Ils sont confus aujourd’hui. Ils sont pris dans l’idéologie, dans leurs problèmes égoïstes, leurs rêves. L’idéologie n’est pas un système abstrait de valeurs. L’idéologie est inscrite dans vos expériences quotidiennes. Pour moi, le meilleur exemple d’idéologie est le racisme quotidien. Comment nous mangeons, comment nous nous marions et comment nous faisons l’amour et ainsi de suite, tout cela est une idéologie. Le message d’un bon leader n’est pas « Je sais mieux ce que vous voulez! », Mais c’est « Je vous donne l’espoir que vous pourrez aller au-delà de cela ».

Une autre chose, pour un bon leader c’est nécessaire, est de prendre des décisions. Parce que, autant j’aime ces moments emphatiques d’unité populaire, je pense de plus en plus que le système peut et est toujours capable de s’adapter à ces explosions. (…) Le problème est de traduire ce mécontentement populaire en une nouvelle forme d’organisation politique. Vous devez prendre des décisions difficiles. En ce sens – uniquement dans ce sens, car c’est une métaphore très dangereuse – la politique est comme la médecine. (…)

La meilleure définition d’un leader – parce que je suis un gars ordinaire, parce que je regarde aussi des séries télévisées ordinaires. Je regarde cette série médicale américaine New Amsterdam, où un administrateur dit à un autre médecin: «Les dirigeants font des choix qui les empêchent de dormir la nuit. Si vous dormez bien, vous n’en faites pas partie. » C’est pour moi un bon leader. (…) »

Qui est aujourd’hui le symbole des prolétaires?

À chaque époque, un groupe spécifique de travailleurs fonctionnait comme le symbole des vrais prolétaires. Par exemple, il y a 100 ans en Europe, il s’agissait généralement de mineurs ou de sidérurgistes. Qui est-ce aujourd’hui? Il y a beaucoup de candidats et nous devons accepter cette pluralité.

Il y a bien sûr des ouvriers, des ouvriers exploités, surtout dans le tiers monde. Ensuite, il y a, dans le tiers monde, ceux qui ne sont pas exploités au sens habituel. (…) Mais ils sont exploités dans le sens où le cycle de la production capitaliste ruine leurs conditions d’existence. (…)

Ensuite, nous avons des étudiants qui ont des chances de trouver un emploi. Nous avons des travailleurs précaires qui vivent dans une grande incertitude. Nous avons des femmes qui font un travail non rémunéré. (…)

Paradoxalement, être prolétaire classique est presque déjà un privilège aujourd’hui. Je pense que ce rêve de gauche selon lequel nous devrions tous nous rassembler, nous voulons dire étudiants, travailleurs, immigrants, etc., est très difficile à réaliser.

Mon ami, Alain Badiou, pense même qu’en Europe occidentale et aux États-Unis, les travailleurs font déjà partie de ce que Lénine appelait «l’aristocratie ouvrière» – privilégiés, totalement corrompus. (…) Badiou se réfère alors à un autre agent émancipateur, ce qu’il appelle les «prolétaires nomades»; les sans-abri qui émigrent en Europe, etc. (…)

Je pense que, et c’est la force la plus triste du capitalisme mondial d’aujourd’hui, il est presque impossible de construire un front uni contre lui.

Qu’est-ce que cela signifie pour la démocratie?

Les gens aiment dire que la démocratie implique des différences, oui, mais les différences dans le contexte d’un pacte de base. Comme, avec vous, les Kurdes. (…) Je peux bien imaginer en Turquie Erdoğan mobiliser la foule contre vous en tant qu’intrus et ainsi de suite. Les élections fonctionnent quand une certaine solidarité est déjà là. Nous pouvons nous opposer à d’autres, mais nous acceptons les règles de base. C’est je pense ce qui se passe avec la crise de la démocratie.

Les Kurdes sont mon modèle

Nous devons construire un nouvel universalisme. Vous, les Kurdes, êtes mon modèle, pas parce que vous êtes des gars intéressants qui ont en quelque sorte réaffirmé votre identité. Non, vous m’avez impressionné, parce que vous êtes un miracle, à cause de jeux géopolitiques fous, vous êtes comme du salami, coupé en morceaux. Vous incarnez la lumière et personne n’est autorisé à vous rejeter en disant: «Oh ce problème particulier, ne pensons pas à cela». Non. Nous vivrons dans un monde plus libre, lorsque ce qui vous arrive ne pourra plus arriver. C’est important.

Comment les gens vous accusent d’ « être soutenus par l’Amérique et ensuite vous ne pouvez pas être si bon » et ainsi de suite, vous savez quel est le problème, l’idéologie aujourd’hui n’est pas un problème quand elle ment, mais quand elle repose sur des éléments de vérité (…). Personne ne doit vous forcer à abandonner votre vérité à cause d’un intérêt idéologique supérieur. Dans une future constellation folle où la Russie prendrait le contrôle de la Syrie et conclurait un pacte avec Erdoğan contre les États-Unis et Israël, les gens diraient: «C’est une grande réussite anti-impérialiste, donc vous les Kurdes, vous partez maintenant». Non jamais. Cela ne devrait jamais arriver. La mesure de la vérité en politique est que vous avez une vision globale dans laquelle personne n’est sacrifié dans ce sens.

Nous devrions tous apprendre de vous

La démocratie est encore utile, mais elle devra être radicalement inventée. (…) Souvenez-vous d’un grand homme, Nelson Mandela, ils voulaient la démocratie et mettre fin à l’apartheid. Ils l’ont compris, mais il y a maintenant ce mécontentement de la majorité noire. Selon certaines sources, il y a plus de pauvreté et plus de corruption et de violence que sous l’apartheid.

La démocratie doit donc être réinventée. La dialectique du processus politique ne consiste pas seulement à poursuivre un certain objectif. Vous essayez de faire quelque chose et dans le processus, vous découvrez que vous devez redéfinir l’objectif lui-même. Nous devons repenser ce que nous entendons par démocratie aujourd’hui. Nous devrions tous apprendre de vous (Kurdes). (…)

Nous n’avons pas besoin de grandes choses originales. Il faut des coutumes, des manières, comment organiser en ces temps fous les nouveaux modes de vie quotidienne. C’est le gros problème pour nous, dans les pays développés peut-être même plus que vous. (…)

Öcalan peut redresser la situation depuis sa prison

À la fin de la conférence, Zizek s’est vu poser une question sur la question du leadership et le rôle des dirigeants et dans cette perspective le rôle d’Abdullah Öcalan, leader kurde emprisonné en Turquie depuis plus de 22 ans.

Zizek a partagé la réponse suivante:

«Je ne peux pas m’empêcher de vous raconter une anecdote merveilleuse qui m’est arrivée lors de ma visite à Istanbul. Öcalan était déjà en prison il y a quelques années à l’époque. Un journaliste stupide m’a interviewé et m’a posé des questions stupides et populaires telles que «Quelle est la meilleure scène que vous puissiez imaginer?

Je lui ai répondu: être nu au lit avec une belle jeune femme et débattre avec d’Hegel et de sa philosophie.

Et puis deux jours plus tard, un journal a publié une lettre d’Öcalan, qui disait: «Je suis d’accord avec Zizek».

Je l’ai trouvé si peu orthodoxe, vous savez, si merveilleux. (…)

La prison, qui lui laisse, malheureusement, beaucoup de temps pour probablement plus de temps pour lire et ainsi de suite. Je sais qu’il y a dix ans déjà, il a commencé à lire Michel Foucault, Deleuze, etc. Mais c’est un élément merveilleux, que dans la situation où il se trouve maintenant – je me demande à quelle quantité d’informations Öcalan a accès, il peut faire de cette politique intelligente sa force. (…)

Rappelez-vous Mandela, votre isolement même pour le peuple fait de vous un symbole, peut-être, je ne sais rien personnellement d’Öcalan, mais peut-être dans un sens un peu cynique, cet isolement peut le rendre encore plus fort dans le sens où, s’il devait être à l’extérieur de la prison, il devrait probablement s’impliquer dans des luttes de parti. Il est nécessaire maintenant comme un tel symbole.

Je ne suis pas d’accord avec ces anarcho-gauchistes selon lesquels les dirigeants sont bourgeois, autoritaires ou totalitaires ou autre. Non, il y a des leaders authentiques. Vous avez besoin d’une inspiration dont le message vous est adressé: « Vous pouvez faire, vous pouvez faire plus que vous ne le pensez. Je vous fais confiance, vous le ferez. »

Via Medya News

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici