Les violations des droits se multiplient dans les prisons turques

0
386
TURQUIE / BAKUR – L’avocat Veysi Eski, membre de la commission pénitentiaire de l’Association des avocats pour la liberté (ÖHD), a déclaré que les violations des droits se multipliaient dans les prisons de Turquie, dont les régions kurdes du pays, et que toutes les institutions juridiques devraient agir face à ces violations.
 
Alors que les prisons turques se font parler d’elles en France à cause d’un ressortissant français (Fabien Azoulay) incarcéré en Turquie, harcelé, torturé car français, Juif et gay, et que certains évoquent le film Midnight Express au sujet du calvaire d’Azoulay, un avocat turc alerte l’opinion publique de son pays sur la multiplication des violations des droits des prisonniers. 
 

L’avocat Veysi Eski, membre de la commission pénitentiaire de l’Association des avocats pour la liberté (ÖHD), s’est entretenu avec l’ANF des violations toujours croissantes des droits dans les prisons turques.

Eski a déclaré que des appareils de vidéoconférence sont prévus pour être placés dans les quartiers des prisonniers et qu’ils enregistreront la vie quotidienne des prisonniers, ce qui signifie clairement une violation de leur vie privée.

LES DROITS DE L’OPPOSITION SONT VIOLÉS

Eski a déclaré que les soi-disant arrangements constitutionnels du gouvernement ont de graves conséquences pour les prisonniers politiques: « Le gouvernement ne s’abstient pas de recourir à des intentions malveillantes dans toutes les réglementations légales, y compris les amendements constitutionnels. »

« Dans les prisons, des comités de surveillance ont été nommés en tant que nouvelle unité judiciaire dépourvue d’avocats », a-t-il noté.

VIOLATION DE LA VIE PRIVÉE

Eski a exprimé cela; « Les détenus étaient autorisés à passer 30 minutes d’appels vidéo par semaine. Des appareils électroniques d’enregistrement audio et vidéo peuvent être installés arbitrairement par l’administration, y compris dans les zones les plus intimes (…). L’installation des appareils installés dans des quartiers des détenus enfreint clairement leur vie privée. »

« Le gouvernement cherche à obliger les prisonniers politiques à obéir à toutes sortes de pratiques des administrations pénitentiaires et à empêcher toutes les actions et activités des prisonniers sur des questions politiques. »

LES VIOLATIONS POUSSENT LES LIMITES DES PRISONNIERS POLITIQUES

« Des milliers de prisonniers sont déjà détenus dans des prisons à des milliers de kilomètres de leurs familles au mépris des décisions de la Cour européenne des droits de l’homme et de la Cour constitutionnelle », a déclaré l’avocat et a poursuivi:

« Cette pratique, qui est définie comme biopouvoir et vise à contrôler le corps et l’âme des détenus, est clairement réglementée à l’article 8 de la CEDH. C’est un traitement inhumain et dégradant. Le public démocratique, les barreaux et les institutions juridiques doivent se lever et lutter contre cette réglementation. Les violations des droits dans les prisons repoussent les limites de la tolérance des prisonniers politiques. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici