L’Iran a condamné un politicien kurde à 15 ans de prison

0
337

IRAN / ROJHILAT – Un tribunal iranien a condamné le politicien kurde Hossein Kamangar à 15 ans de prison après deux ans passés derrière les barreaux.

Le prisonnier politique kurde Hossein Kamangar, qui était poursuivi pour «incitation à un soulèvement armé contre le gouvernement et l’État» pour appartenance au Parti pour la vie libre du Kurdistan (PJAK), a été condamné à 15 ans de prison.
 
Le Tribunal révolutionnaire islamique de Sanandaj – dirigée par le juge Saeedi – a prononcé la sentence après que Kamangar a été détenu pendant deux ans en détention provisoire pour appartenance au PJAK.
 
Une source proche du cas du prisonnier politique a confirmé la nouvelle au Kurdistan Human Rights Network (KHRN). «La famille de Hossein Kamangar a été officiellement informée de la peine de 15 ans de prison après s’être rendue au bureau de la première chambre du tribunal révolutionnaire.»
 
Selon cette source, les avocats du prisonnier Saleh Nikbakht et Amir Ahmadi se préparent à faire appel de la condamnation dans les prochains jours.
 
Les audiences de son procès ont eu lieu en juillet 2020 et février 2021 dans la chambre 1 du tribunal révolutionnaire islamique de Sanandaj.
 
La première audience du procès de Kamangar a eu lieu le 6 juillet 2020 à la section 1 du Tribunal révolutionnaire islamique de Sanandaj, pour «incitation à un soulèvement armé contre le gouvernement et l’État» par son appartenance à l’un des partis d’opposition kurdes. Le juge Saeedi avait informé Kamangar que, compte tenu des nombreux documents fournis par le bureau de renseignement de Sanandaj, son procès se déroulerait probablement en deux séances.
 
Kamangar a été arrêté en janvier 2019 avec le début d’une vague d’arrestations généralisées de militants des droits civiques et de membres de la branche kurde du Parti de l’unité nationale dans les villes de Sanandaj, Kamyaran et Marivan. Le Réseau des droits de l’homme du Kurdistan avait précédemment signalé la possibilité de création de dossiers par les agences de sécurité contre les détenus.
 
Les forces de sécurité ont interdit à Hossein Kamangar les visites familiales et les appels téléphoniques pendant plusieurs mois après son arrestation. Une source a déclaré au Kurdistan Human Rights Network en juin 2020 que l’interdiction était une pratique du bureau du renseignement qui l’obligeait à coopérer et à faire des aveux à la télévision.
 
Pendant cette période, Nasrin Naqdi et Nahid Kamangar, l’épouse et le fils de ce militant kurde, ont été à plusieurs reprises convoqués et interrogés par le bureau de renseignement de Kamyaran.
 
En juillet 2019, Hossein Kamangar a entamé une grève de la faim pendant trois semaines pour protester contre l’incertitude persistante et son déni de son droit de contacter sa famille. Il a finalement réussi à téléphoner à sa famille le 7 août, mettant fin à sa grève de la faim.
 
Sous les pressions continues du bureau de renseignement, Borhan Kamangar, sa nièce et membre du groupe de musique Kural, a été arrêté le 6 août 2019. Il a été transféré du centre de détention du bureau de renseignement de Sanandaj à la prison de Kamyaran le 22 septembre, après l’achèvement de son interrogatoire et l’émission d’un mandat d’arrêt temporaire. Après deux semaines, son arrestation temporaire a été transformée en une caution de 500 millions de Tomans iraniens – près de 20 000 dollars américains – et il a été libéré de prison le 11 octobre.
 
Finalement, Borhan Kamangar a été condamné à cinq ans de prison par la première chambre du Tribunal révolutionnaire islamique de Sanandaj – présidé par le juge Saeedi – le 1er novembre pour «appartenance au Parti pour la vie libre du Kurdistan (PJAK)». La Cour d’appel de Sanandaj a réduit la peine à deux ans de prison après un appel du verdict. Il a été envoyé à la prison de Sanandaj le 8 mars 2020 pour y purger sa peine de deux ans.

Kurdistan Human rights Organisation 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici