L’Europe a une dette envers la guérilla kurde

0
822
A l’occasion de la commémoration des victimes de l’attaque de l’aéroport de Zaventem et de la station de métro Maelbeek survenu le 22 mars 2016, le journaliste turc en exil, Doğan Özgüden exprime son désarroi devant la répression des Kurdes en France et des tentatives des États européens qui essayent d’améliorer leurs relations avec la Turquie sur le dos des Kurdes qui ont débarrassés l’Europe du terrorisme islamiste en se sacrifiant par milliers en Syrie.
 
Özgüden critique également l’attitude des partis d’oppositions turcs (le CHP kémaliste notamment) concernant les tentatives de fermeture du Parti HDP qui lutte pour une résolution pacifique de la question kurde en Turquie.
 
Voici le pamphlet de Dogan Özgüden:
 
Vous devez tant aux combattants de la guérilla kurde
 

Rappelez-vous, s’il reste un peu d’honneur au Parlement, vous le devez à la résistance courageuse du HDP. Vous devez également la dignité humaine aux combattants de la guérilla [combattants du PKK] qui ont sauvé l’humanité des terroristes de DAECH en Syrie.
(…)
Le deuxième grand événement d’actualité en Belgique cette semaine a été la commémoration organisée concernant le massacre de 32 personnes avec 340 blessés après l’attaque de l’aéroport de Zaventem et de la station de métro Maelbeek le 22 mars 2016.

Le Premier ministre belge, Alexander De Croo, a souligné que toutes les forces de sécurité belges sont en état d’alerte élevé contre toute attaque similaire. Il a tenu ces propos lors d’une cérémonie à laquelle ont assisté tous les représentants de l’État, dont le roi Philippe et la reine Mathilde. De Croo a tenté de rassurer les citoyens du pays.

Cependant, ni dans les discours prononcés lors des commémorations officielles ni dans les médias belges, une seule personne n’a mentionné les forces qui ont effectivement vaincu l’organisation terroriste islamique DAECH en Syrie.

Oui, il y a exactement deux ans, le 23 mars 2019, Baghouz, le dernier morceau de terre assiégé par DAECH en Syrie a été libéré par les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui comprennent des unités de résistance kurdes, arabes, assyriennes et arméniennes. Les Unités de protection du peuple kurde (YPG) constituaient la principale force des FDS.

Le Parti de l’union démocratique (PYD) a joué un rôle déterminant dans l’établissement de l’administration autonome démocratique de la Syrie du Nord et de l’Est (AANES) dans toutes les régions qu’il a libérées des terroristes de l’État islamique. Non seulement les peuples de Syrie, mais aussi les peuples du monde entier, et en particulier ceux d’Europe, qui ont souffert des terribles massacres de Paris et de Bruxelles, doivent un immense « merci » au PYD. La récompense de ce grand service aurait dû être une reconnaissance, un remerciement, voire une cérémonie.

Cependant, personne ne l’a fait

Ces pays poursuivent leurs relations étroites avec la Turquie et cette dernière qualifie ces trois organisations de « terroristes ». La Turquie tente maintenant de faire fermer le Parti démocratique des peuples (HDP), car ce parti a soutenu les Kurdes en Syrie.

Il a été entendu que le sommet de l’UE des 25 et 26 mars n’aboutirait pas à une décision de sanctions appropriées contre la Turquie, même après que la Convention d’Istanbul, le traité qui protège les femmes contre la violence, ait été retirée par une seule signature d’Erdoğan….

C’est ce qui ressort des propos de Josep Borrell lorsqu’il a déclaré : « La Turquie est un pays voisin important et nous voulons établir de bonnes relations avec elle. Nous continuerons à suivre de près l’attitude de la Turquie. »

Cela signifie qu’il n’y aura pas de sanctions contre la Turquie…

Même le président français, Emmanuel Macron, qui a eu les relations les plus tendues de l’UE avec la Turquie, a fait un pas en arrière après avoir formulé une série de critiques dans son discours sur France 5 Télévision mardi soir.

Le message était le suivant : « Nous allons continuer avec Tayyip »

« La Turquie est un allié important sur la question de l’immigration. Si la Turquie ouvre sa frontière, l’UE pourrait soudainement être confrontée à un problème de 3 millions de réfugiés », a déclaré Macron.

Par ailleurs, alors que Macron parlait à la télévision, d’autres nouvelles ont été partagées sur les médias sociaux. Au moins 9 personnes ont été arrêtées aux premières heures du matin dans la ville de Marseille, avec des raids simultanés à leurs domiciles et au centre démocratique kurde.

La police a cassé les portes du centre et a même utilisé des chiens policiers pendant les quatre heures qu’a duré la fouille du centre.

Dans une déclaration écrite sur ces opérations, le Parti communiste français a demandé à juste titre : « Macron normalise-t-il ses relations avec Erdoğan en sacrifiant les Kurdes ? »

Je n’ai pas été surpris lorsque j’ai lu la nouvelle… C’était il y a 26 ans, je me souviens que le socialiste Mitterrand était le président de la France. J’avais été invité de Bruxelles à Paris pour intervenir dans une émission de télévision sur la Turquie.

J’ai alors dit : « Nazim Hikmet à Moscou, Yilmaz Guney à Paris, tous deux sont morts loin de leurs pays à cause de la politique oppressive de la Turquie. C’est une honte pour la Turquie. La Turquie opprime les Kurdes, les Arméniens, les Assyro-Chaldéens et les gens de gauche. » Dans l’émission, j’ai également appelé l’Europe à élever sa voix contre ces politiques répressives.

Immédiatement après la diffusion de l’émission, les médias turcs ont commencé à m’attaquer. Le lendemain, les titres du journal Hurriyet disaient que j’étais « un ennemi de la Turquie et ils m’accusaient de dire « de très mauvaises choses sur la Turquie à la télévision française. »

Ce n’était pas surprenant… Le gouvernement français m’a imposé des sanctions quatre ans plus tard.

En 1989, une réunion du Parlement européen a été organisée à Strasbourg. J’allais y assister en tant que journaliste et j’allais également partager de nouvelles informations concernant les violations des droits de l’homme. Cependant, je n’ai pas pu entrer en France. J’étais interdit.

Deux semaines avant la réunion, je me suis adressé au consulat général de France à Bruxelles et j’ai demandé un visa. Étant donné que je possède une carte de presse officielle de la Belgique et que je suis également un journaliste accrédité par le Parlement européen et la Commission européenne, il était tout à fait naturel pour moi d’assister à une réunion du Parlement européen à Strasbourg.

Bien que j’aie attendu plusieurs jours, que j’aie téléphoné aux autorités à de nombreuses reprises et que je me sois même rendu en personne au consulat, ma demande de visa est restée sans réponse. Un jour avant le début de la réunion à Strasbourg, ma demande a été rejetée. Je ne recevrais plus de visa à partir de maintenant, car je représentais une menace pour la France.

Mes amis en France ont découvert, grâce à des recherches qu’ils ont effectuées, que la France m’avait mis sur une liste noire en raison de la pression de l’État turc. Le discours que j’avais prononcé à la télévision française en était la raison.

Tout cela s’est passé sous le président socialiste Mitterrand …

De plus, l’épouse du président, Danielle Mitterrand, était l’une des figures clés de la lutte contre l’oppression que subissent les Kurdes en Turquie.

La Fondation de la Liberté de France, dirigée par Madame Mitterrand, a organisé une conférence intitulée « Kurdes : Identité nationale et droits de l’homme » dans les locaux du ministère français des Affaires étrangères les 14 et 15 octobre 1989, en collaboration avec l’Institut kurde de Paris.

J’ai reçu une lettre d’invitation personnelle de Madame Mitterrand, la directrice de la fondation, pour assister à la conférence et prendre la parole. Cependant, je n’ai pas pu assister à cette réunion en raison d’une nouvelle interdiction de visa.

Ce n’est que six ans plus tard, après avoir obtenu la nationalité belge le 3 avril 1995, que j’ai pu rentrer en France.

Comme toujours, la politique belge vis-à-vis d’Ankara était basée sur la capitulation. Nos tentatives d’obtenir un permis de séjour et de travail pour établir l’agence Info-Turk à Bruxelles n’avaient pas été acceptées pendant quatre ans en raison des pressions de l’État turc.

Des années plus tard, lorsque nous avons demandé la nationalité belge pour pouvoir voyager librement, nous avons dû à nouveau nous battre pendant des années. Cela s’est également produit en raison des interventions de l’État turc.

Il a fallu des années pour que nous obtenions la citoyenneté belge

Dans l’un de ses rapports au parquet, la Direction générale de la sécurité de l’État (DGB) a affirmé que nous étions une « menace » pour la Belgique car nous avons assisté à des conférences de presse et à des « activités terroristes bien connues » du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan).

Cependant, ce problème a été résolu grâce à la lutte déterminée des députés progressistes et démocratiques. Lors de la session de l’Assemblée fédérale belge du 3 avril 1995, notre demande a été inscrite d’urgence à l’ordre du jour et nous avons été acceptés comme citoyens belges.

En tant que journaliste ayant vécu tout cela, il n’est pas surprenant que les dirigeants européens inventent mille excuses pour poursuivre leurs relations avec Recep Tayyip Erdoğan, malgré toutes les violations des droits de l’homme qu’il a commises, malgré le fait qu’il ignore les décisions de la Cour européenne des droits de l’homme et se retire de la Convention d’Istanbul.

Neuf partis politiques se tiennent aux côtés du HDP contre les tentatives d’interdiction du HDP : le Parti révolutionnaire uni, le Parti des régions démocratiques, le Parti du travail, le Parti du mouvement ouvrier, le Parti socialiste des opprimés, le Parti de la refondation socialiste, le Parti de la liberté sociale et le Parti de la gauche verte du Parti des travailleurs de Turquie. Ils ont publié une déclaration commune de soutien au HDP, ce qui donne de l’espoir.

Qu’en est-il du CHP (Parti républicain du peuple), du İYİ (Bon Parti), du SP (Parti de la Félicité), du DEVA (Parti de la Démocratie et du Progrès) et du GP (Jeune Parti) ?

Ce sont les partis d’opposition en Turquie qui soutiennent les attaques de l’armée de Tayyip et de ses mercenaires affiliés contre le peuple kurde en Syrie et les Arméniens dans le Caucase.

Quand allez-vous vous débarrasser de votre paresse embarrassante ?

N’oubliez pas que s’il reste un peu d’honneur au Parlement, vous le devez à la résistance courageuse du HDP.

Vous devez également la dignité humaine aux combattants de la guérilla qui ont sauvé l’humanité des terroristes de DAECH en Syrie.

La version anglaise du texte d’Ozguden peut être lue ici

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici