FEMINICIDES. Quatre femmes tuées le même jour en Turquie

0
369

TURQUIE / BAKUR – Le 20 mars, la Turquie s’est officiellement retirée de la Convention d’Istanbul qui oblige les pays signataires à promulguer des lois pour combattre efficacement les violences faites aux femmes au sein du foyer. Deux jours après, quatre femmes ont été tuées par leurs maris/amoureux, montrant l’inefficacité de l’État devant les violences masculines qui ne cessent d’augmenter dans tout le pays, y compris dans les régions kurdes.

Quatre femmes ont été tuées par des hommes quelques jours après que le président Recep Tayyip Erdoğan a retiré la Turquie de la Convention d’Istanbul. 

Le retrait de la Turquie du traité a provoqué des protestations à l’échelle nationale et une réaction internationale, les organisations féministes nationales appelant à l’annulation immédiate du décret présidentiel. 

Un homme du nom d’Erkan Sivrikaya a poignardé à mort sa femme de 50 ans, Meral Sivrikaya, au domicile de leur fille, le 22 mars dans la province sud-ouest de Denizli, après être entré dans la résidence par le balcon.

Un policier du nom de Fırat Köksal a tiré et tué sa fiancée Nagihan Üste dans son véhicule le même jour à Egée İzmir, et s’est suicidé. 

Un homme du nom de Cemil Fikirli a poignardé sa femme Serpil Fikirli à mort dans la maison de son père dans le sud d’Osmaniye le même jour, malgré une ordonnance de non-communication que la femme avait émise contre lui. 

Pendant ce temps, dans l’ouest de Kocaeli, Beyzanur Özel Fidan, 22 ans, aurait été retrouvée morte dans sa chambre par son mari de trois mois, Ömer Fidan, avec qui elle s’était enfuie. 

Ömer Fidan a été arrêté pour meurtre peu de temps après une autopsie du corps de la jeune femme.

Le même jour, un groupe de femmes de la plateforme Nous allons arrêter les féminicides a organisé un sit-in de protestation sur la place Taksim à Istanbul pour exhorter le gouvernement à annuler le retrait et à appliquer la Convention d’Istanbul.

Duvar 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici