TURQUIE. Le procès contre les mères du samedi s’ouvre jeudi

0
552

TURQUIE – Le 25 août 2018, les mères du samedi se sont réunies pour la 700e fois à Istanbul pour demander justice pour leurs proches disparus. La police a dispersé le sit-in avec du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc. Ce jeudi, le procès contre 46 participants du 700e rassemblement des Mères du samedi débutera à Istanbul. Les militants risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement.

Depuis les années 80, des milliers de personnes, pour la plupart des Kurdes, sont considérées comme «disparues» en Turquie.  Le pays s’est familiarisé avec la pratique des «disparitions» après le coup d’État militaire de septembre 1980.

L’initiative « Mères du Samedi » est née il y a 26 ans, le 27 mai 1995, quand des mères de disparus se sont installées pour la première fois sur la place Galatasaray, au centre d’Istanbul, pour protester contre la pratique répandue consistant à tuer des personnes (majoritairement des Kurdes) en détention et à faire disparaître les corps.

Le procès contre plusieurs participants au 700e rassemblement des Mères du samedi (Cumartesi anneleri) s’ouvrira jeudi à Istanbul. 46 militants sont accusés d’avoir enfreint la loi n ° 2911 sur l’Assemblée et les manifestations turques. Le procès aura lieu à la 21e chambre criminelle du tribunal d’Istanbul. S’ils sont reconnus coupables, les militants risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement.

Emine Ocak, 84 ans, qui est le symbole des mères du samedi, est également jugée. Son fils Hasan Ocak, un enseignant de 30 ans qui tenait un salon de thé à Istanbul, a été arrêté le 21 mars 1995 et torturé à mort. Son corps est apparu dans une tombe anonyme à Istanbul environ deux mois après sa disparition.

Canons à eau, balles en caoutchouc et gaz lacrymogène

La police turque a utilisé des canons à eau, des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène pour disperser la manifestation des mères samedi à Istanbul le 25 août 2018. Ce jour-là, les mères et les sympathisants voulaient se rassembler pour la 700e fois pour leur sit-in hebdomadaire devant le Galatasaray. lycée du district de Beyoğlu pour exiger justice et la vérité sur le sort de leurs proches disparus par les escadrons de la mort dans les années 1990. Le ministre de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a fait interdire l’action à l’avance en raison de liens présumés avec une « organisation terroriste ».

Le ministre de l’Intérieur défend les violences policières

Soylu a justifié l’attaque brutale contre les mères du samedi en disant: «Aurions-nous dû fermer les yeux sur le fait que la maternité est exploitée par une organisation terroriste?»

Des dizaines de membres de la famille et de militants des droits humains arrêtés

47 personnes ont été temporairement arrêtées à l’époque, en plus des proches de ceux qui avaient disparu, ainsi qu’un certain nombre d’éminents militants des droits de l’homme. Les charges sont dirigées contre 46 d’entre eux: Koray Çağlayan, Koray Kesik, Leman Yurtsever, Levent Gökçek, Lezgin Özalp, Maside Ocak, Mehmet Günel, Muhammed Emin Ekinci, Ayça Çevik, Besna Koç, Cafer Balcı, Can Danyal Oralaş, Ci Cüneyt Yılmaz, Deniz Koç, Ercan Süslü, Ezgi Çevik, Faruk Eren, Fecri Çalboğa, Ferhat Ergen, Gamze Elvan, Hakan Koç, Hasan Akbaba, Hasan Karakoç, Jiyan Tosun, Kenan Yıldızerler, Murat Koptardaş, Kénan YıldızerÖer, Murat Koptardaş, Oıldızerbaş Elvan, Ramazan Bayram, Rüşa Sabur, Sadettin Köse, Adil Can Ocak, Ahmet Karaca, Ahmet Süleyman Benli, Ali Ocak, Ali Yiğit Karaca, Atakan Taşbilek, Ataman Doğa Kıroğlu, Sinan Arslan, Ulaşlan Uyar et Saime Sebla Arcan Uyar et Saime Sebla Arcan.

Ce dernier est membre du conseil d’administration de la section d’Istanbul de l’association des droits de l’homme IHD. Arcan décrit le procès des mères du samedi comme une tentative du gouvernement de criminaliser tous les défenseurs des droits humains. « C’est un procès à motivation politique dirigé contre toutes les personnes qui réclament des droits fondamentaux et la liberté. » Un procès contre plusieurs parlementaires du HDP et du CHP, qui avaient également participé à la 700e veillée en août 2018 et avaient été attaqués par la police, en a été séparé et on ne sait toujours pas quand il commencera.

Le plus ancien acte de désobéissance civile en Turquie

L’acte de désobéissance civile le plus ancien en Turquie a commencé le 27 mai 1995 lorsque la famille et les représentants légaux de Hasan Ocak se sont assis pour la première fois sur la place Galatasaray. La famille de Hasan Ocak a ensuite été rejointe par la famille de Rıdvan Karakoç, dont le corps a été récupéré par la famille après que Rıdvan ait disparu pendant un certain temps et torturé à mort. Le groupe comptait une trentaine lors de sa première rencontre, et il grandissait chaque semaine. Des milliers de personnes devaient plus tard se rassembler sur la place Galatasaray. La presse a nommé le groupe « Mères de Samedi » et le sit-in a eu lieu tous les samedis.

Pour une mémoire historique collective

Comme les mères de la Plaza de Mayo en Argentine, les mères du samedi ont plusieurs demandes: elles veulent savoir ce qui est arrivé à leurs proches disparus et elles veulent que leurs proches reviennent – morts ou vivants. Ces exigences tentent de maintenir vivantes ces violations des droits humains de l’État dans la mémoire collective. Les Mères ont également demandé la justice, l’identification des auteurs et leurs poursuites.

Les mères du samedi continuent leur protestation en ligne

Depuis le 25 août 2018, tous les samedis sit-in des mères sont bloqués par les autorités turques sur la place Galatasaray. Les Mères se sont donc rassemblées semaine après semaine devant la branche de l’organisation de défense des droits humains IHD dans la petite rue latérale Çukur Çeşme. Puis la pandémie corona est arrivée. Cependant, les mères du samedi sont déterminées à poursuivre leur protestation. Les veillées se déroulent donc en ligne. Le refus des Mères du samedi d’abandonner la lutte ne s’est pas seulement limité à Istanbul, mais s’est étendu aux villes kurdes avec les «taux de disparition» les plus élevés comme à Amed et Şırnak. Des sit-in y sont également organisés chaque semaine pour attirer l’attention sur le sort des milliers de personnes disparues.

ANF 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici