Les partis kurdes syriens, irakiens et iraniens: des relations complexes guidées par la quête de prestige

0
364

KURDISTAN – Certes, les Kurdes sont colonisés par 4 États plus ou moins puissants qui s’unissent pour écraser les revendications du peuple kurde, mais ceci n’est pas la seule raison de l’incapacité des Kurdes à obtenir leur autonomie, et encore moins un État kurde. La désunion et rivalité entre partis / clans kurdes en est une des principales raisons du malheur kurde qui se prolonge sur l’arène politique également.

Le journaliste Emil Bouvier revient sur cette question dans son article à deux volés publié sur le site Les clés du Moyen-Orient. (Unions et désunions aux Kurdistans : pourquoi les Kurdes ne parviennent-ils pas à s’unir (2/2) ?)

Dans ce deuxième volé, Bouvier s’attarde sur les relations complexes entre les partis kurdes de Syrie, Iran et Irak sur lesquels le PKK, né dans le Kurdistan de « Turquie » jouerait un rôle qualifié de « central et clivant » par Bouvier.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici