Les droits humains d’Erdogan à la sauce 1984 d’Orwell

0
524
« La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, et la réduction au silence et l’emprisonnement des opposants politiques sont des droits humains »: c’est ce à quoi ressemble la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan. La Turquie a besoin du commerce et des investissements européens, et l’Europe s’accroche à une image de démocratie et de droits humains. Le plan d’action pour les droits humains dévoilé mardi par le président Erdoğan est destiné à huiler les rouages de l’économie. Cependant, le jour même où il a parlé de l’engagement irrévocable de l’État selon lequel « Personne ne peut être privé de liberté parce qu’il exprime des critiques ou des pensées », la plus haute cour de Turquie a pris ce qui pourrait être le premier pas vers la fermeture du HDP, troisième plus grand parti du pays. Alors que la cour demandait des copies des preuves utilisées dans les affaires contre les députés du Parti démocratique des peuples (HDP), le partenaire d’extrême droite du gouvernement, le Parti du mouvement nationaliste (MHP), a réitéré sa demande insistante de fermeture du HDP.
 
Le lendemain, huit autres députés du HDP ont été ajoutés à la liste des personnes faisant l’objet d’une procédure sommaire pour que leur immunité parlementaire soit levée afin qu’ils soient jugés. 203 députés sont maintenant confrontés à cette possibilité, mais l’action se concentre sur les membres du HDP. Une purge massive des juges a éliminé presque toute possibilité d’indépendance judiciaire, et la décision finale sur l’immunité parlementaire est prise par le parlement, où, avec le soutien du MHP, le gouvernement est majoritaire.
 
En même temps que les actions du gouvernement exposent le vide de leur engagement envers les droits humains, l’accent répété de Erdoğan sur la lutte contre l’islamophobie pourrait ouvrir la porte à un nouveau harcèlement des laïques.
 
Que la Turquie interdise ou non le HDP, comme elle a interdit tant d’autres partis pro-kurdes dans le passé, le gouvernement vise clairement à le submerger dans des poursuites judiciaires, des détentions et des raids, de sorte que les capacités d’HDP à faire campagne soit sérieusement entravée. Erdoğan veut s’assurer que le HDP soit assailli de telle sorte qu’il soit incapable de fonctionner suffisamment pour dépasser le seuil de vote de 10% qui doit être franchi pour qu’un parti puisse obtenir des représentants au parlement. Dans le même temps, la rhétorique nationaliste et anti-kurde d’Erdoğan est conçue pour enflammer sa base de soutien populiste.
 
Le discours sur les droits de l’homme est particulièrement peu convaincant à un moment où la Turquie prétend qu’elle n’a pas à se conformer aux décisions rendues à son encontre par la Cour européenne des droits de l’homme, même si le respect de la Cour est une condition fondamentale de l’adhésion au Conseil de l’Europe. La CEDH a décidé la libération immédiate de prison de l’ancien coprésident du HDP, Selahattin Demirtaș, et du philanthrope Osman Kavala. Alors que le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe se prépare à débattre de cette question la semaine prochaine, cinq organisations de défense des droits de l’homme leur ont envoyé une soumission conjointe leur demandant de «demander à la Turquie de libérer Demirtaş immédiatement et de ne laisser aucun doute sur le fait que le non-respect des jugements de la Cour de Strasbourg est inacceptable».
 
Le Comité des Ministres est actuellement présidé par la ministre allemande des Affaires étrangères Heiko Maas, qui a répondu aux plans «droits de l’homme» d’Erdoğan en soulignant que la situation en Turquie a atteint un état très alarmant et en soulignant la nécessité pour le système judiciaire turc de se conformer pleinement conforme à l’arrêt de la Cour européenne.
 
Le temps est également important ici. Si le respect n’est atteint qu’après plusieurs années, il sera trop tard pour annuler ce que la CEDH a reconnu comme un blocage délibéré de la capacité de Demirtaș à prendre part à la politique. Ce serait l’équivalent légal du médecin qui a déclaré que l’opération était un succès, mais le patient est décédé. La poursuite de cette affaire est un test de crédibilité pour la CEDH et pour le Conseil de l’Europe, qui fait de la protection des droits de l’homme une mission essentielle.
 
Mercredi également, le procès a repris en Turquie contre les assassins présumés de l’éminent avocat des droits de l’homme, Tahir Elçi, président du barreau de Diyarbakir. Elçi, qui avait remporté des procès contre la Turquie devant la Cour européenne des droits de l’homme, a été abattu alors qu’il prononçait un discours appelant à la paix en 2015. Il est décédé lorsque la police a ouvert le feu sur deux combattants du PKK en cours d’exécution qui avaient abattu deux policiers dans une rue adjacente. L’enquête promise par le gouvernement n’a jamais eu lieu et ils ont plutôt accusé le PKK. Blâmer le PKK est une position gouvernementale standard, qu’Elçi avait lui-même dénoncée devant la Cour européenne dans l’affaire du massacre de Kușkonar, lorsque 38 villageois kurdes ont été tués par l’armée turque en 1994.
 
Comme l’État n’avait pas enquêté sur la mort d’Elçi, l’association du barreau a chargé Forensic Architecture, basée au Royaume-Uni, de faire une analyse indépendante , rassemblant ce qui aurait pu se passer à partir des différentes images de la caméra des événements. Celui-ci a été publié en février 2019 et a conclu que le coup de feu mortel aurait pu être tiré par l’un des trois policiers. L’Etat turc a donc été contraint de traduire les officiers en justice, mais ils ont également inculpé l’un des membres du PKK. (L’autre n’est plus en vie.) Comme l’a tweeté Forensic Architecture, «Le 3 mars, le procès de l’assassinat de Tahir Elçi rouvre. Mais il y a un problème avec l’acte d’accusation. Il inculpe les officiers que nous avons identifiés, mais inculpe également un militant du PKK, malgré nos conclusions montrant clairement qu’il ne pouvait pas être responsable de la mort d’Elçi». Une lettre a été envoyée aux rapporteurs spéciaux de l’ONU, signée par une longue liste d’associations d’avocats de différents pays, demandant une action urgente pour assurer une enquête appropriée.
 
Alors que Forensic Architecture n’a pas pu examiner le mobile, les trois policiers n’ont été accusés que d’ «homicide par négligence», mais le militant du PKK a été accusé d’homicide intentionnel. Elçi avait reçu de nombreuses menaces de mort et avait également été arrêté pour propagande terroriste, après avoir déclaré sur CNN Turk le mois précédent que le PKK n’était pas une organisation terroriste, mais un mouvement politique armé avec des revendications politiques et une base de soutien importante dans la société. Il s’agit d’un argument similaire à celui accepté par la plus haute juridiction de Belgique l’année dernière, qui définissait l’organisation comme «une partie à un conflit armé non international». Les personnes qui voulaient la mort d’Elçi n’étaient pas le PKK.
 
De l’autre côté de la frontière dans la région du Kurdistan irakien, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) dominant semble prendre des leçons de piratage judiciaire auprès de ses voisins turcs. Jeudi, le Conseil de sécurité régional du Kurdistan a publié une courte vidéo fortement éditée qu’il a qualifiée de «confessions d’un réseau d’espionnage». Cela vise à soutenir les condamnations largement critiquées le mois dernier de cinq journalistes et militants accusés de complot de sabotage en liaison avec le PKK et des États étrangers. Mais la vidéo a donné lieu à une nouvelle série de critiques- notamment par trois membres éminents du Conseil de sécurité régional liés à l’Union patriotique du Kurdistan (principal rival du PDK), qui prétendaient n’avoir rien dit à ce sujet. Les cinq hommes ont déclaré au tribunal qu’ils avaient été contraints de signer des «aveux» sous la contrainte et ils ont fait de graves allégations de torture.
 
Pendant ce temps, alors que la région se prépare à la visite du Pape la semaine prochaine et à la publicité positive qu’ils espèrent qu’elle apportera, le gouvernement régional kurde a déroulé le tapis rouge pour un dirigeant un peu moins pacifique. Des photographies montrent Masoud Barzani, chef du PDK, posant à côté d’un Nasr al-Hariri parfaitement adapté, qui dirigeait une visite de trois jours d’une délégation du Conseil national syrien soutenu par la Turquie. Al-Hariri a soutenu les occupations brutales de la Turquie en Syrie, et une autre image bien partagée le montre en train de présider une réunion dont les membres incluent Hatem Abu Shaqra, qui était présent lors du meurtre de la politicienne kurde Hevrîn Xelef (Havrin Khalaf). Cela n’est guère de bon augure pour ceux qui recherchent un avenir pacifique grâce à l’unité inter-kurde, ou soutiennent les projets soutenus par les États-Unis de négocier un accord dans le nord-est de la Syrie entre les groupes soutenus par le PDK et le parti dominant de l’Union démocratique (PYD).
 
Au Kurdistan oriental (iranien), reconditionner les violations des droits humains n’est pas considéré comme nécessaire. Il n’y a pas de Cour européenne à respecter: en effet, la République islamique s’oppose résolument aux valeurs occidentales. Mais cela ne veut pas dire que nous devrions laisser ses abus passer inaperçus et non marqués. Le mois dernier, l’Association des droits humains d’Hengaw a enregistré 20 citoyens kurdes «arrêtés pour activité politique et coopération avec les partis kurdes, un pour activité civique et un pour activité idéologique et religieuse». Et ils ont compté qu ‘«au moins 15 kolbars [porteurs de marchandises entre les Kurdistan du Sud, d’Est et du Nord] et des commerçants locaux ont été tués et blessés aux frontières du Kurdistan iranien… par le feu direct des forces armées iraniennes».
 
Les divers groupes djihadistes qui contrôlent les zones de Syrie occupées par la Turquie – et se disputent souvent ce contrôle – ne se sentent pas non plus obligés de dissimuler les atrocités qu’ils commettent. Et la Turquie, bien qu’elle assume la responsabilité globale de ce qui se passe, peut se distancer des mercenaires à sa solde. La Turquie tente également de garder le contrôle du récit en ne permettant pas l’accès aux journalistes non accompagnés – une pratique qui a atteint son apogée dans le récent article de propagande turque sur Afrîn écrit par le New York Times. Le contrecoup que cela a provoqué a révélé les limites de cette politique.
 
Bien sûr, l’approche de la Turquie à l’égard de la Syrie, et des Kurdes plus généralement, est tout à fait conforme à la «guerre, c’est la paix» de 1984, y compris les noms des invasions, « Rameau d’olivier » et « Printemps de la paix », et la création d’un «coffre-fort notoirement dangereux».
 
(Juste au cas où quelqu’un serait tenté d’utiliser cette litanie d’hypocrisie pour justifier un sentiment de supériorité occidentale, Counter Punch a publié un résumé utile du rôle de la CIA dans la construction de la Turquie moderne, image de la démocratie et de la liberté comme il est possible d’être.)
 
Mais il n’y a rien d’inévitable dans tout cela, comme nous l’a rappelé le HDP dimanche dernier. Le dernier jour de février, il y a six ans, l’accord de Dolmabahçe a été déclaré à Istanbul: un plan en dix points pour résoudre l’avenir des Kurdes en Turquie, qui avait été négocié entre Abdullah Öcalan et l’Etat turc. Le gouvernement turc a par la suite nié l’accord et s’est retiré des négociations, mais son existence démontre qu’il existe un autre moyen. La déclaration du sixième anniversaire du HDP se lit comme suit: «Le seul moyen de sortir du sombre scénario [d’aujourd’hui] est le retour à une volonté de solution démocratique, qui a été exprimée dans l’accord de Dolmabahçe. L’interlocuteur de cet accord est l’ensemble de la société…»
 
Par Sarah Glynn, pour Medya News

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici