ONU: Des responsables turcs étaient présents lors de la torture des prisonniers à Afrin

0
883
SYRIE / ROJAVA – Des responsables turcs étaient présents lors de la torture de prisonniers par des gangs islamistes dans le canton kurde d’Afrin, ont déclaré plusieurs survivants à une commission des Nations Unies.
 
La Commission d’enquête de l’ONU sur la République arabe syrienne a publié lundi un projet de rapport sur les détentions et les disparitions.
 
Le rapport comprend plusieurs conclusions accablantes sur le comportement des groupes syriens réunis sous le nom de l’Armée Nationale Syrienne (ANS) alliée à la Turquie dans la région kurde d’Afrin occupée qu’ils occupent depuis mars 2018.
 
Depuis lors, l’ANS a commis des crimes de guerre, crimes contre l’humanité, du nettoyage ethnique, du pillage, trafic d’êtres humains, de féminicides et d’esclavage sexuel des femmes et de fillettes.
 
Des centaines de civils d’Afrin ont été kidnappés ou portés disparus après que les gangs aient commencé à rançonner la population locale, une pratique qui s’est progressivement transformée en une opération systématique d’extorsion de la population kurde d’Afrin, selon le rapport des Nations unies.
 
Les survivants disent que leurs ravisseurs leur ont infligé des coups fréquents et sévères tout en exigeant que les détenus avouent leurs liens avec l’administration kurde d’Afrin avant l’invasion. Les gangs ont également agressé et violé des femmes et fillettes pendant leur détention, en kidnappant certaines d’entre elles et en les mariant de force.
 
« L’ANS a particulièrement ciblé la minorité religieuse yézidie d’Afrin. Les sanctuaires yézidis ont été pillés et les familles yazidies ont fait l’objet de rançons exorbitantes », a déclaré Amy Austin Holmes, membre du Centre Wilson.
 
«Même s’ils survivent, c’est un moyen de forcer le changement démographique, de forcer les quelques Yézidis qui vivent encore à Afrin à partir», a déclaré Holmes à la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale en juin 2020. «C’est une façon de s’engager dans le nettoyage ethnique et le changement démographique sans réellement tuer des gens.»
 
Une femme yézidie a déclaré aux enquêteurs de l’ONU que les rebelles l’avaient battue avec des câbles tout en la menaçant de mort. «Les Yezidis sont des infidèles. Nous vous expulserons de votre terre. Vous mourrez ici », aurait dit à la femme un membre de la milice.
 
Les troupes turques étaient fréquemment présentes dans les centres de détention rebelles et ont assisté à des séances de torture, selon le témoignage des survivants cité dans le rapport de l’ONU.
 
L’ambassade de Turquie à Washington n’a pas répondu à une demande de commentaire par courrier électronique.
 
Joint par SMS, le porte-parole de l’Armée nationale syrienne, Youssef Hammoud a déclaré: «Je ne suis plus pressé de lire des rapports comme celui-ci. L’ONU a été politisée dans ses affaires, donc je ne vois pas l’utilité de se précipiter pour s’informer.»
 
Hammoud a déclaré que le rapport était en cours de traduction et a promis de revenir avec des commentaires plus spécifiques, mais n’a pas répondu aux messages de suivi avant la mise sous presse de cet article.
 
Malgré les détails des abus, le rapport de l’ONU a trouvé peu de mains propres dans le conflit syrien. Des centaines de témoins ont déclaré aux enquêteurs de l’ONU que des groupes anti-gouvernementaux – y compris l’Armée syrienne libre, l’État islamique et les ramifications d’Al-Qaïda – ont régulièrement disparu et torturé leurs opposants.
 
Le gouvernement syrien a également mené une campagne bien documentée contre les dissidents, y compris les disparitions systématiques, la torture et les meurtres. Les groupes de défense des droits humains estiment que des dizaines de milliers de personnes sont mortes dans les prisons du régime syrien.
 
Même les forces soutenues par les États-Unis accusées d’actes de torture
 
L’ONU a déclaré que les FDS dirigés par les Kurdes avaient «détenu arbitrairement et parfois torturé» ses opposants politiques, y compris sur un «site noir» à al-Malkiya. Les enquêteurs ont trouvé trente cas de ce type entre 2013 et 2020, selon le rapport.
 
Le bureau politique des FDS à Washington n’a pas répondu à une demande de commentaire avant la publication.
 
De l’autre côté des lignes de front, le rapport de l’ONU a désigné deux groupes rebelles autrefois soutenus par les États-Unis, la division Sultan Murad et la division Hamza, comme parmi les pires tortionnaires d’Afrin.
 
La division Sultan Murad a reçu des armes antichar dans le cadre d’un programme secret de la CIA pour combattre le gouvernement syrien. Alors que la division Hamza a été approuvée, entraînée et armée par les États-Unis dans le cadre d’un programme du ministère de la Défense maintenant disparu pour forger une armée rebelle contre l’État islamique. Les deux ont rejoint plus tard l’ASN.
 
«Le portefeuille de la division Hamza a ensuite été repris par la Turquie dans le contexte de son intervention directe fin 2016 en Syrie et du désengagement des États-Unis du nord-ouest de la Syrie», a déclaré Alexander McKeever, chercheur à Syrians for Truth and Justice, à Ahval News.
 
«Depuis lors, la taille du groupe a considérablement augmenté, ce qui, en conjonction avec ses liens étroits avec la Turquie, lui a permis de devenir l’une des factions les plus importantes dans les régions de Syrie contrôlées par la Turquie», a-t-il déclaré.
 
Le groupe s’est également engagé dans des activités de mercenaires en Libye et en Azerbaïdjan.
 
Une série d’incidents l’année dernière a révélé l’étendue des exactions de la division Hamza contre la population civile d’Afrin.
 
Lors d’un différend en mai 2020 dans un magasin local, des combattants de la division Hamza ont ouvert le feu et tué plusieurs civils. En réponse, une foule en colère a pris d’assaut le siège du groupe, où ils ont trouvé plusieurs femmes [nues et dans un état térrible] dans une prison secrète.
 
Une vidéo montrait les femmes escortées hors de la prison par la police militaire soutenue par la Turquie. Les groupes kurdes l’ont qualifié d’ «insulte aux femmes du monde entier» et ont exigé une enquête impartiale.
 
Les experts ne doutent guère de la cause profonde de ces violations
 
«À moins que la Turquie ne se retire des zones qu’elle occupait, notamment Ras al-Ayn, Tal Abyad et Afrin, il est peu probable que les habitants d’origine – quelle que soit leur religion, quelle que soit leur appartenance ethnique – retourneront jamais chez eux», a déclare Holmes lors de son témoignage à la commission.
 
«Il est peu probable que les Yézidis et les chrétiens qui y ont vécu pendant des centaines d’années puissent un jour rentrer chez eux à moins que la Turquie ne se retire.»
 
Via AHVAL
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici