Les femmes combattantes de Shengal: Ne pas être organisé signifie l’extinction

0
332

IRAK / SHENGAL – Les unités féminines de Shengal ont été créées par les femmes yézidies rescapées du génocide commis par DAECH qui ont été secourues par les forces kurdes venues du Rojava et de Qandil. Dans une déclaration marquant le 5e anniversaire de leur fondation, le commandement des YJŞ a déclaré : « Ne pas être organisé signifie l’extinction sur ces terres. »

Les Unités féminines de Shengal (Yekîtiyên Jinên Şengalê – YJŞ) ont été fondées il y a cinq ans. Le commandement de YJŞ a publié une déclaration à l’occasion de l’anniversaire de la fondation, rappelant que, sans une lute organisée, le peuple yézidis aurait été exterminé sur ses terres.
 
Attirant l’attention sur le rôle des troupes de femmes libres (YJA STAR) et des unités de défense des femmes (YPJ) dans la libération du Shengal (Sinjar), les YJŞ ont déclaré :
 
« Nous exprimons notre amour, nos salutations et notre respect les plus sincères à la YJA STAR et aux YPJ (Unités de protection féminine du Rojava), qui nous ont permis de libérer nos femmes, nos mères et la société et, surtout, de retrouver notre volonté et notre identité, qui est la source de notre organisation. En tant que femmes du Shengal, nous n’oublierons pas les efforts qu’elles ont déployés pour notre société et les YPJ seront toujours une source de force pour nous. Sur cette base, nous commémorons tous nos camarades martyres en la personne de Gülçin, Nûjiyan, Ezda, Berivan, Arin et Viyan.
 
L’histoire du yazidisme remonte aux temps anciens. Les terres sacrées de la Mésopotamie, berceau des civilisations, ont été le témoin de cette culture et de cette croyance. Il s’agit d’une croyance, d’une morale et d’une culture nobles qui remontent à l’âge néolithique. Elle est basée sur les valeurs de la Femme-Mère, la solidarité, la loyauté, l’amour, le patriotisme, la moralité, le respect, le courage, l’égalité et la justice. Dans l’histoire des Yazidis, les femmes yazidies ont été mentionnées à de nombreux égards, notamment par des femmes célèbres telles que Xatuna Feyra, Meyan Xatun, Fatê, Mère Zero, Stiya Zin. Les femmes yazidies considèrent le Xatuna Feyra comme sacré. Il y a des femmes qui se sont sacrifiées pour leur foi. C’est la réalité de la vérité. Cependant, les pouvoirs en place n’ont jamais accepté cette culture et cette croyance et ils ont commis des massacres contre notre peuple. Ces massacres ont eu un grand impact sur notre peuple yazidi.
 
Lorsque les gangs de DAECH, l’ennemi de l’humanité, ont attaqué notre peuple le 3 août 2014, nous avons été témoins d’une nouvelle trahison. En ces jours difficiles, personne ne pensait que notre société pouvait se débarrasser de cet ennemi brutal. En tant que femmes yazidies, nous nous sommes organisées sous l’égide des YPJ Shengal et nous nous sommes battues en adoptant la culture de lutte des femmes yazidies. Nous nous sommes développées de plus en plus. Cela n’a certainement pas été facile. Parce que l’ennemi a essayé d’éloigner nos jeunes de leur culture pendant des années par des politiques de modernité capitaliste. Ce système s’adressait surtout à nos femmes et à nos jeunes filles. Notre société a beaucoup souffert, elle s’est appauvrie. Il a donc fallu faire de grands efforts pour se rendre compte de l’ampleur du massacre et pour y résister.
Grâce à la lutte que la YJA-Star et les YPJ nous ont fournie et grâce à la philosophie d’Abdullah Öcalan, l’esprit de résistance des femmes yazidies a émergé une fois de plus. Grâce à cette philosophie et à cette résistance, nous avons gagné en volonté, en croyance, en identité, en pouvoir, en organisation et en persévérance. Ces difficultés se sont transformées en une grande force de combat. En effet, l’organisation était pour nous un besoin aussi important que le pain et l’eau. Car être désorganisé sur ces terres signifie l’extinction. Le fait que nous, en tant que YJŞ, résistons à toute forme d’attaque, de propagande et de pression de l’ennemi, nous le devons au Rêber Apo (leader Öcalan) et à nos martyrs. Par conséquent, nous sommes prêts à faire tout ce qui est nécessaire pour la liberté du Rêber Apo, car nous nous sommes organisés avec ses idées dans les moments les plus difficiles.
 
Aujourd’hui, les femmes, les mères et les filles s’unissent et s’organisent autour des forces de défense. Pour nous, c’est une étape de développement très importante et significative. C’est une étape importante et significative pour nous. Nous allons plus que jamais intensifier la lutte pour mener cette étape vers la liberté du leader Apo et une société libre. Notre promesse au Leader Apo, l’architecte de notre existence, et aux martyrs héroïques sera faite sur cette base. Une fois de plus, nous nous souvenons de tous nos martyrs avec respect, et nous nous inclinons devant leurs luttes et leurs souvenirs avec respect ».

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici