IRAK. La Turquie aurait tué des otages turcs détenus par la guérilla kurde

0
752
KURDISTAN DU SUD – Le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) annonce que la Turquie a bombardé un camp du PKK où étaient détenus des otages turcs, dont des espions et des militaires, dans la région kurde de Garê, dans le nord de l’Irak.
 

Le commandement du quartier général central de la défense populaire a publié une déclaration sur la mort de prisonniers de guerre lors de l’attaque armée turque contre les bases de la guérilla kurde à Gare :

« L’opération d’occupation lancée par l’État turc à Gare, dans les zones de défense de Medya le 10 février, a été stoppée après la défaite au petit matin du 14 février. Contre la tentative ignoble de l’ennemi de s’établir définitivement à Gare, la guérilla de la liberté du Kurdistan a mis en place l’une des plus grandes résistances de son histoire et a donné une réponse ferme.

Un camp où étaient détenus des prisonniers de guerre appartenant aux forces de sécurité turques a été attaqué à Gare. Le camp a été bombardé intensivement depuis les airs à cinq heures le 10 février. Cela a été suivi d’une attaque au sol dans laquelle toutes les formes de technologie de guerre ont été utilisées. Afin de se protéger et de protéger les prisonniers, nos forces situées dans le camp sous les bombardements ont donné la réponse nécessaire aux occupants et les ont frappés efficacement. Après cette frappe, l’armée turque d’occupation s’est un peu retirée. Bien qu’il sache qu’il y avait des prisonniers là-bas, le camp a de nouveau été bombardé intensivement par des avions de combat. Le bombardement, qui a duré trois jours, et les batailles féroces à l’intérieur et à l’extérieur du camp ont entraîné la mort de certains des membres du MIT, des soldats et des policiers que nous avions capturés.

Que personne ne survivrait à une attaque aussi féroce est clair pour quiconque possède des connaissances militaires de base. L’attaque ne visait pas à libérer les prisonniers de guerre, mais à les détruire. La seule personne responsable de la mort de ces personnes est Hulusi Akar. Il a donné l’ordre d’une telle attaque et n’a aucun sentiment humain.

Pour dissimuler cette attaque inhumaine, sa propre saleté et son profond manque de succès, l’ennemi, dans un tourbillon d’excitation, recourt au mensonge et aux faits tordus. Quoi qu’il fasse, il ne pourra pas dissimuler la vérité. Il est suffisamment connu du public qu’en tant que mouvement, nous n’avons fait de mal à aucun prisonnier entre nos mains à ce jour. La plus grande preuve en est que nous avons protégé les prisonniers avec grand soin jusqu’à aujourd’hui, malgré des années de bombardements massifs et d’attaques constantes de l’armée d’occupation turque.

Au début de l’attaque d’occupation, nous avons rendu public que le quartier de la Gare, y compris un camp de prisonniers de guerre, avait été lourdement bombardé et soumis à de violentes attaques. Les proches des prisonniers ont fait appel à l’État turc et ont demandé l’arrêt immédiat de l’attaque. Néanmoins, les attaques se sont continuellement poursuivies. Cela a montré une fois de plus le vrai visage de l’État turc. Il ne comprend rien à l’humanité, n’a pas de conscience et n’hésite pas à consommer et à tuer même son propre peuple sans sourciller. Les représentants de cette façon de penser inhumaine et fasciste devront en rendre compte aux peuples de Turquie.

De toute évidence, l’opération d’occupation à Gare du 10 au 14 février et la grande résistance qui y a été menée ont produit des résultats importants. Les détails de la guerre qui a eu lieu et le bilan final des deux parties seront clairement clarifiés et publiés prochainement. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici