Le défi de Joe Biden : l’autonomie kurde et l’expansionnisme turc

0
1162
« De nombreuses personnes disent que si les [Kurdes syriens] FDS prenaient suffisamment de distance par rapport au PKK, la Turquie les laisserait tranquilles. C’est faux et Biden devrait s’en rendre compte. La Région du Kurdistan d’Irak est un bon exemple de la fausseté de cette affirmation », écrit Dastan Jasim, chercheuse à German Institute for Global and Area Studies (GIGA).
 
Dastan Jasim étaye ses propos dans un long article publié sur le site de GIGA dans lequel elle invite les Etats-Unis à reconnaitre et soutenir les institutions du Rojava d’une part et pousser la Turquie à reprendre les pourparlers de paix d’avec le PKK d’autre part pour mettre fin au chaos qui embrase le Moyen-Orient.    
 
Voici la conclusion de Dastan Jasim: 
 
« Ces trois personnes [Antony Blinken, Lloyd Austin et Brett McGurk] nommées par Biden ont précédemment servi dans l’administration Obama. Par conséquent, une question centrale au cours des prochains mois sera de savoir si l’administration Biden poursuivra simplement l’approche de Barack Obama. L’ancien président était connu pour vouloir mettre fin aux «guerres pour toujours» et se retirer du Moyen-Orient, mais la discussion pourrait être différente maintenant. Elle pourrait tourner autour de la question de savoir comment non seulement retirer les forces, mais aussi résoudre activement et donc mettre fin au conflit. La doctrine Obama se caractérisait par la délégation d’une implication active soit à la guerre des drones, soit à des gouvernements considérés comme apportant une certaine stabilité s’ils étaient suffisamment apaisés. Ce calcul n’a pas fonctionné, en particulier dans le cas de la Turquie.
 
Au moins depuis 2019, il y a eu très peu d’opposition des États-Unis au nombre croissant d’interventions turques en Libye et en Méditerranée orientale, à ses mouvements unilatéraux et soudains et à ses attaques répétées à motivation ethnique contre les zones kurdes en Syrie et en Irak. En particulier, ce dernier a eu un coût humain élevé, mais a également entraîné des pertes stratégiques et militaires dans la guerre contre Daech. Finalement, une solution pour la Syrie post-DAECH qui permette la stabilité et une paix durable dépend du statut politique de l’AANES. Cela ne peut être réalisé sans la médiation des pourparlers de paix entre la Turquie et le PKK, car cette contestation vieille de plusieurs décennies (et avec elle, la question kurde en Turquie) est à l’origine même des conflits actuels entre les Kurdes d’Irak et de Syrie et l’armée turque.
 
Pour faire un pas vraiment substantiel, deux étapes sont essentielles: Premièrement, des pourparlers de paix multilatéraux officiels entre le gouvernement turc et le PKK doivent être lancés, auxquels les États-Unis et l’UE participent. Deuxièmement, une feuille de route pour l’autonomie kurde devrait être conçue qui transcende le faux débat de la dépendance contre l’indépendance et se penche sur la plus grande question du renforcement des institutions réelles dans les zones kurdes en Syrie et en Irak en créant des institutions politiques responsables et représentatives. Si Biden veut ramener les États-Unis dans la politique mondiale et les affaires du Moyen-Orient, entamer une discussion sur le type de cadre politique dans lequel l’AANES [Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est] peut être intégrée dans un ordre d’après-guerre en Syrie pourrait être un point d’entrée précieux. Cette discussion ne peut cependant avoir lieu sans ramener la Turquie dans le processus, idéalement en tenant des pourparlers de paix directement avec le PKK. Si ces pourparlers réussissent et qu’un statut politique internationalement reconnu pour les Kurdes de Syrie peut être négocié, les États-Unis parviendront à stabiliser puissamment leur rempart le plus solide contre la résurgence de l’Etat islamique dans la région.
 
Une vision claire des États-Unis sur la Turquie peut également permettre à l’UE d’agir de manière plus forte et plus cohérente vis-à-vis de la Turquie dans d’autres contextes, comme en Méditerranée orientale, en Libye et en Arménie. Il est temps que l’UE, en particulier l’Allemagne, reconsidère sa relation actuelle avec la Turquie. Les négociations sur l’admission à l’UE ne sont pas non plus en cours, et il n’y a pas non plus de plans clairs pour sanctionner la Turquie. Cette limbe politique ne peut pas durer indéfiniment – elle encourage simplement la Turquie à continuer à tester ses limites. En outre, l’Allemagne devrait essayer d’atténuer le pouvoir de l’État turc en Allemagne, en particulier contre les dissidents politiques et les personnalités de l’opposition qui y ont trouvé refuge. Une grande partie de la réticence de l’Allemagne est enracinée dans sa conscience de cette condition. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici