IRAN. Torture d’une prisonnière politique kurde malade

0
549

IRAN / ROJHILAT – Les autorités iraniennes torturent Zeynab Jalalian, une prisonnière politique kurde atteinte de maladies chroniques, en lui refusant des soins de santé pour la contraindre à faire des aveux télévisées, a déclaré Amnesty International lundi.

Zeynab Jalalian, une militante des droits des femmes et de la culture, se voit refuser des soins de santé par les responsables du ministère iranien du Renseignement – malgré sa récente contraction du coronavirus et un scanner médical montrant qu’elle avait des taches sombres sur ses poumons, a déclaré Amnesty.

« Le ministère du renseignement conditionne l’accès à des soins de santé adéquats, le transfert dans une prison plus proche du domicile familial dans la province de l’Azerbaïdjan occidental et la fin des représailles contre Zeynab Jalalian et sa famille au motif qu’elle a « avoué » des méfaits et exprimé des remords pour ses activités politiques passées devant les caméras et accepté de travailler avec le ministère du renseignement », a déclaré Amnesty.

Zeynab Jalalian avait été auparavant privée des soins médicaux après avoir contracté le coronavirus dans une prison de Téhéran, alors qu’elle était dans un état critique.

« Ce refus intentionnel de soins de santé lui cause de graves douleurs et souffrances, d’autant plus qu’elle souffre de graves problèmes médicaux, notamment de difficultés respiratoires post-Covid 19 », a déclaré l’organisation des droits humains, qui demande sa libération immédiate.

Jalalian a été arrêtée en 2008 pour son appartenance présumée au Parti de la vie libre du Kurdistan (PJAK), un groupe d’opposition armé kurde iranien – des accusations qu’elle a niées. Quatre officiers l’ont violemment frappée et l’ont sortie du bus dans lequel elle voyageait entre Kermanshah (Kirmaşan) et Sanandaj (Sînê) lors de son arrestation.

Elle aurait été torturée par le ministère des renseignements peu après son arrestation, après avoir refusé d’avouer son appartenance au PJAK et de demander pardon devant la caméra.

D’abord condamnée à mort par un tribunal révolutionnaire de Kermanshah pour « inimitié contre Dieu » en 2008, sa peine a été réduite à la prison à vie en 2011 par la cour d’appel.

Une source qui s’est adressée au Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire en 2016 a déclaré que « bien que l’activisme et les activités de Mme Jalalian aient été soutenus par le PJAK, il n’y a aucune preuve qu’elle ait jamais été impliquée, directement ou indirectement, dans la branche militante armée du PJAK ».

Jalalian a été détenue à la prison de Khoy, dans sa province natale de l’Azerbaïdjan occidental, pendant plusieurs années, mais elle a été emmenée à la prison de Shahre Rey, en dehors de Téhéran, en avril 2020.

Après avoir entamé une grève de la faim pour demander son transfert de Shahre Rey, elle a finalement été transférée dans une prison de la province de Kerman, où elle a été maintenue à l’isolement pendant trois mois et s’est vu refuser tout contact avec sa famille. Elle a été transférée à la prison de Kermanshah en septembre 2020.

« Zeynab Jalalian a décrit les transferts eux-mêmes comme une sorte de « torture mentale » ; chaque transfert de prison a signifié l’adaptation à de nouveaux gardiens, prisonniers et systèmes », a déclaré l’organisation dans son communiqué de lundi.

Elle a également déclaré qu’elle n’a pas pu emporter tous ses biens personnels avec elle pendant les transferts.

L’avocat de Jalalian, Amirsalar Davoudi, a également été condamné à une longue peine de prison en mai 2019 en raison de son travail en faveur des droits humains. Jalalian n’a pas eu d’avocat depuis.

Via Rudaw

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici