La Turquie attaque l’existence des Kurdes à travers l’invasion de Shengal

0
589

KURDISTAN – Le co-président de la Maison yézidie du canton de Jazira, Farouq Tozo, a déclaré que le complot des forces d’occupation turques pour occuper Shengal visait l’existence kurde dans la région, dans un projet global de liquidation de tous les peuples et croyances historiques du Moyen-Orient.

Massacrés d’abord par les Ottomans dès le 6e siècle, puis par l’Etat islamique en 2014, les Yézidis vivent sous la menace permanente de massacres. Aujourd’hui, ils sont surtout menacés dans le canton kurde d’Afrin occupée par la Turquie.
 
Malgré des siècles de persécution, les Yézidis ont préservé leur culture et leur histoire. Les massacres contre la population yézidie ont eu lieu par décret (Ferman) émis par les Padishahs ottomans à partir du 16e siècle. Depuis lors, les 74 vagues organisées de persécution et de massacres de Yézidis sont appelées «Fermans».
 
Le 74e décret a eu lieu le 3 août 2014, quand l’Etat islamique (EI) a envahi la région de Shengal, a massacré des Yézidis, violé et vendu des femmes et des filles sur les marchés aux esclaves, kidnappé des adolescents pour en faire des soldats du califats. Les Kurdes yézidis se sont défendus et ont expulsé l’EI de la région de Shengal avec l’aide des Unités de défense du peuple et des femmes (YPG / YPJ) et des Forces de défense du peuple (HPG) [branche armée du PKK] et des troupes des femmes libres (YJA- Star) Mais les attaques de l’Etat islamique ont été suivies d’attaques de l’Etat turc et ses milices, à Afrin d’où les Yézidis ont été chassés.
 

Le coprésident de la Maison Yazidi dans le canton de Jazira, Farouq Tozo, déclare que la politique hostile adoptée contre les Yézidis n’a jamais cessé depuis l’époque des Turcs Ottomans, « car ils perçoivent les Yazidis comme dangereux, comme nous le sommes des Kurdes autochtones pour cela, ils ciblez-nous non seulement à Shengal, mais partout. » 

Tozo a indiqué que les Ottomans avaient mené une politique spéciale pour détruire la société kurde de l’intérieur, pour fomenter la sédition et la dispute entre les Kurdes yézidis et d’autres Kurdes non musulmans, ajoutant que les Ottomans « donnaient aux Kurdes musulman des Firmans contre les Yézidis qui ont fait du mal aux Kurdes de manière incommensurable. Cela a créé un état de ressentiment entre les Yazidis et les autres Kurdes, car le processus était couvert religieusement. »

Concernant le but de la Turquie d’occuper Shengal et tous les crimes commis contre les Yézidis, Tozo dit qu’ « en remontant à l’époque où l’Etat islamique a été formé pour la première fois, ils ont tous été soutenus et canalisés par la Turquie, car il vise en tant que puissance hostile à effacer et éradiquer l’histoire de la région, en la dégradant à mesure qu’elle apaise sa politique, car tous les sites historiques ont été déformés tels que Palmyre, Mossoul et son célèbre musée et Shengal de la grande histoire ».  

« Shengal représente la culture kurde indigène et le folklore kurde, car la montagne a un emplacement stratégique. Le bombardement par la Turquie d’Ain Dara en 2918 et ses tentatives d’éradication de l’histoire sont une preuve tangible. La Turquie et les Ottomans sont marqués par le sang, l’histoire qu’ils ont créée », a déclaré Tozo.

« La Turquie tente de mettre fin à toutes les cultures anciennes et profondément enracinées dans la région, non seulement les Yézidis, mais plutôt les Circassiens, les Arméniens, les Assyriens et même les Turkmènes ont tous été visés, les dernières attaques menées contre les Yézidis ont attiré l’attention qui a conduit à des recherches dans le historique de telles attaques et menaces », a ajouté Tozo.

« Puisque l’Etat islamique n’a pas été en mesure de détruire la culture kurde, la Turquie n’épargne aucun effort pour le faire, mais elle est condamnée à échouer, tant que nous sommes vivants », a-t-il déclaré.

Tozo a évoqué l’histoire en disant que « toutes les composantes se sont aidées les unes les autres, par exemple le chef yézidi Hamu Sheru a refusé de remettre les Arméniens qui se sont réfugiés à Shengal fuyant les Ottomans, ce qui a conduit à la mobilisation des troupes ottomanes contre la montagne, et une condamnation à mort de Sheru ». 

Hamu Sheru offre protection et refuge à plus de 200 familles chrétiennes et 1000 familles arméniennes à l’époque des Ottomans.

Les Ottomans avaient l’habitude de frapper les grands clans yézidis – tels que le clan Welati Xalta qui ont été réprimés par les soldats ottomans – qui étaient puissants au Kurdistan, en raison de la perception que ces clans représentaient un danger pour les projets ottomans.

« Plus de 365 villages yézidis étaient habités par les Xaltas au Kurdistan du Nord (Bakur) qui ont été attaqués et démolis entre 1915 et 1916, comme ces villages n’ont jamais adopté leur politique, le danger turc n’est pas quelque chose de nouveau, il va très loin dans l’histoire. La création de bases militaires à Ba’shiqa (…). Ba’shiqa abritait de grands intellectuels yézidis, tout cela dérange la Turquie », a déclaré Tozo.

Le 22 Janvier 2021 le président turc Receb Tayyip Erdogan a fait connaître son intention d’occuper les deux Derik de Kurdistan syrien et Shengal de Basur, auquel Tozo a répondu que tout cela visait le statut de l’autonomie de Shengal et de l’auto-administration, ajoutant que la situation à Shengal était très différente de celle d’avant l’offensive de l’EI.

« Des associations civiles et militaires ont été formées par les Yézidis à Shengal. Elles sont très actives sur la scène diplomatique, elles ne devraient être qu’une seule unité », conclut Tozo.

Farouq Tozo

ANHA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici