Empreinte et rôle des femmes au sein de l’Administration autonome du Rojava

0
302

SYRIE / ROJAVA – La coprésidente de l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est, Berivan Khaled, déclare que les femmes travaillant au sein de l’Administration autonome ont un rôle claire et tangible visant à encourager les femmes à jouer leur rôle actif dans la société et qu’elles lutent pour protéger les acquis des femmes et se débarrasser de la mentalité autoritaire.

Afin d’évaluer deux ans d’activité et de travail des femmes au sein de l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est, l’agence ANHA a interviewé la coprésidente kurde de l’Administration autonome, Berivan Khaled, qui a attiré l’attention sur le rôle des femmes au sein de l’administration, soulignant les difficultés auxquelles elles sont confrontées, tout en insistant sur l’importance de l’influence et de la présence positive des femmes dans l’Administration et au coeur de l’appareil de décision.

Comment les femmes se sont-elles organisées au sein de l’administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie, et comment pouvez-vous évaluer leur statut dans les deux ans qui suivent la création de l’administration ?

Les femmes au sein de l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est, ainsi que des organisations civiles, ont assumé leur rôle dans tous les domaines, que ce soit dans la sphère politique, économique et militaire, et ont pris leur rôle de premier plan dans le domaine administratif.

Les femmes se sont organisées au sein de l’Administration autonome depuis le début de son annonce, d’abord dans les régions d’al-Jazira, d’Afrin et de l’Euphrate, puis dans les Administrations civiles de Tabqqa, Raqqa, Manbij et Deir Ezzor (…).

Cette organisation était au niveau de la co-présidence dans tous les organes, bureaux et comités, et au niveau des députés sous le nom de Coordination des femmes dans l’administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie.

Qu’est-ce que la présence des femmes a changé dans l’administration autonome et qu’est-ce qu’elle y a ajouté ?

Les femmes ont une empreinte claire dans l’administration en général, et une présence positive et efficace dans tous les aspects, qu’ils soient administratifs ou organisationnels, même s’ il y a des obstacles, des difficultés auxquelles elles sont confrontées lors de leur participation aux coprésidences, le fait que les femmes dans notre société souffrent de la mentalité masculine qui n’accepte pas leur rôle au niveau de la coprésidence (…) au centre de décision et de responsabilité.

Bien sûr, les femmes font partie de la société, elles en représentent le segment le plus important, elles ont fait face à des difficultés et à des défis, et ont beaucoup souffert en 2020, tout comme la société en général, mais leur souffrance a été plus grande, et malgré les difficultés, les obstacles et les critiques, elles ont eu un rôle de premier plan et une empreinte claire dans tous les domaines. Grâce aux directives, à l’adhésion des femmes à leur essence et à l’esprit de responsabilité pour la protection de leurs acquis et de ce projet – car elles sont les premières responsables de la protection de ce projet et des acquis des femmes au sein de la révolution de la Syrie du Nord et de l’Est – les femmes ont joué un rôle positif dans tous les domaines de l’administration, qu’elle soit militaire, administrative, politique ou sociale, et ont en quelque sorte réussi à surmonter ces difficultés avec l’esprit des femmes libres.

Comment les femmes luttent-elles contre la mentalité masculine par leur présence dans l’administration autonome ? Comment jouent-elles leur rôle dans la correction des idées fausses que les régimes en place ont transmises à nos sociétés et ont confondu le pouvoir et l’administration ?

Les régimes au pouvoir avaient un concept et une orientation clairs, à savoir la représentation de l’autorité de l’homme sur les femmes et la société. L’homme est celui qui supervise, gère et préside, mais l’Administration autonome a pu surmonter cette mentalité en appliquant le principe de la coprésidence dans tous les organes, bureaux et conseils, qu’il s’agisse du Conseil exécutif, législatif ou judiciaire, et les femmes ont eu un rôle clair à jouer à cet égard.

Ce n’est un secret pour personne que la mentalité autoritaire imposée par les régimes au pouvoir souffre, tandis que les femmes la dépassent dans un esprit de responsabilité, de sensibilisation, de formation et d’éducation, et en se débarrassant de cette mentalité et en formant les hommes à leurs côtés. Pourtant, nous souffrons toujours de cette mentalité parce que les autorités au pouvoir ont beaucoup travaillé pour ancrer ces idées dans les esprits et au plus profond de la société, Il est donc difficile de les surmonter en quelques années seulement, il y a une lutte permanente et un chemin ardu devant nous, et les femmes de l’Administration autonome et de tous les domaines de la révolution dans le nord et l’est de la Syrie doivent travailler et intensifier leurs efforts pour se débarrasser de cette mentalité.

Comment les femmes freinent les conflits autoritaires et ne cherchent pas à transformer l’administration en pouvoir ?

Les directives se poursuivent par la tenue de réunions d’organisation, de cours de formation, de dialogues et de sessions de sensibilisation pour que les femmes se débarrassent des conflits autoritaires imposés par les régimes au pouvoir, et pour qu’elles assument leur rôle d’administratrices et non d’autoritaires, contrairement à ce que les autorités au pouvoir tentent de consolider dans l’esprit de la société.

La participation des femmes à l’administration a-t-elle motivé les femmes d’autres régions à revendiquer leurs droits dans l’administration ?

Les femmes au sein de l’Administration autonome et de ses régions ont un rôle clair et tangible à jouer pour encourager les femmes de toutes les villes et du monde entier à assumer leur rôle dans la société, et à prendre le modèle de l’Administration autonome comme modèle de base pour elles dans l’administration en Syrie en général et dans le nord et l’est de la Syrie en particulier, ainsi qu’au niveau du Moyen-Orient.

Quel soutien l’administration autonome, en tant que partie responsable, apporte-t-elle aux organisations de femmes dans le nord et l’est de la Syrie ? Existe-t-il un soutien particulier pour réduire la violence ?

Il existe des organes et des comités de femmes dans les administrations autonomes et civiles au niveau du nord et de l’est de la Syrie, et il existe des organisations de femmes et des organisations de la société civile dans le nord et l’est de la Syrie qui ont une coordination permanente avec ces organes et comités, en plus des campagnes de sensibilisation conjointes entre les deux parties, en plus du soutien apporté à toutes les organisations de femmes, qu’il soit moral, promotionnel ou financier.

Quels sont les avis que vous suivez sur l’administration en général et la participation des femmes à celle-ci en particulier, quelles délégations diplomatiques recevez-vous toujours ? Lors de vos échanges avec elles, comment trouvez-vous la position de l’Administration autonome auprès de ces délégations ?

Lorsqu’une délégation étrangère vient dans les régions de l’Administration autonome, elle est éblouie par le système de l’Administration autonome, en particulier par l’empreinte évidente des femmes au sein de cette administration avec tous ses organes, leur participation effective à tous les aspects de l’Administration autonome et la loi sur les femmes qu’elles admirent.

Ces délégations ont des opinions et des perspectives particulières sur le rôle des femmes et leur participation dans l’Administration autonome, et sur le modèle de l’Administration autonome en général, ce modèle qui découle du leadership des femmes.

Quelles sont les principales réalisations des femmes en 2020 ?

Au cours des années de vie de l’Administration autonome, les femmes ont connu des avancées et des réalisations dans les régions du nord et de l’est de la Syrie, à commencer par la loi sur les femmes, sa ratification et son application dans les régions du nord et de l’est de la Syrie pour protéger leurs droits et leurs devoirs, jusqu’au système de coprésidence, les femmes assumant leur rôle dans tous les domaines, bureaux et organes de l’Administration autonome, et leur leadership dans la révolution du nord et de l’est de la Syrie.

Il existe plusieurs acquis et projets pour les femmes du nord et de l’est de la Syrie, mais au niveau de 2020, plusieurs défis se posent aux femmes en particulier, et aux peuples du nord et de l’est de la Syrie en général, notamment des défis économiques, politiques et sociaux, et parmi eux des défis sanitaires auxquels le monde entier est confronté, comme le virus Corona qui a dominé le système de santé dans le monde, en plus du défi le plus difficile qui est les attaques de l’État turc sur les régions du nord et de l’est de la Syrie, qui ont affecté le travail de l’Administration autonome en général, et le travail des femmes en particulier.

ANHA

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici