Les crimes de l’Etat turc contre les femmes kurdes à Afrin

0
558
SYRIE / ROJAVA – Le Centre de recherche et de défense des droits des femmes syriennes a préparé un rapport sur les crimes contre l’humanité commis par l’État turc et des mercenaires alliés depuis 3 ans dans le canton kurde d’Afrin, dans le nord de la Syrie.
 
Le Centre syrien de recherche et de défense des droits des femmes a énuméré les crimes commis par l’État turc et a déclaré que ces crimes devaient être jugés par des tribunaux internationaux. Dans le rapport, qui indique qu’environ un million de personnes ont fui Afrin après l’invasion turque, Girê Spî et Serêkaniyê, on apprend que plus de 60 % des réfugiés étaient des femmes.

Le rapport a révélé que l’État turc s’était emparé des propriétés de la population et avait procédé au changement démographique et à la turquisation de la région.

Le rapport indique que 66 femmes ont été massacrées, plus de 149 enlevées et 178 autres torturées et violées/harcelées par les forces d’occupation à Afrin.

Selon le rapport:


– Le 28.01.2018, une femme de 55 ans est décédée à Jindires des suites des tirs de l’État turc.

– Le corps d’une jeune femme assassinée à Afrin le 19 novembre 2019 a été retrouvé dans le village de Kani Gewrikê ,dans le district de Jindires.

Kidnappings :

-Gule Sileman a été enlevé dans le village de Basûtê par les gangs du Bouclier de l’Euphrate en 2018.

– Une infirmière nommée Heyfa Casim a été enlevée pour avoir prétendument un lien avec l’administration autonome.

– Xedice Mistefa Berko (23 ans) a été enlevé par des soldats turcs, Emine Hisên (60 ans) par des gangs Faylaq al-Sham. Ayat Ehmd Rashid et İbrahim Al-Shaar ont également été enlevés.

-Le 11 mai 2018, une femme nommée Xedice a été enlevée par les services de renseignement turcs alors qu’elle était assise chez elle dans le quartier d’Achrafiyah (Eşrefiye).

Le 19.05.2018, une femme arabe nommée Hesna Al-Id a été enlevée par l’État turc à Jindires.

– Les sœurs Lonjîn Mihemed Xelîl et Rûjîn Mihemed Xelîl ont été enlevées dans le district de Dimkiya parce que l’un de leurs frères et sœurs était dans les rangs des Forces démocratiques syriennes (FDS).

-Le 15.08.2018, le groupe de gangs Nour al-Din al-Zenki a enlevé des femmes nommées Xedîce Meskîl (50), Cînan Tane (26), Mîdye Tane (20), Cîhan Tane (17) du village de Hikice.

– Xalie Silêman, membre du Parti du futur des Kurdes syriens, qui vit dans le village de Birke du district de Mabata, a été enlevée à deux reprises par l’Etat turc.

– Une jeune femme du nom de Sara Abdullah Mihemed Elî (16 ans) vivant dans le village de Meriskê a été enlevée par la police militaire de l’Etat turc.

– Le 05.10.2019, l’Etat turc a enlevé Wîdad Henan Weqas, Emîre Şehîme et Mewlîde Ebdulrehman Xelîl.

– Le 14.11.2019, l’Etat turc et ses gangs ont enlevé des femmes nommées Xedîce Qere Elî, Emîne Qere Elî, Fadîle Mihemed, Fadîle Sîno et Heyat Qere Elî.

-Le 27 février 2020, Ebu Shahir, l’un des chefs de gang du groupe Al Hamzat, a enlevé une femme nommée Arin Deli Hesen (21 ans) dans le village de Kîmar à Sherawa. Arin est toujours aux mains de gangs de la police militaire.

– Le 12 mai 2020, un membre du gang Faylaq al-Sham a enlevé une femme nommée Hêvin Hesen Dibso (17 ans) dans le village de Celemê à Jindires. Hêvin a été forcé de se marier.

-Des gangs affiliés à l’État turc ont enlevé une femme nommée Valentina Arselan Mistefa (22 ans) du village de Derwish à Shera. Valentina, qui a parlé à sa famille un an plus tard, a déclaré qu’elle se trouvait dans la ville de Kafr Nubl à Idlib. Le sort de Valentina, qui n’a pas pu recontacter sa famille, est encore inconnu.

Le 29 mai 2020, un affrontement majeur a éclaté entre les gangs Al-Hamzat et Ahrar al-Sham.  Après les combats qui ont eu lieu dans le centre d’Afrin, des images ont été publiées de certaines femmes kurdes dans une prison sous le contrôle du groupe de gangs Al-Hamzat.  Il y avait 11 femmes et un enfant dans les images diffusées sur les réseaux sociaux.  Il a été révélé que certaines des femmes sur les images avaient été enlevées en 2018.

– 178 femmes ont été blessées à la suite du bombardement intense d’Afrin. Zêneb Ebdo Misto (70 ans) a été blessée à la jambe et à la taille droites le 8 juin 2018 car elle n’avait pas permis à l’État turc et à ses gangs de fouiller son domicile.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici