Il y a 5 ans, les forces turques ont abattu 3 militantes kurdes à Silopi

0
295
TURQUIE / BAKUR – Sêvê Demir, Pakize Nayır et Fatma Uyar, 3 militantes kurdes ont été tuées par les forces armées turques lors d’un couvre-feu, le 5 janvier 2016 à Silopi, district de Sirnak. Cinq ans après, alors que leurs assassins sont toujours en liberté, nous nous inclinons devant la mémoire de ces 3 héroïnes de la liberté.
 
« Aujourd’hui, 4 janvier, nous voulons nous souvenir des trois militantes et politiciennes kurdes Sêve Demir, Pakize Nayır et Fatma Uyar, qui ont consacré leur vie à la lutte pour la libération des femmes, selon la devise: « Vous n’obtenez pas la liberté, prenez-la ».
 
À ce jour, les femmes sont systématiquement et délibérément ciblées par l’État turc. Avec sa politique misogyne, le gouvernement AKP cible principalement les femmes organisées qui s’opposent et s’organisent contre le système nationaliste et fasciste turc basé sur le capitalisme, l’État-nation et le patriarcat.
 
Nous l’observons dans les attaques en cours contre les femmes en Turquie, où des centaines de femmes militantes politiques, politiciennes et journalistes sont emprisonnées, comme la politicienne kurde Leyla Güven, qui a été condamnée à 22 ans et trois mois. Dans les prisons turques, les droits des femmes sont massivement violés, les femmes sont soumises à un harcèlement croissant, il y a des fouilles dans les cellules où tous leurs effets personnels tels que leurs souvenirs, journaux, poèmes, etc. sont confisqués, et elles sont soumises à l’isolement avec le monde extérieur en raison à la restriction de la communication ainsi que des interactions sociales.
 
Nous le voyons dans la poursuite de la politique féminicide de la Turquie, coupable du meurtre ciblé et systématique de plus de 100 femmes, comme le montre la campagne actuelle «100 raisons de poursuivre Erdogan».
 
Et la violence ne connaît pas de frontières. Avec sa politique impérialiste, l’État turc continue sa violence et son occupation dans le nord de la Syrie contre la révolution des femmes. Dans les régions d’Afrin, Serekaniye et Gire Spi occupées par la Turquie, les femmes en particulier sont soumises à des violences quotidiennes telles que des abus, des enlèvements, des tortures, des viols et même des meurtres, des violences aux mains des forces d’occupation soutenues par la Turquie rappelant les méthodes de l’Etat islamique.
 
Il y a cinq ans aujourd’hui, le 4 janvier 2016, les trois militantes et politiciennes kurdes Sêve Demir, Pakize Nayır et Fatma Uyar ont été prises pour cibles assassinées par les forces de sécurité turques à Silopi. Sêve Demir du DBP (Parti des régions démocratiques), Fatma Uyar du KJK (Congrès des femmes libres) et Pakize Nayir (présidente de l’Assemblée populaire de Silopi) voulaient passer du quartier Karsiyaka au quartier Yesilyurt pour aider activement la population civile là-bas. Un char turc les a ciblés et elles ont attendu pendant des heures qu’une ambulance les récupère. L’ambulance n’est pas venue et elles sont mortes des suites de leurs graves blessures.
 
En mémoire d’elles et de toutes les autres femmes qui ont donné leur vie dans la lutte contre le fascisme et pour la libération des femmes, nous continuerons notre lutte. »
 
Hommage rendu par le collectif Women defend Rojava

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici