KURDISTAN DU SUD. Feminine: L’installation féministe qui a secoué Sulaimani

0
687
KURDISTAN DU SUD – La région autonome kurde d’Irak continue d’enregistrer des violences masculines et des féminicides commis dans une société patriarcale misogyne. Trop de femmes et de fillettes kurdes sont tuées dans des « crimes d’honneurs » pour « mauvaise conduite », d’autres subissent des mariages forcés et l’excision (selon l’Unicef, 37,5% des Kurdes entre 15 et 49 ans ont été excisées). Mais, de plus en plus de femmes se révoltent contre ces pratiques barbares et luttent chacune à sa manière pour changer leur société.
 
La jeune artiste Tara Abdulla a voulu attirer l’attention sur les violences faites aux femmes kurdes avec une idée originale en cousant ensemble près de 100 000 vêtements de femmes qui ont subi des violences masculines. Son œuvre de près de cinq kilomètres de longueur a été exposée dans les rues de Souleimaniyeh, deuxième plus grande ville du Kurdistan du Sud, le 26 octobre 2020. 

Choman Hardi, écrivaine, fondatrice et directrice du Centre d’études sur le genre et le développement à l’AUIS (l’Université américaine d’Irak de Sulaimani), revient sur l’installation de Tara Abdullah et explique ce que cette exposition a provoqué :
 
Le matin du 26 octobre 2020, la ville de Soulaimani s’est réveillée avec une déclaration féministe artistique audacieuse: que la violence à l’égard des femmes est beaucoup plus omniprésente et globale qu’on ne le reconnaît et que le corps des femmes doit être dissocié de la honte. L’installation, qui s’appelait Feminine, était composée d’une ligne de lavage de 4 800 mètres de long recouverte des vêtements de 99 678 femmes kurdes survivantes de violences sexuelles et sexistes. À partir de Nali Park, près du centre-ville, la corde à linge était suspendue entre des poteaux électriques dans la rue Salim, l’une des routes les plus fréquentées, jusqu’au palais de justice. Quelques heures après son lancement, des parties de l’installation ont été incendiées par des jeunes hommes qui en ont été «offensés». Le reste a été détruit pour éviter une catastrophe et maintenir la paix.
 
Feminine est le résultat d’un long processus de conceptualisation et d’exécution par la jeune artiste Tara Abdulla, avec l’aide de l’Organisation de développement civil (CDO), qui a offert un soutien logistique, couvert les dépenses et mis à disposition une équipe de bénévoles. Tara sait ce que signifie être une femme dans cette communauté patriarcale. Âgée de 11 ans, elle a eu des ennuis pour exprimer ses sentiments et a commencé à pratiquer l’écriture des mots à l’envers.
 
Désormais, toutes ses notes personnelles et artistiques sont écrites à l’envers, un style qui l’aide à s’exprimer sans crainte de représailles. La nuit précédant le lancement de l’installation, Tara et les employés de CDO ont commencé à suspendre la corde à linge. Sept heures plus tard, l’œuvre était prête à être vue.
 
Les vêtements qui forment les cordes à linge comprennent les vêtements kurdes traditionnels (la robe, le sous-vêtement, le gilet et le pantalon bouffant), les foulards, les jupes, les pantalons, les hauts, les robes, les soutiens-gorges et les sous-vêtements. Ils appartiennent à des femmes qui ont été victimes de violences sexuelles, physiques ou psychologiques au sein de leur famille ou de leur communauté. Afin de récupérer les vêtements, Tara et ses aides ont frappé aux portes de divers quartiers de Sulaimani, Halabja et Chamchamal et ont parlé à des dizaines de milliers de femmes, leur demandant si elles avaient été victimes de violence. Parfois, elles étaient confrontées au silence, aux portes closes et aux hommes en colère, mais à d’autres moments, les femmes les laissaient entrer dans leurs cours, leur racontaient leurs histoires et leur apportaient un vêtement.
 
Après avoir rassemblé les articles, Tara a passé des jours à organiser les vêtements, à décider quelle pièce serait placée à côté de laquelle, à superviser un groupe de tailleurs qui cousaient les pièces sur les cordes à linge, en s’assurant que la forme de chaque article était préservée et que les soutiens-gorges et les sous-vêtements étaient cousus sur les robes, les pantalons et les hauts. En effet, chaque corde à linge était un patchwork cousu de vêtements féminins, avec tout ce qui est généralement caché en dessous affiché sur le dessus.
 
Tara avait deux objectifs dans ce projet. Tout d’abord, elle voulait dénoncer les abus qui se déroulent en silence, à huis clos. Deuxièmement, elle voulait normaliser le corps des femmes. Elle a choisi la rue principale pour faire sortir le problème « des cadres des murs, ces maisons aux allures de prison sont pleines de douleur. Je voulais que les gens voient ça, ceux qui font du shopping, dans les écoles et les universités, au tribunal. » Placer une question silencieuse et «privée» au centre de la ville est une tentative de perturber le statu quo, de s’immiscer dans le sens de la normalité, de secouer l’apathie et l’oubli que beaucoup de gens ressentent par rapport à la victimisation des femmes et de contester les tabous associés au corps des femmes. Ceci est en ligne avec d’autres œuvres d’art féministes à travers le monde, un art qui problématise les idées sur le corps et la vie des femmes et brise le silence autour des expériences de violence et d’abus des femmes.
 
Dans un projet similaire en 2015, Alketa Xhafa-Mripa a appelé les hommes et les femmes à faire un don de vêtements afin de mettre en évidence le sort des femmes survivantes de violences sexuelles liées au conflit (CRSV) au Kosovo (1998-1999). L’installation, qui s’appelait Thinking of You (En pensant à vous) visait à «prendre ce problème privé caché dont personne ne voulait parler et le placer dans l’arène principale de football de Prishtina». 5 000 personnes, dont des survivants du CRSV et des citoyens ordinaires, ont fait don de vêtements accrochés à des cordes à linge à travers le stade. Cela a brisé le silence sur ces crimes et visait à mettre fin à la culture d’isolement et de honte qui entourait les survivants.
 
De même, en 2018, l’artiste turc Vahit Tuna a recouvert le côté d’ un immeuble dans l’un des quartiers centraux d’Istanbul avec 440 paires de chaussures à talons hauts. Chaque paire représentait une femme qui avait été tuée par son partenaire intime au cours de la dernière année. Dans ce cas, les chaussures ont été choisies à la place des vêtements en raison d’une tradition turque où les chaussures des défunts sont laissées à l’extérieur de leur maison pour empêcher un autre résident de mourir. Tous ces projets tentent de dépeindre la perte et la violence en exposant des objets féminins ou des effets personnels des femmes disparues et violées. Pour reprendre les mots de Bell Hooks, ils portent ces questions d’une marge à l’autre et exigent l’attention et la compréhension du public.
 
Le deuxième objectif de Tara était de normaliser le corps des femmes. La décision d’exposer des articles intimes pour femmes en plus des autres articles était audacieuse. Dans cette communauté, le corps des femmes est associé au sexe, à la honte et à «l’honneur». Tout ce qui entre en contact avec les seins et le vagin des femmes est considéré comme honteux et est généralement caché sous d’autres vêtements sur les cordes à sécher. Tara dit au public: « Vous ne les verrez peut-être pas, mais ils sont là, sous les vêtements, les femmes portent des soutiens-gorges et des pantalons, c’est normal! »
 
Les artistes féministes travaillent depuis longtemps à la suppression du tabou autour du corps des femmes. En 2011, dans sa menstruation avec fierté, Sarah Maple s’est représentée vêtue d’une robe blanche et saignant alors qu’elle se tenait debout. Elle était entourée d’un groupe de spectateurs horrifiés, dont des femmes, dégoûtées par le sang qui recouvrait son entrejambe. La seule personne qui n’était pas dégoûtée était une petite fille, qui la regardait avec curiosité. Cette œuvre a montré comment les gens, y compris les femmes elles-mêmes, apprennent que quelque chose d’aussi naturel que les menstruations mensuelles des femmes devient associé à la saleté, au dégoût et au mépris, et qu’il doit être enduré secrètement; il doit être caché; et c’est quelque chose dont il faut avoir honte.
 
Le tabou de la menstruation est courant dans de nombreuses régions du monde, obligeant les femmes à garder des quartiers séparés pendant leurs menstruations, afin de ne pas contaminer le reste de la famille. En 2015, Rupi Kaur a abordé le même problème lorsqu’elle a publié une photo d’elle-même sur Instagram, un peu de sang coulant de son pyjama sur son lit. Il a été supprimé deux fois car il ne respectait pas les «Règles de la communauté» d’Instagram. En fait, Instagram avait fait exactement ce qu’elle attendait. En réponse à cette omission, elle a dit: «Je ne m’excuserai pas de ne pas nourrir l’ego et la fierté de la société misogyne qui aura mon corps en sous-vêtements mais ne serai pas d’accord avec une petite fuite quand vos pages sont remplies d’innombrables photos / comptes où des femmes (tant de mineurs) sont objectivés, pornifiés et traités comme des moins qu’humains. » Instagram s’est ensuite excusé pour son «erreur» et a restauré la photo. Rupi a déclaré que cette photo faisait partie d’un ensemble d’images « pour démystifier les règles et faire quelque chose d’inné « normal » à nouveau. » Tara Abdulla fait de même lorsqu’elle accroche des sous-vêtements féminins sur les robes, essayant de rendre ces vêtements et le corps des femmes «normaux à nouveau».
 
Quelques heures après ses débuts, Feminine a provoqué une indignation et une controverse majeures dans la communauté. De nombreuses personnes ont publié des commentaires désobligeants sur Facebook, ridiculisant l’œuvre d’art et l’appelant «le projet de tissu», «la révolution du soutien-gorge et du pantalon» et «la ville du soutien-gorge», humiliant l’artiste, l’accusant de ternir l’image et la réputation de la ville, de mentir, de voler des vêtements des dons aux réfugiés, d’humilier les femmes en montrant leurs sous-vêtements, de voler l’idée aux autres et d’abuser de la confiance des femmes qui lui ont parlé.
 
Lors d’une conférence de presse, après le décrochage de l’installation, Tara a gracieusement répondu à la question des réactions négatives en disant: «si on ne parle pas d’une œuvre [d’art], si elle n’invoque aucune réaction, alors elle n’a pas fait ou changé quoique ce soit. » Elle s’est également adressée à ceux qui ont mis le feu au travail et a dit: «Je veux leur dire que vous avez prouvé mon point … nous l’avons vu en réalité, c’est de la violence!» À ceux qui ont soutenu qu’elle avait souillé la ville avec son installation, elle a répondu: «Je veux vous demander: la ville est-elle tachée par la douleur et la violence, ou par cette œuvre d’art?»
 
Certains des hommes qui ont mis le feu aux vêtements des femmes sont peut-être ceux qui commettent des violences contre les femmes et ont peur d’être exposés, peur des femmes qui ont répondu à travers leurs vêtements colorés; d’autres peuvent être en colère à cause de leur propre abjection, de leur chômage et de leur marginalisation, et ils dirigent leur colère contre les femmes qui osent contester leur seul pouvoir: celui d’un homme dans un système patriarcal.
 
D’autres peuvent encore être ceux qui détestent les femmes, qui considèrent tout ce qui concerne les femmes et leur corps avec mépris et dégoût.
 
Il y avait aussi beaucoup de soutien d’hommes et de femmes qui ont compris la signification du projet de Tara, qui l’ont vu pour ce qu’il était et qui ont répondu aux assaillants. Cette installation éphémère a suscité des débats et des disputes, et elle a bouleversé la ville plus que tout pendant un bon moment. De cette façon, ce fut un grand succès.
 
La version anglaise de l’article peut être lue ici
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici