TURQUIE. Répression des prisonnières politiques kurdes de la prison d’Amed

0
875

TURQUIE / BAKUR – Onze prisonnières politiques de la prison pour femmes de Diyarbakir décrivent les conditions de détention dans une lettre adressée à l’avocate Eren Keskin. La pandémie est utilisée comme alibi pour des traitements dégradants.

À Diyarbakir (Amed), les violations du droit carcéral des femmes ont augmenté pendant la période de la pandémie. C’est ce qui ressort d’une lettre écrite par onze prisonniers politiques à la présidente de l’IHD, l’avocate Eren Keskin. On demande aux prisonnières de payer leur propre consommation d’électricité.

Les prisonnières parlent de conditions qui rappellent l’époque du coup d’État militaire du 12 septembre 1980. La pandémie du coronavirus est utilisée comme alibi pour des traitements dégradants, écrivent les onze femmes. La santé et les droits de l’homme sont ignorés. « Même l’air que nous respirons est soumis à des obstacles bureaucratiques sous prétexte de mesures COVID-19 », écrivent les femmes.

Les salles communes et les activités sociales ont été annulées depuis des mois et les visites ne sont possibles que par une seule personne. De plus, les conversations des avocats sont mises sur écoute.

La pandémie utilisée comme alibi pour annuler les droits des prisonnières

Concernant les violations légales en cours, les prisonnières ont écrit : « La pandémie est utilisée comme alibi pour annuler un à un nos droits juridiques et humanitaires. Beaucoup d’entre nous souffrent de maladies chroniques, mais un médecin ne vient à l’infirmerie qu’un jour par semaine. Si le service d’urgence est appelé en cas d’urgence, il ne vient qu’après 30 à 40 minutes, alors que l’hôpital n’est qu’à cinq minutes ».

Prisonnières enchaînées ensemble pendant le transport

« La double contention est utilisée lors du transport vers le tribunal ou l’hôpital. Les deux mains sont menottées et la personne est menottée à une autre personne avec une deuxième menotte. Cette approche n’est pas seulement dégradante, elle constitue également une menace ouverte pour notre santé en raison du manque de distanciation sociale pendant la pandémie. C’est pourquoi nous ne sommes pas allées à l’hôpital ou au tribunal depuis près d’un an. Nous sommes ainsi privées du droit de nous défendre personnellement devant un tribunal. Il y a des amies qui ont voulu aller au tribunal et à l’hôpital malgré la double contrainte et ils ont même eu des problèmes respiratoires dans le transporteur, qui est petit et ressemble à un cercueil. Il a fallu les ramener à mi-chemin ».

Surveillance par caméra 24h/24 et 7j/7

Les prisonniers ont continué : « Notre espace de vie est surveillé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, par des caméras. La caméra dans la cour est installée de manière à ce que nos lits et les toilettes puissent être observés. La pièce que nous utilisons pendant la journée est surveillée par une autre caméra. En tant que femmes détenues, nous considérons la surveillance 24h/24 et 7j/7 comme une violation et une atteinte à notre vie intime. En outre, les cellules sont fouillées chaque semaine à de nombreuses reprises ».

Fouilles à nu, pas de pansements, quarantaine

Comme les femmes l’ont écrit, les prisonniers nouvellement arrivés sont obligés de subir une fouille à nu complète. Celle-ci est suivie d’une quarantaine de deux semaines, pendant laquelle les besoins fondamentaux ne sont pas garantis. Les femmes doivent déchirer leurs draps ou leurs vêtements et les utiliser pendant leurs menstruations. Les mères arrêtées ayant des bébés et des jeunes enfants doivent également rester en quarantaine pendant deux semaines ».

Les livres accusés de mettre en danger la sécurité de la prison

Les prisonniers ont en outre écrit : « Alors que toutes les activités sociales ont été annulées, le nombre de livres distribués a été limité à dix en deux mois par personne. Certains livres sont classés comme douteux et confisqués ».

Le livre « Liberté d’expression, principes et Turquie » a récemment été interdit parce qu’il contiendrait de la propagande du PKK et mettrait donc en danger la sécurité des institutions. Dans la justification, il est dit que les sympathisants du PKK peuvent être gagnés grâce à ce livre. Les femmes ont fait appel en vain. Un chapitre dudit livre est écrit par le président de la Cour constitutionnelle. « Le fait que cela mette en danger la sécurité de l’institution résume le manque de droits et l’arbitraire dans les prisons de Turquie », ont écrit les femmes. A l’exception des médias traditionnels, tous les journaux, magazines, brochures et même les mots croisés sont interdits. Même les crayons de couleur pour enfants sont considérés comme dangereux et sont conservés. »

Les mères sont séparées de leurs enfants

À l’exception d’un nombre limité de vêtements, aucun objet de première nécessité ne peut être envoyé aux prisonniers de l’extérieur. Ils ne peuvent être achetés que dans le magasin de la prison, mais beaucoup de choses n’y sont pas proposées. « Et les produits existants sont de très mauvaise qualité et extrêmement chers », ont déclaré les femmes dans leur lettre.

Enfin, les détenues dénoncent le fait que les mères sont séparées de leurs enfants et que les visites ne sont plus autorisées depuis des mois.

ANF 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici