La Turquie tente d’accroître son occupation au Rojava

0
566
SYRIE / ROJAVA – Selon des sources locales, la Russie, le régime syrien et les Kurdes du Rojava auraient signé récemment un accord pour créer trois points d’observation communs, à l’intérieur et autour d’Aïn Issa, pour surveiller le respect de l’accord de cessez-le-feu et observer les violations commis par l’État turc. Certains commentateurs ont déclaré que la Russie voulait que l’Administration autonome du Rojava remette la région d’Ain Issa au régime syrien. 
 
Un cadre kurde a démenti ces affirmations concernant une demande russe au sujet de la remise d’Ain Issa et ses districts au gouvernement syrien, et a déclaré que « la Turquie utilise la période de transition de l’autorité américaine pour étendre son occupation, notant que toute nouvelle attaque turque aura des répercussions catastrophiques, car le terrorisme va renaître dans le monde. »
 
Le vice-président de l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est, Badran Çiya Kurd, a répondu aux questions de l’agence de presse ANHA, commentant les derniers développements dans la Syrie du Nord et de l’Est.
 
* Quels sont les objectifs de la Turquie pour intensifier ses récentes attaques sur la région ?
 
Depuis un certain temps, l’Etat turc nourrit ses intentions d’occupation, et s’efforce constamment d’étendre les zones qu’il occupe en Syrie, car le schéma de contrôle de l’autoroute internationale M4 est l’un des principaux objectifs que la Turquie cherche à atteindre, depuis sa dernière attaque sur les zones de Serêkaniyê / Ras al-Ain et Gire Spi / Tal Abyad, en plus d’imposer un siège à Kobanê, ainsi que de contrôler certaines zones et villages dans les périphéries d’Ain Issa et Tal Tamer, et les récents développements dans ces zones ne sont que la continuation de ces plans.
 
Si les conditions appropriées sont réunies, et si la Turquie obtient le feu vert de la Russie et des États-Unis, elle n’hésitera pas un instant à mener à bien ce grand et dangereux plan.
 
* La Russie a-t-elle vraiment demandé à ce qu’on remette Ain Issa au gouvernement syrien ? Qu’est-ce qui se passe là-bas ?
 
Récemment, on a beaucoup parlé d’une demande russe de l’administration autonome de remettre au régime les zones de Ain Issa et les départements officiels qui s’y trouvent, et nous confirmons que cette nouvelle est sans fondement ; ce qui se passe là-bas, actuellement, c’est le mouvement coordonné entre les FDS (Forces démocratiques syriennes) et les forces russes au sein du mécanisme conjoint établi lors de l’agression turque sur Serekaniye et Gire Spi pour combler les lacunes que les mercenaires et les forces turques exploitent pour écarter tout danger, et pour limiter les arguments turcs.
 
* Ne voyez-vous pas la possibilité d’un nouvel accord entre la Russie et la Turquie pour l’incursion turque dans d’autres régions ?
 
Jusqu’à présent, nous n’avons touché à aucun accord russo-turc concernant une nouvelle incursion turque dans la région, mais si la position de dissuasion de la Russie ne se développe pas, nous comprendrons qu’il existe un accord caché entre les deux parties, et nous espérons donc que la Russie ne continuera pas ou ne restera pas en place en raison de son parrainage de l’accord dans cette région, et de son rôle principal sous forme d’accord et de compréhension.
 
* Mais la Russie a récemment gardé le silence sur les attaques turques
 
La poursuite du silence soulève certaines préoccupations, car il doit y avoir une position russe pour le bien de la stabilité dans cette région, et nous espérons que la position russe sera claire à cet égard, étant donné l’importance du rôle de la Russie dans la limitation et la limitation du règne turc, et la Russie doit jouer son rôle face à ces attaques, autre que celui de justifier la Turquie, qui vise des zones et des villages peuplés, et s’engage à perpétuer l’accord qui a été signé à Sotchi les 10/23 de l’année dernière avec elle.
 
* Et la position américaine, n’a-t-elle pas aussi la responsabilité de freiner la Turquie, puisqu’elle en est aussi l’un des garants ?
 
Oui, l’Amérique est également responsable, et l’accord qui a eu lieu le 17/10/2019 entre elle et la Turquie doit être pratiquement traduit, qui stipulait également la limitation du rôle de la Turquie et le cessez-le-feu.
 
Le non-respect de ces accords par la Turquie est un mépris de la volonté des grandes puissances, et c’est ce qui lui donne l’impulsion de menacer la sécurité de l’Europe et de la région, d’envoyer des extrémistes dans les zones de conflit, ainsi que de perpétrer des actes terroristes en Europe centrale après chaque menace directe.
 
L’Amérique et la Russie doivent faire leur part pour consacrer la réalité de l’accord passé avec la Turquie et l’application effective du cessez-le-feu, et si la Turquie sent un manque d’action de la part de ces deux pays, elle étendra son occupation et l’État islamique se développera grâce à ses cellules dont les activités ont été surveillées après la récente attaque turque, car ces cellules en ont profité et ont reçu un grand coup de pouce moral.
 
* Voyez-vous que les attaques de la Turquie en ce moment sont liées au vide actuel dans le pouvoir américain ?
 
Bien sûr, la Turquie profite de la période de transition en Amérique et veut en profiter pour créer des crises, soutenir le terrorisme et étendre son occupation, elle représente donc une menace pour tous dans la région, et il faut qu’il y ait une pression claire sur elle à ce sujet, à la lumière des différences évidentes entre elle et toutes les forces actives en Syrie. Nous ne voulons pas négliger ces différences lorsque nos régions sont le théâtre d’attaques (…) turques. Ces régions qui ont remporté une victoire historique sur DAECH, et ont contribué à sécuriser la Syrie, la région, et même le monde de ce danger.
 
* Pourquoi pensez-vous que la Turquie cherche à créer tout ce chaos, surtout avec l’Europe ?
 
Aujourd’hui, la Turquie travaille à créer et à développer des crises, du Karabakh à la Libye, en passant par la Méditerranée, la Syrie et l’Irak, et plus récemment au Cachemire et en Chine, où elle crée le chaos et veut répéter que dans tous les endroits qu’elle atteint, y compris la Syrie et l’environnement régional et même européen et mondial, c’est la politique du chaos et du développement des crises, et cela exige qu’il y ait des prises de position de la communauté internationale et de tous les États actifs en Syrie et dans le monde en général.
 
* Si le nord et l’est de la Syrie sont exposés à une nouvelle attaque, quelles sont ses répercussions régionales et mondiales ?
 
Nous affirmons que si nos régions sont soumises à une quelconque attaque, celle-ci aura des répercussions sur l’ensemble de la Syrie, la région et le monde, comme le développement d’opérations terroristes en Europe après son occupation de Serekaniye et de Tal Abyad, et nous pensons que notre peuple et ses forces militaires représentées par les Forces démocratiques syriennes rempliront leur devoir de la légitime défense.
 
Nous affirmons que la question de la prévention du développement de l’occupation turque concerne tout le monde, et nous espérons que le monde entier, y compris les autorités, les États et les amis mentionnés, soutiendra nos positions et nous aidera à atteindre la stabilité et à prévenir le développement du terrorisme qui tire sa force du développement du rôle turc.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici