KURDISTAN DU SUD. Des protestations qui vont au-delà des problèmes de salaires impayés

0
393
KURDISTAN DU SUD – Des protestations de fonctionnaires non payés qui ont débuté il y a une semaine à Sulaymaniyah se sont transformés en manifestations anti-gouvernementales dans plusieurs villes du Bashur, région autonome kurde d’Irak.

Depuis hier, la province de Slimani (Suleymaniyah) est assiégée par les forces de sécurité tandis que des arrestations se poursuivent après une semaine de manifestations sanglantes qui ont fait une dizaine de morts et plus de 70 blessés parmi les manifestants réprimés violement.
 
Ce qui a commencé il y a une semaine à Sulaymaniyah en tant que protestation des enseignants s’est maintenant transformé en un mouvement de protestation général dans plusieurs villes du Kurdistan du Sud. À Erbil, les forces de sécurité refusent de donner leur accord pour les manifestations et tentent ainsi d’empêcher qu’elles ne débordent. En tout cas, la ville de Duhok est en état d’urgence depuis l’été dernier. De nombreux militants et enseignants qui pourraient y mener des manifestations sont en prison depuis le mois d’août.
 
Les employés du secteur de l’éducation ont initié une dynamique fondamentale dans la société civile kurde du sud. Même si pratiquement aucune mesure efficace contre la propagation du coronavirus n’a été prise au Sud-Kurdistan ces derniers mois, les écoles n’ont pas été ouvertes à la rentrée scolaire en raison de la pandémie. La décision, annoncée le 1er novembre, prévoyait initialement la fermeture de presque toutes les écoles pendant un mois, mais elle a été prolongée d’un mois le 1er décembre. En réaction, les enseignants sont descendus dans la rue le 2 décembre. Cependant, leur protestation a été attaquée par les forces de sécurité.
 
Les protestations se sont donc élargies tout en élargissant leurs revendications. D’abord dans la ville de Pîrêmegrûn, puis peu après à Said Sadiq, les manifestants ont mis le feu aux représentations des partis politiques. De nombreux bâtiments administratifs ont également été pris pour cible par les manifestants. Suite à l’utilisation de balles réelles par les forces de sécurité, quatre jeunes manifestants sont morts et beaucoup ont été blessés.
 
Bien que les protestations au Kurdistan du Sud soient associées largement à des salaires impayés, il serait erroné de les considérer comme se limitant à cela. Car les protestations, qui se sont intensifiées ces trois derniers jours, sont en grande partie menées par la jeune génération. Ils ne descendent pas dans la rue pour exiger le paiement de leurs salaires. Il est évident qu’en s’attaquant aux représentants du système politique archaïque, ils expriment leur colère contre ce même système. La situation économique et politique au Kurdistan du Sud a engendré chez eux frustration et mécontentement. C’est ce qu’indique également la participation électorale en 2018, qui est passée de 74 % à 58 %, l’insatisfaction de la jeune génération à l’égard du système politique jouant un rôle majeur.
 
Comme dans l’ensemble du Moyen-Orient, la jeune génération représente également une proportion relativement importante de la population totale du Kurdistan du Sud. Alors que dans la moyenne du Moyen-Orient, la tranche d’âge entre 15 et 29 ans représente 28% de la population, au Kurdistan du Sud 50% ont moins de 32 ans. Chaque année, 24 000 jeunes sont diplômés de l’une des 35 universités kurdes du Sud (pour la plupart privées). Mais alors que l’emploi dans le secteur public a trop augmenté, le secteur privé n’est pas en mesure de fournir des emplois à tous les diplômés universitaires. En outre, le secteur universitaire n’est de toute façon pas adapté aux besoins de l’économie régionale. Par conséquent, de nombreux diplômés universitaires sont mis au chômage après l’obtention de leur diplôme ou ne peuvent pas trouver d’emploi dans leur domaine de formation.
 
Selon les informations officielles, environ un quart de tous les jeunes de 15 à 34 ans du Kurdistan du Sud sont au chômage. Pour les femmes, la situation est encore plus sombre. Le Kurdistan du Sud a le taux d’emploi féminin le plus bas de tout le Moyen-Orient. Alors qu’il est de 18,8% en moyenne au Moyen-Orient, seulement 12,2% des femmes du Kurdistan du Sud ont un emploi. Comme 75 % des femmes employées travaillent dans le secteur public, elles sont particulièrement touchées par le fait que les salaires ne sont pas payés. La part des femmes dans la population au chômage est de 29%, tandis que 42% des chômeurs appartiennent à la jeune génération.
 
Une étude de la société Global Partners Governance, réalisée auprès des jeunes en Irak, souligne que l’évolution de la dynamique sociale au Kurdistan du Sud a également un impact sur l’identité nationale des jeunes. L’étude a révélé que l’importance d’une image nationale de soi basée sur l’affiliation à un parti est en déclin chez les jeunes du Sud-Kurdistan. Elle est remplacée par une identité nationale kurde plus libérale et plus civile. Il est vrai qu’une grande partie de la jeunesse du Sud-Kurdistan est hostile à la division politique de sa société – et elle l’exprime avec force sur les médias sociaux. Comme la majorité de la population en général, ils aspirent également à l’unité. La fragmentation et la division les affectent sous la forme de craintes pour l’avenir et d’un manque de perspectives. Cette situation contribue de manière significative à la tendance des jeunes kurdes du Sud à fuir à l’étranger, en particulier à l’Ouest.
 
La jeunesse du Kurdistan du Sud possède un énorme potentiel, pour le développement duquel il suffirait d’adopter la bonne attitude et de lui apporter un peu de soutien. Ces jeunes aspirent à une vie sans problèmes politiques, économiques et sécuritaires. Dans la vie de tous les jours, leurs contradictions avec le système en vigueur s’approfondissent de jour en jour. Au lieu de le reconnaître, le président du groupe parlementaire du PDK, Omid Xoşnaw, a récemment qualifié les manifestants d’ « esclaves sans mère et sans père ». Une telle attitude ne fera qu’accroître la colère des jeunes.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici