Le rêve impossible de millions de Kurdes de Turquie: avoir une vie normale

0
619

Ömer Bengi a été expulsé vers la Turquie depuis la Roumanie, où il s’était réfugié pour échapper à la persécution turque.  Ce jeune Kurde de 28 ans faisait partie du groupe de quarante demandeurs d’asile embarqués de force dans un avion pour Istanbul à Bucarest la semaine dernière. Il a été arrêté après son arrivée à l’aéroport d’Istanbul et relâché après avoir été interrogé.

L’histoire de la vie d’Ömer est exemplaire de celle de nombreux Kurdes de son âge.  Mineur, il a été victime de la tristement célèbre législation antiterroriste turque.  Il est né à l’époque sombre des années 1990 à Bismil, dans la province kurde d’Amed.  Sa famille a dû quitter leur ville natale en raison de la répression étatique et a déménagé à Istanbul.  Il a été emprisonné pour la première fois à l’âge de 17 ans. À l’époque, il travaillait sur un chantier de construction pour aider sa famille.

« En 2008, il y a eu un raid sur le chantier.  J’ai été arrêté et emmené au département de police de Vatan puis au département des mineurs.  J’ai été battu, soumis à des pressions psychologiques et verbales.  J’étais alors un enfant;  Je ne connaissais pas mes droits.  J’ai été arrêté pour appartenance à une organisation illégale.  J’ai été déshabillé et fouillé à la prison pour jeunes de Maltepe.  J’ai été traité comme un terroriste et isolé pendant les sept premiers jours.  Après 13 mois, j’ai été transféré à la prison de type F de Kandira parce que j’avais eu 18 ans. C’était une période très difficile.  Au total, j’ai été en prison pendant un an et demi.  Ensuite, il y a eu le nouveau règlement pour «les enfants qui jettent des pierres», c’est pourquoi j’ai été libéré en 2010. Puis je suis retourné sur le chantier.  Cependant, les poursuites contre moi se sont poursuivies pendant douze ans au total.  J’ai été condamné à deux ans et neuf mois.  L’application de la loi a été suspendue.  J’ai essayé de trouver mon chemin d’une manière ou d’une autre, mais c’était très difficile.  À un moment donné, j’ai pensé que je n’avais tout simplement pas d’avenir ici.  Et j’ai décidé d’aller en Europe. »

Il y a un mois, Ömer Bengi s’est rendu légalement en Serbie et après une semaine, il a voulu continuer en Roumanie.  Pour éviter d’être attrapé par la police des frontières, il a dû traverser la forêt pendant deux jours et deux nuits.  En Roumanie, le groupe a séjourné dans la maison d’hôtes Elizeu.  Là, Ömer et les autres attendaient des nouvelles de personnes qui avaient accepté de les emmener en Allemagne par camion.  Puis il y a eu un raid sur la maison d’hôtes.

«J’ai été emmené dans un centre d’expulsion avec une soixantaine d’autres personnes.  Nous avons dû attendre dans la cour.  Nos téléphones ont été confisqués et notre demande d’assistance juridique a été refusée.  Nous étions 130 personnes et il faisait froid.  Nous avons dû rester sur le béton pendant trois jours, bien sûr sans couvertures, nous n’avons même pas eu à manger ni à boire.  Nous avons bu de l’eau du robinet des toilettes.  Parfois, nous étions emmenés dans un petit conteneur où nous essayions de nous réchauffer.  Cependant, nous étions trop nombreux et nous ne convenions pas à tous.  Il y en a même eu qui ont perdu connaissance dans le froid », a déclaré Ömer.

Ömer et les autres ont été interrogés avec l’aide d’un interprète parlant turc et kurde.  «Il a agi plus comme un flic et ne nous a pas aidés du tout.  Nous avons été obligés de signer des papiers.  Les policiers qui nous ont interrogés n’ont pas du tout évoqué la demande d’asile.  Ils voulaient juste savoir qui étaient les passeurs qui étaient censés nous amener en Allemagne.  Ils n’ont pas trouvé ma déclaration crédible, j’ai donc été battue et j’ai dû rester dans la cour pendant des heures, les mains derrière le dos.  Après cela, nous avons été emmenés en prison.  À l’entrée, nous avons été fouillés à nu.  Cinq d’entre nous ont été mis en cellule.  Il n’y avait pas d’air dans la cellule, nous pouvions à peine respirer.  Il n’y avait même pas assez d’espace pour monter et descendre.  Nous attendions toujours d’être emmenés dans un camp en tant que demandeurs d’asile, mais au lieu de cela, nous avons été emmenés à l’aéroport.  J’étais l’un de ceux qui ont été expulsés.  Nous avons essayé de riposter, mais nous avons été mis dans l’avion. »

Ömer Bengi a déclaré que les jeunes ne voient pas d’avenir en Turquie.  Il y a de l’oppression, il n’y a pas de travail, les gens ne savent pas comment gagner leur vie.  « Tout ce que je veux, c’est pouvoir vivre une vie normale », dit-il.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici