ROJAVA. Les gangs de la Turquie ont assassiné deux civils kurdes à Afrin

0
363
SYRIE / ROJAVA – Les gangs ont fait pleuvoir des balles sur Abdulrahman Hemo, 70 ans, et Hemo Cengiz Necar, 14 ans, qui se rendaient sur leur champ pour travailler.
 
L’autopsie a révélé que 40 balles avaient touché le corps du garçon de 14 ans.
 
Les mercenaires de la Turquie continuent leurs crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans le canton kurde d’Afrin qu’ils ont envahi en mars 2018.

Les mercenaires du groupe al-Hamza, agissant sous les ordres de la Turquie, ont attaqué des civils dans le village de Kimare dans le district de Sherawa à Afrin.
 
La même attaque a fait des blessés, dont Mesud Mecîd Cemo, un homme de 30 ans.
 
Le canton kurde d’Afrin est occupé par la Turquie depuis mars 2018. Les enlèvements sont une source de revenus commune pour les mercenaires islamistes de l’État turc. Depuis le début de l’occupation d’Afrin, les violations des droits de l’homme et les crimes de guerre sont à l’ordre du jour dans ce qui était autrefois la région la plus sûre de toute la Syrie. Outre une politique coloniale classique, la Turquie continue de pratiquer une politique de nettoyage ethnique, qui a chassé des centaines de milliers de personnes de leurs colonies ancestrales. Le changement démographique en faveur de la Turquie et de ses forces d’invasion islamistes, des crimes tels que les enlèvements, la torture, l’extorsion et le meurtre se produisent avec l’approbation de facto de la communauté internationale des États.
 
Afrin est occupée par la Turquie depuis mars 2018. Les enlèvements sont une source de revenus commune pour les mercenaires islamistes de l’État turc. Depuis le début de l’occupation d’Afrin, les violations des droits de l’homme et les crimes de guerre sont à l’ordre du jour dans ce qui était autrefois la région la plus sûre de toute la Syrie. Outre une politique coloniale classique, la Turquie continue de pratiquer une politique de nettoyage ethnique, qui a chassé des centaines de milliers de personnes de leurs colonies ancestrales. Le changement démographique en faveur de la Turquie et de ses forces d’invasion islamistes, des crimes tels que les enlèvements, la torture, l’extorsion et le meurtre se produisent avec l’approbation de facto de la communauté internationale des États.
 
Même deux ans et demi après l’occupation d’Afrin dans le nord-ouest de la Syrie par la Turquie et les milices djihadistes, la violence excessive, les pillages et les expulsions continuent d’être à l’ordre du jour dans l’ancien canton autonome. Telles sont les conclusions d’un rapport mensuel de l’Organisation des droits de l’homme d’Afrin. Le bilan des violations des droits de l’homme enregistrées en septembre a été présenté dimanche au camp de Serdem dans le canton de Shehba. Le contenu du rapport est; deux civils tués, dont un enfant, plus de quatre-vingts enlevés, et trois mineurs mariés à des mercenaires islamistes contre la volonté de leurs familles.
 
En septembre, la Commission d’enquête internationale indépendante sur la République arabe syrienne a publié un rapport de 25 pages présentant ses conclusions sur la base d’enquêtes menées du 11 janvier 2020 au 1er juillet 2020.
 
Documentant les violations et les abus continus par presque tous les acteurs du conflit contrôlant le territoire en Syrie, le rapport met en évidence une augmentation des crimes ciblés tels que les assassinats, la violence sexuelle et sexiste contre les femmes et les filles, et le pillage ou l’appropriation de la propriétés privée appartenant aux Kurdes notamment.
 
À Afrin et dans les environs, le rapport documente comment l’armée nationale syrienne soutenue par la Turquie a pu commettre les crimes de guerre de prise d’otages, de traitements cruels, de torture et de viol. Dans la même région, des dizaines de civils ont été tués et mutilés par de gros engins explosifs improvisés, ainsi que par des bombardements et des attaques à la roquette.
 
En particulier, le rapport indique que depuis 2019, les femmes kurdes des régions d’Afrin et de Ra’s al-Ayn [Serêkaniyê] ont été confrontées à des actes d’intimidation de la part de membres de la brigade de l’armée nationale syrienne, ce qui a engendré un climat de peur omniprésent qui les a confinées chez elles. Des femmes et des filles ont également été détenues par des combattants de l’Armée nationale syrienne et soumises à des viols et à des violences sexuelles – causant de graves préjudices physiques et psychologiques au niveau individuel ainsi qu’au niveau communautaire, en raison de la stigmatisation et des normes culturelles. Au cours de cette période, des cas de violence sexuelle contre des femmes et des hommes dans un centre de détention d’Afrin ont été documentés.
 
La Commission a également reçu des informations faisant état de mariages forcés et d’enlèvements de femmes kurdes à Afrin et Ra’s al-Ayn [Serêkaniyê], qui impliquaient principalement des membres de la division 24 (la brigade Sultan Murad) de l’armée nationale syrienne.
 
« La situation des droits de l’homme dans certaines parties du nord, du nord-ouest et du nord-est de la Syrie sous le contrôle des forces turques et des groupes armés affiliés à la Turquie est sombre, avec la violence et la criminalité qui sévissent », a averti vendredi la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme Michelle Bachelet.
 
Alors que les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire contre les civils se poursuivent dans toute la Syrie, le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies a noté ces derniers mois un schéma alarmant de graves violations dans ces régions, notamment à Afrin, Ras al-Ain et Tel Abyad, où les meurtres ont augmenté. Des enlèvements, des transferts illégaux de personnes dans le but de changer la démographie de la région, des saisies de terres et de propriétés et des expulsions forcées ont été documentés.
 
Du 1er janvier au 14 septembre 2020, le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies a vérifié la mort d’au moins 116 civils à la suite d’engins explosifs improvisés (IEDS) utilisés par des auteurs non identifiés et des restes explosifs de guerre (REG). Les personnes tuées comprenaient 15 femmes, 20 garçons et deux filles. Quelque 463 civils ont été blessés.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici