Le cinéma kurde au Festival du film des droits humains de Naples

0
237
ITALIE – La 12e édition du Festival du film des droits humains de Naples a lie en ce moment même. Le festival, qui dure jusqu’à 28 novembre, a lieu uniquement en ligne, en raison de la pandémie du coronavirus.
 
L’agence ANF a interviewé Maurizio del Bufalo , le fondateur du Festival.
(…)
Pouvez-vous nous parler du Festival des droits de l’Homme de Naples qui a lieu chaque année?
 
Le Festival du film des droits de l’Homme de Naples [Festival Del Cinema dei Diritti Umani di Napoli] est un événement très spécial car il s’adresse avant tout aux catégories sociales les plus faibles et aux personnes les plus exposées au risque de dictature ou de guerre. Le Festival utilise le cinéma pour dénoncer les abus et les prévarications des droits humains fondamentaux et pour parler aux personnes qui vivent dans les quartiers les plus pauvres de Naples ou aux opérateurs d’associations humanitaires, aux jeunes, aux étudiants et aux catégories les plus exposées aux risque de marginalisation (détenus, migrants, mineurs, personnes atteintes de maladie mentale, minorités).
 
Le Festival est ouvert au public et est entièrement gratuit; il est réalisé par un groupe de dix bénévoles coordonné par moi et mon association « Cinéma et Droits »; nous n’avons ni sponsors ni aides financières fixes. Année après année, nous recherchons le soutien des fonds publics et des concours. Le Festival est un événement totalement en dehors du marché du cinéma et ne verse pas de jetons de présence aux réalisateurs et utilise très peu de ressources financières. Notre budget est extrêmement limité et les membres qui le soutiennent travaillent gratuitement.
 
Le Festival a lieu chaque année en novembre et cette année (2020) atteint sa 12e édition. Chaque année a un thème principal qui donne son nom à l’événement. En 2020, le thème est «Les droits à genoux – Pandémie, souveraineté et nouvelles discriminations» et parlera de la relation entre la pandémie et la démocratie. Le Festival est divisé en deux sections: les événements internationaux et la compétition de films. Les événements sont des réunions qui durent une journée et ont un sujet spécifique lié au thème annuel; ils sont répartis en rencontres / débats et projections hors compétition, ils intègrent la présence d’invités italiens et étrangers et de témoins de cas de bagarres et de violations de droits. La Compétition du Film rassemble, de mai à septembre, des œuvres internationales à travers un appel d’offres public; une commission interne sélectionne les courts et longs métrages et un jury d’experts décerne les prix en novembre. Il existe de nombreuses mentions et de nombreux jurys supplémentaires, le jeune jury, le jury diffus et certains jurys liés chaque année à des accords avec des catégories et associations spécifiques qui soutiennent le Festival. Depuis 2009, le Festival des droits humains de Naples appartient au Human Rights Film Network d’Amnesty International basé à Amsterdam (www.humanrightsfilmnetwork.org ) et regroupe 45 autres villes dans le monde.
 
Le Festival porte sur les droits humains et il est très important. Comment avez-vous choisi ce nom et quels sont vos objectifs?
 
Le nom appartient à la tradition internationale du cinéma politique et nous l’avons pris aux Argentins qui racontaient aux jeunes générations, à travers le cinéma, ce qui s’était passé pendant les années de la dictature fasciste (1976-1983). Nous avons travaillé pendant de nombreuses années en lien avec Buenos Aires et nous avons organisé de 2009 à 2013, 5 grandes « Ventanas su Napoli » dans la capitale argentine, avec un grand succès auprès du public et du cinéma, faisant connaître les auteurs italiens aux sud-américains et en Échanges. Ensuite, le manque de fonds en Italie nous a empêché de continuer. Aujourd’hui, nous avons élargi notre intérêt vers d’autres pays et nous nous tournons également vers les pays d’Asie (Syrie, Palestine, Iran, Afghanistan, Inde) où se déroule un développement très important du capitalisme, avec de graves dommages à l’environnement et aux personnes. Le cinéma de ces pays est un cinéma important, qui dénonce les violences subies par les classes les plus pauvres. Nous nous intéressons beaucoup à l’Afrique et sur tous aux phénomènes migratoires qui affectent l’Italie et l’Europe. En Italie, nous prêtons attention aux migrants et aux minorités, tandis qu’à l’étranger, nous nous intéressons particulièrement aux peuples sans terre et apatrides (sahraouis, palestiniens, kurdes, rohingia, etc.). Notre prochain Festival sera dédié à ces peuples.
 
Depuis quelques années, vous avez également sélectionné des films kurdes. Depuis combien de temps connaissez-vous les kurdes et les films?
 
Nous qui organisons le Festival connaissons très bien l’histoire du peuple kurde et de son président Abdul Ocalan. Les femmes kurdes sont un exemple pour le monde entier. Je connaissais très bien l’histoire des réfugiés kurdes arrivés sur la côte calabraise en 1998 et accueillis à Riace. Nous avons des liens étroits avec Domenico Lucano, ancien maire de Riace, qui a construit un modèle d’accueil pour les personnes qui ont fui leur pays à la suite de la guerre et de la persécution. Nous sommes excités par le courage des Kurdes et avec notre cœur et notre esprit, nous sommes proches de la lutte qu’ils mènent en Syrie et dans d’autres régions d’Asie .
 
Vous êtes solidaire du cinéma kurde. Pouvez-vous nous parler un peu de cette solidarité?
 
Nous connaissons le cinéma kurde depuis quatre ans maintenant et il y a quelques années le film de Veysi Altay (Le puits – bîr en kurde) a remporté notre prix le plus prestigieux, Human Rights Documentary. Depuis ce jour, nous avons proposé à nos amis des cercles italiens du cinéma de voir ce film et nous avons lancé la campagne de soutien au peuple kurde avec une soirée très importante dans le château symbolique de Naples, le Maschio Angioino, que nous avons organisé avec la municipalité de Naples. et avec l’aide d’Uiki et Silan Ekinci. Nous avons ensuite proposé à de nombreux cercles italiens de montrer le film « Nujin » et de collecter des fonds pour soutenir la lutte kurde et nous avons trouvé la solidarité dans de nombreuses villes. Je suis personnellement très attaché à Veysi Altay (…).
 
Comment voyez-vous le cinéma kurde et après les projections quelles sont les critiques?
 
Nous projetons nos films dans un théâtre du centre historique de Naples, dans le quartier de Forcella, mais ensuite nous allons pendant le Festival, dans de nombreux endroits de la ville, même dans les écoles et les universités. Parfois nous demandons au maire de Naples d’accueillir le des projections dans des bâtiments publics et nous avons toujours eu des réponses positives. Nous avons beaucoup aimé les films kurdes que nous avons rencontrés. Même les Napolitains les ont appréciés et nous avons réussi à les faire montrer aussi à Milan et dans d’autres villes italiennes car en Italie il y a une grande solidarité avec les peuples palestinien, sahraoui et kurde, nous continuerons à accueillir le cinéma kurde si vous nous le proposez et nous ferons tout notre possible pour rappeler à tous les Italiens qu’il existe un peuple qui ne peut se réunir que lutter pour son indépendance.
(…)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici