TURQUIE. Frappé et qualifié de « terroriste » pour avoir défendu l’enseignement en langue kurde

0
593
Çetin Doğan, un conscrit militaire kurde qui a été attaqué par deux soldats turcs pour avoir défendu l’enseignement en langue kurde en Turquie, est accusé par la justice turque de faire la « propagande d’une organisation terroriste [PKK] ».
 
Le jeune homme de 20 ans effectuant actuellement son service militaire obligatoire dans la province turque d’Edirne, Doğan avait déposé une plainte contre les deux soldats, identifiés uniquement par leurs initiales UCY et YK, les accusant de «blessures intentionnelles et malveillantes».
 
Accusé de terroriste pour avoir fait le V de la victoire
 
Un des témoins entendus par le bureau du procureur aurait accusé Çetin Doğan d’avoir fait le V de la victoire et qu’il aurait dit « Je suis membre du HDP et citoyen du Kurdistan. »
 
Doğan a eu le nez et un os frontal cassés, des côtes fissurées et des jambes meurtries à la suite de l’attaque des deux soldats. Il a passé trois jours à l’hôpital.
 

Confiance dans la politique d’impunité

 Emrullah Bilik, l’avocat de Doğan, a déclaré que des cas qualifiés de crime de «blessure délibérée» se sont produits et a déclaré qu’ils attendaient la préparation d’un acte d’accusation après le dépôt du rapport demandé par le bureau du procureur à l’Institut de médecine légale (ATK). Bilik a déclaré que les auteurs avaient commis le crime de «blessure délibérée» dans le cadre du dossier et a déclaré que les auteurs essayaient de montrer leur droit à l’éducation en kurde comme de la «propagande pour une organisation». Notant que l’auteur n’avait pas été arrêté malgré le fait qu’il avait avoué sa culpabilité, Bilik a évalué le suspect de l’UCY qui avouait sa culpabilité et exprimait ses regrets comme suit: «La déclaration du suspect selon laquelle il a commis le crime de blessure délibérée parce qu’il a fait une sorte de propagande pour une organisation est une déclaration qu’il a faite en envisageant d’éviter une punition. De plus, nous pensons qu’il a fait une telle déclaration en considérant que ce serait un motif de provocation injuste contre une sanction à infliger à l’avenir. C’est en fait la manifestation de la confiance dans les politiques d’impunité. »

Les soldats UCY et YK ont fait des déclarations sur l’incident dans le cadre d’une enquête ouverte par le bureau du procureur général de Süloğlu à la suite de la plainte de Doğan. Après avoir entendu leurs déclarations, le même bureau du procureur a également ouvert une enquête sur Doğan pour des allégations de «diffusion de la propagande d’une organisation terroriste» et «d’insubordination».

Une langue interdite dans les faits
Le gouvernement turc a autorisé les classes kurdes et l’installation de toponymes locaux en kurde en 2012 dans le cadre d’un processus de paix entre Ankara et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
 
Ces droits ont été révoqués après l’échec des négociations entre le gouvernement turc et le PKK, qu’il désigne comme organisation terroriste. La Turquie affirme que les cours de kurde ne peuvent être dispensés que sur demande d’au moins 10 étudiants, ce qui constitue un obstacle à la création des classes, ainsi qu’un manque d’enseignants kurdes.
 
Le gouvernement emploie jusqu’à 40 000 enseignants par an, dont un ou deux seulement sont consacrés à l’éducation kurde. Les classes ne sont pas non plus évaluées à la fin de l’année scolaire, ce qui décourage certains élèves de les rejoindre.
Pendant la majeure partie du XXe siècle, les gouvernements successifs ont imposé des interdictions catégoriques ou une suppression significative de la langue kurde en Turquie.
 
Le gouvernement turc du Parti de la justice et du développement (AKP) a fermé un certain nombre d’instituts de langue kurde, de quotidiens, de sites Web et de chaînes de télévision dans le cadre d’une répression visant le mouvement kurde à la suite d’une tentative de coup d’État en juillet 2016.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici