Raman Ghavami: L’Iran soutien l’Azerbaïdjan contre l’Arménie

0
832
« l’Iran ne préfère pas l’Arménie à l’Azerbaïdjan, comme l’ont clairement indiqué de hauts responsables iraniens. Au contraire, il est probable que nous assisterons à une plus grande coopération entre l’Iran, la Turquie, l’Azerbaïdjan (et la Russie) sur l’Arménie et d’autres questions dans la région. »
 
C’est la conclusion du journaliste Raman Ghavami qui explique les raisons du soutien iranien à l’Azerbaïdjan face à l’Arménie dans un fil publié sur Twitter :
 
« Il semble que les relations entre l’Iran et l’Azerbaïdjan aient atteint un nouveau niveau. L’Iran soutient officiellement l’Azerbaïdjan et demande à l’Arménie de remettre le Karabakh à Bakou.
(…)
Je vais expliquer pourquoi l’Iran préfère l’Azerbaïdjan à l’Arménie (contrairement à de nombreuses affirmations infondées, surtout de la propagande), en basant mon argumentation sur les faits et les réalités sur le terrain plutôt que sur des fantasmes ou de la propagande.
 
« Menace pour la sécurité nationale » 
 
L’Iran a toujours préféré les Azéris chiites aux Arméniens. C’est la politique de tous les régimes iraniens& et pas seulement des Ayatollahs. Par exemple, la province de l’Azerbaïdjan occidental (Iran) était autrefois le foyer des Kurdes et des Arméniens.
 
Cependant, tout au long du XXe siècle, les Perses chiites ont commencé à modifier la démographie de cette région. Reza Shah (régime Pahlavi) a commencé à installer des Azéris dans cette région pour dissuader les Kurdes et et aussi pour mettre fin au conflit arméno-turc à l’intérieur des frontières iraniennes.
 
Depuis lors, les Arméniens et les Kurdes ont dû fuir leurs maisons, et nous voyons maintenant une région où l’Iran utilise les Azéris pour séparer les Kurdes d’Irak, de Turquie et de Syrie de ceux d’Iran, ce qui fait que peu de familles arméniennes sont parties. De plus, comme un « clou dans le cercueil », le nom de la région a également été changé de Matiene et Āturpātakān à Azerbaïdjan occidental au début du 20e siècle.
 
Valeurs idéologiques 
 
L’Iran considère l’Arménie (un pays chrétien) comme une menace pour la légitimité des ayatollahs. Fatigués de la loi de la charia, de nombreux Iraniens se sont convertis au christianisme ces dernières années.
 
Les églises arméniennes en Iran ont joué un rôle important dans la conversion des Iraniens au christianisme. L’Iran blâme Erevan et les églises arméniennes pour la diffusion du christianisme. Cela est considéré comme une menace importante pour la légitimité du régime iranien.
 
Par conséquent, le fait que l’Azerbaïdjan (musulman chiite) ait pris pour cible des cathédrales et que la démographie ait changé (comme ce fut le cas dans la province de l’Azerbaïdjan occidental) est une chose dont l’Iran se réjouirait toujours. En bref, Bakou et Téhéran ont partagé le même terrain idéologique pour affronter l’Arménie.
 
Des liens financiers aidant l’IRGC à contourner les sanctions
 
Pour mesurer le soutien de l’Iran à l’Arménie/Azerbaïdjan, les activités financières de Téhéran doivent être considérées comme des critères cruciaux : La taille du bâtiment de la Melli Bank à Bakou est révélatrice, le deuxième plus grand après son siège à Téhéran.
 
Les liens financiers entre l’IRGC et l’Azerbaïdjan ne se limitent pas à la succursale de la Melli Bank. Lisez ceci par exemple :
 
Ce qui est encore plus révélateur, c’est la façon dont Bakou et Erevan ont réagi à la « Campagne de pression maximale » sur l’Iran et les sanctions imposées.
Alors que les échanges commerciaux entre l’Arménie et l’Iran ont chuté de 30%, ceux entre Bakou et Téhéran vont atteindre 5 millions de dollars (contre 179 millions auparavant).
 
De plus, le fait que l’Arménie reconnaisse Jérusalem comme capitale d’Israël a rapproché encore plus la Turquie de l’Azerbaïdjan et de l’Iran. Avant les récents affrontements au Nagorno-Karabakh, Téhéran avait averti l’Arménie de cette décision, la qualifiant d’erreur de calcul stratégique& et ses conséquences.
 
De plus, ni l’Iran, ni l’Azerbaïdjan/Turquie n’aiment partager des frontières avec des pays démocratiques. Téhéran, Bakou et Ankara sont gouvernés par des totalitaires, et toute démocratie dans les pays voisins est considérée comme une menace par eux.
 
L’Arménie et l’Iran n’ont rien en commun
 
D’un point de vue stratégique plus large, les relations entre l’Arménie et l’Iran sont guidées par le concept commun d’isolement plutôt que par des valeurs partagées. D’une part, pour l’Arménie entourée de régimes hostiles, l’Iran est une alternative à ses frontières occidentales et orientales fermées, et un moyen d’affaiblir l’influence de Moscou sur Erevan.
 
Ainsi, contrairement à l’Azerbaïdjan et à la Turquie qui ont un terrain d’entente stratégique avec l’Iran, les relations de l’Arménie avec Téhéran sont désespérées.
 
D’autre part, l’Iran isolé considérait également l’Arménie comme un terrain pour contrer l’Occident (et Israël et Turquie considérés par Téhéran comme des mandataires des États-Unis) dans la région. Cependant, la Turquie a changé sous Erdogan et Ankara s’est maintenant en quelque sorte alignée avec l’Iran contre l’Occident et Israël.
 
En substance, l’Iran ne préfère pas l’Arménie à l’Azerbaïdjan, comme l’ont clairement indiqué de hauts responsables iraniens. Au contraire, il est probable que nous assisterons à une plus grande coopération entre l’Iran, la Turquie, l’Azerbaïdjan (et la Russie) sur l’Arménie et d’autres questions dans la région. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici