Les médias français et la guerre Arménie-Azerbaïdjan

0
1009
Depuis que l’Azerbaïdjan, soutenu par la Turquie qui lui a envoyé 4000 mercenaires syriens et des armes en renfort, a déclaré la guerre à l’Arménie en attaquant la région autonome arménienne du Haut-Karabakh* (Artsakh), dans le Caucase du Sud, la propagande azérie semble activée en Occident, notamment en France où dans les médias et les dépêches d’AFP, on voit la propagande azérie relayée, sans trop de gène, notamment, quand on voit que les habitants du Haut-Karabakh sont qualifiés de « séparatistes », chose qu’on n’a jamais entendue pour le nord de Chypre occupé illégalement par la Turquie depuis 1974…
 
Il pleut ? C’est la faute aux Kurdes !
 
Et que dire des mensonges turco-azéris parlant de présence de combattants du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) qui seraient allés en Haut-Karabakh pour combattre aux côtés des forces arméniennes ?! Les Kurdes qui sont assaillis de tous les côtés et qui luttent pour leur survie sont honorés d’entendre qu’on leur prête tant de bravoure et auraient volontiers aidé, s’ils en avaient les moyens, leurs voisins arméniens, frères de destin face aux descendants de l’empire ottoman qui a massacré/massacre des Arméniens, Kurdes/Yézidis/Alévis, Grecs, Assyro-chaldéens… depuis des siècles. Mais ce mensonge sert surtout de prétexte au Président Erdogan chaque fois qu’il veut envahir un pays voisin : Syrie, Irak et maintenant l’Arménie.  
 
L’Arménie ne pèse rien face au monstre azéri
 
C’est dans de telles circonstances qu’on mesure la puissance économique, militaire et diplomatique de l’Azerbaïdjan au niveau international face à l’Arménie trois fois plus petite que lui et qu’on se dit que les médias aussi se rangent du côté du plus fort, sans parler des ravages que peut faire le lobbying azéri implanté en France et en Europe.  
 
La France vent-elle des armes à l’Azerbaïdjan ?
 
« Ne détournez plus le regard quand la France vend des armes et des technologies militaires à l’Azerbaïdjan. Aujourd’hui, c’est grâce à ces armes que l’Azerbaïdjan peut cibler la population civile de la capitale de la République d’Artsakh (Stepanakert). Ne vous laissez plus piéger par les mensonges et la compromission ! Quand le Président français nous ment il faut le dénoncer et cesser de l’applaudir. Le peuple arménien n’est pas un peuple soumis, aujourd’hui il résiste seul et de toutes ses forces ! », écrivait récemment Charjoum le mouvement, le Mouvement en faveur de la défense des droits des Arméniens et des Arméniennes. 
 
La Turquie veut en finir avec les survivant arméniens
 
« Cette initiative destructrice soutenue par la Turquie d’Erdogan entre dans le cadre d’une stratégie qui s’inscrit dans la lignée du génocide de 1915. L’objectif final est le même : supprimer la présence arménienne pour créer une puissance ottomane qui dominerait le monde » dénonce FRA Nor Seround – ՀՅԴ Նոր Սերունդ, l’Association de jeunesse militante Arménienne de France.
 
On ne sait pas encore si cette guerre sera stoppée à temps, avec l’intervention russe ou si elle dégénérera d’avantage, tuant toujours plus de civils innocents. Mais une chose est sûre: le pouvoir des médias sur l’opinion publique n’est pas négligeable et c’est pourquoi les journalistes doivent faire attention à ce qu’ils écrivent, s’ils veulent qu’on croit aux informations qu’ils relaient. 
 
* « En 1921, la province du Haut-Karabagh est attribuée à la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan. Le Karabagh est majoritairement peuplé d’Arméniens [et de Kurdes** chassés par l’Arménie et l’Azerbaïdjan après la chute de l’URSS, et d’Azéris également] (le chiffre que j’ai c’est 85% d’Arméniens en 1988). En février 1988, des manifestations pacifiques ont lieu au Karabagh et en Arménie pour demander le rattachement de la région à l’Arménie. Une guerre éclate avec l’Azerbaïdjan , qui refuse cette séparation. Les habitants du Haut-Karabagh résistent et sécurisent leurs frontières. En 1991, l’URSS s’effondre. L’Arménie et l’Azerbaïdjan proclament leur indépendance. Le Karabagh revendique la sienne par voie de référendum (La République d’Artsakh est le nom de cet état indépendant qui n’a jamais été reconnu). Les combats continuent. Un cessez-le-feu est signé en 1994 mais les négociations n’ont jamais abouti : l’Azerbaïdjan persiste à considérer que ce territoire est occupé illégalement, reniant le droit à l’indépendance de ces habitants », nous écrit Maïda Chavak, une jeune franco-arménienne, en guise de résumé de la situation politique de la région. 
 
** La République kurde du Kurdistan Rouge (Kurdistana Sor) a été fondée en 1992 comme dernière chance de survie pour les Kurdes du Caucase, avec comme capitale la ville de Berdzor (Laçîn en kurde). Les parties au conflit actuel dans la même région (Karabakh), où vivaient des Kurdes depuis le IXe siècle, ont progressivement déplacé les Kurdes de leurs terres tout au long des XIXe et XXe siècles. (Voir l’article du Wikipedia pour plus de détails sur le Kurdistan Rouge)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici