FÉMINICIDE. Deux sœurs tuées et enterrées par leur père au Kurdistan du Sud

0
445
KURDISTAN DU SUD – Un Kurde a tué ses deux filles dans la ville de Chamchamal, dans le gouvernorat de Sulaimani, au Kurdistan du Sud, a indiqué la police.
 
La direction de la police de Chamchamal a déclaré mercredi qu’elle enquêtait sur le meurtre présumé de deux filles par leur père dans un village du district.
 
Le directeur de la police de Chamchamal, Mohammed Abdi, a déclaré que des témoins ont déclaré que le suspect avait tué ses filles puis s’était enfui.
 
Leurs corps ont par la suite été découverts dans un cimetière d’un autre village, où ils avaient été cachés, selon une source de la sécurité de Sulaimani qui s’est exprimée sous couvert d’anonymat.
 
La source a ajouté que la police locale attendait l’ordre de la justice pour prendre possession des corps.
 
Les corps d’Awara Faqé Haseeb (19 ans) et Hélin Faqé Haseeb (17 ans) ont été retrouvés dans une tombe d’un village du sous-district de Shwan à Kirkouk, une semaine après leur disparition.
 
Les violences faites aux femmes sont très répandues au Kurdistan irakien, malgré les promesses du gouvernement de les combattre.
 
Les femmes de la région kurde d’irak (Bashur) subissent des niveaux élevés de violence domestique. En 2019, 120 femmes sont mortes dans la région kurde des suites de violences basées sur le genre, dont 41 qui ont été assassinées et 79 qui se sont suicidées.
 
Selon la Direction générale de la lutte contre la violence à l’égard des femmes du gouvernement régional du Kurdistan (GRK), au moins trois femmes ont été tuées au cours des six premiers mois de 2020.
 
Treize autres femmes se sont suicidées, 26 femmes se sont brûlées et 35 ont été violées au Kurdistan irakien.
 
Ces statistiques sont probablement sous-estimées car la violence domestique est souvent cachée.
 
De nombreuses autres femmes kurdes sont confrontées à des mariages forcés ou aux mariages en étant mineures, à la violence domestique ou à la polygamie.
 
Via le site E-KURDE
 
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici