AccueilMoyen-OrientTurquieDes Kurdes attaqués par des fascistes à Sakarya: "Ils voulaient nous tuer"

Des Kurdes attaqués par des fascistes à Sakarya: « Ils voulaient nous tuer »

TURQUIE / BAKUR – Le 4 septembre dernier, des fascistes turcs ont attaqué des travailleurs saisonniers kurdes dans la province de Sakarya, à l’ouest de la Turquie. Depuis, une vague d’indignation a secoué tout le Kurdistan. Un journaliste d’ANF a parlé avec les victimes de cette attaque ignoble.
 
L’attaque raciste contre les ouvriers agricoles kurdes dans la province de Sakarya, à l’ouest de la Turquie, a déclenché une vague d’indignation. Le racisme anti-kurde a toujours été une caractéristique de la Turquie, a déclaré l’association des droits de l’homme IHD. « La propagation de cette intolérance profonde envers les Kurdes ne peut être évitée qu’en abolissant le racisme institutionnalisé. Étant donné que le système politique actuel en Turquie incite encore plus le racisme, les pronostics semblent sombres. »
 
Vendredi, un groupe de 16 travailleurs saisonniers du district de Mazıdağı à Mardin a failli être lynché par un fermier turc et ses proches à Sakarya. La foule était composée de deux fils du propriétaire de la plantation de noisettes ainsi que d’autres habitants du village. Des enregistrements vidéo peuvent également être vus des travailleurs saisonniers attaqués par plusieurs hommes. Entre-temps, ANF a pu s’entretenir avec un grand nombre de personnes attaquées.
 
« Tout a commencé lorsque le propriétaire de la plantation, Hacı Hüseyin Cebecioğlu, nous a insultés », explique Rojda Demir, qui a enregistré l’attaque avec son téléphone portable. « Notre famille travaillait dans la plantation depuis dix-sept jours, pour environ 100 lires par jour. L’incident a eu lieu le 18e jour de notre séjour là-bas. Un petit-fils de Cebecioğlu est venu nous voir et nous a dit de ramasser les noisettes au Pendant que nous lui parlions encore, Cebecioğlu nous a insultés depuis sa terrasse en tant que «meute de chiens». L’homme a également exprimé d’autres expressions. Nous avons répondu qu’il ne fallait pas subir de telles insultes, mettre les seaux par terre et Hacı Hüseyin Cebecioğlu a continué ses insultes dans l’intervalle. Au bout d’une dizaine de minutes, alors que nous étions arrivés à notre logement, Hasan et Kenan Cebecioğlu, les deux fils du fermier, s’est précipité vers nous et a crié: « Comment osez-vous quitter la plantation? Ici, ce n’est pas Mardin, mais Sakarya. Peu de temps après, mes cousins ​​ont été battus. Lorsque ma cousine de 15 ans a tenté d’intervenir, elle a été giflée. »
 
C’est le troisième été que la famille Demir passe à Sakarya avec un travail saisonnier, poursuit la jeune femme. Jusqu’à présent, ils n’ont connu aucune expérience raciste d’exclusion comparable à la tentative de lynchage d’hier. « Depuis que j’ai onze ans, j’aide mes parents avec des travaux saisonniers pendant les mois d’été. Ce qui s’est passé hier n’est rien d’autre que du racisme anti-kurde », ajoute Rojda Demir.
 
Le gouverneur tente de dissimuler l’incident
 
Vendredi, le bureau du gouverneur de Sakarya a tenté de dissimuler l’incident, affirmant que l’attaque avait eu lieu à Kocaeli l’année dernière. Dans une déclaration correspondante, le gouverneur a souligné qu’aucun rapport n’avait été reçu par la police. Hadra Demir a déclaré que la police militaire (gendarmerie) avait été prévenue à plusieurs reprises mais n’était pas venue. « À un moment donné, nous avons renoncé à attendre parce que la gendarmerie aurait probablement pris le parti des assaillants. Ils ont menacé de nous brûler si nous ne quittions pas la ville. »
 
Le père de Rojda Demir, Hamdin Demir, déclare que des habitants des environs de Cebecioğlu ont tenté d’intercepter le bus des ouvriers de la récolte lors de la sortie du village. « Certains avaient des outils coupants comme des haches avec eux. Ils voulaient juste nous tuer. Nos enfants n’ont survécu qu’avec de la chance. Il faut souligner que nos enfants ont échappé seuls à cette situation. Personne, ni la police ni la gendarmerie ne les ont aidés. »
 
Les personnes touchées sont interrogées par la gendarmerie
 
Les travailleurs saisonniers kurdes sont rentrés samedi dans leur ville natale. Là, ils se sont d’abord fait examiner médicalement. Dans l’après-midi, ils ont reçu l’ordre de se rendre au quartier général de la gendarmerie pour donner des informations sur l’attaque. Ils sont pris en charge par des avocats de la succursale d’IHD. « Au lieu des auteurs, ce sont encore les victimes qui sont censées se justifier », explique Hamdin Demir. Entre-temps, trois des assaillants auraient été placés en détention.
 
Ce n’est pas la première attaque raciste contre les Kurdes à Sakarya
 
Ces dernières années, la province de Sakarya, dans l’ouest de la Turquie, est devenue à plusieurs reprises le théâtre d’attaques racistes contre les Kurdes, dont certaines se sont soldées par la mort. Şirin Tosun, une travailleur saisonnier de 19 ans, a été lynché par un groupe de six personnes en août 2019, puis fusillé pour avoir parlé kurde. En décembre 2018, Kadir Sakçı (43 ans) et son fils Burhan, 16 ans, ont été attaqués avec une arme à feu à Sakarya parce qu’ils avaient répondu «oui» à la question d’être Kurdes. Le père a succombé à ses blessures par balle, tandis que le fils a été gravement blessé. L’assassin a déclaré pour sa défense qu’il était ivre et ne se souvenait de rien.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici