Selay Gaffar: Nous sommes inspirés par le peuple kurde et sa lutte

0
881

«Nous sommes inspirés par le mouvement kurde et son peuple, en particulier en ce qui concerne la lutte contre Daech.  Nous devons apprendre d’eux et poursuivre le même combat contre les Talibans ici en Afghanistan » déclare l’activiste afghane Selay Gaffar.

Entretien

Selay Ghaffar, porte-parole du Parti de la solidarité afghane, parle du contexte et des résultats du soi-disant «processus de paix» entre les États-Unis et les Talibans. Selon l’accord signé au Qatar le 29 février, les États-Unis et l’OTAN retireront leurs troupes du pays dans les 14 mois à condition que les talibans remplissent les conditions de l’accord. Alors que 5 000 membres des talibans ont été libérés de prison, l’organisation poursuit ses attaques et ses crimes contre le peuple afghan.

ANF : Pouvez-vous nous expliquer le contexte des pourparlers entre les États-Unis et les talibans et le soi-disant «accord de paix» qui a été signé en février entre eux à Doha?

Selay Ghaffa : En 2001, les États-Unis et les alliés de l’OTAN ont occupé l’Afghanistan au nom de la lutte contre le terrorisme.  Cela signifiait combattre les talibans et instaurer les droits de l’homme, les droits des femmes, la démocratie, etc. Tels étaient les slogans lancés lors de l’occupation de l’Afghanistan.  Mais après 2001, les talibans sont devenus plus forts.  Jour après jour, ils commettent davantage de crimes et de brutalités contre le peuple afghan, notamment par le biais d’attentats suicides, de meurtres et de massacres.  L’effusion de sang continue.  En disant cela, je veux dire que la guerre contre le terrorisme n’était qu’un mensonge.  La guerre contre le terrorisme n’était qu’une excuse pour entrer en Afghanistan et utiliser l’Afghanistan comme plate-forme pour ses nouvelles stratégies d’occupation du monde et en Afghanistan en particulier pour vaincre ses rivaux comme la Russie, la Chine, l’Iran qui ont tous des frontières avec l’Afghanistan.

Le processus de paix trompe à nouveau le peuple afghan et trompe son propre peuple parce que la guerre américano-afghane a été la guerre la plus longue et la plus coûteuse de l’histoire des États-Unis.  Et leurs gens leur reprochent que toutes les taxes ne servent à rien.  Il n’y a pas de sécurité, il y a encore des effusions de sang, il y a toujours la guerre, il y a encore des massacres et des milliers d’Afghans ont été tués.  Plus de 400 000 Afghans ont été tués depuis 2001 et des centaines d’Afghans ont été blessés et beaucoup ont fui leur pays.

Maintenant, nous voyons que les États-Unis ont réalisé d’une manière ou d’une autre qu’ils ne pouvaient pas utiliser les talibans comme leurs soi-disant ennemis. Ils ne sont pas leur ennemi;  ce sont leurs agents.  Ils veulent beaucoup plus de brutalités pour exporter le terrorisme d’Afghanistan.  Ils ont déjà changé le drapeau blanc avec le drapeau noir en Afghanistan.  L’Etat islamique a déjà remplacé les talibans.  On peut dire que Daech est le nouveau surnom des talibans.

Ils remplacent les talibans.  Les États-Unis veulent en quelque sorte faire émerger les talibans et le régime fantoche là-bas composé d’Abdullah, de tous les groupes moudjahidin et des nouveaux technocrates, les soi-disant technocrates démocrates, après un lavage de cerveau orchestré par les États-Unis et qu’ils ont amenés ici.  Ils veulent leur donner de l’espace dans le nouveau gouvernement, lutter contre le terrorisme et utiliser l’Afghanistan pour réaliser leur stratégie dans la région et dans le monde.

Les puissances régionales et internationales utilisent l’Afghanistan comme plate-forme pour leurs guerres par procuration.  Pour nous, ce processus de paix n’est qu’une poussière aux yeux du peuple afghan.  Ils savent que les Afghans ont soif de paix.  Ils veulent la paix, la sécurité, ils veulent vivre, ils ne veulent pas avoir peur quand leurs filles et leurs fils vont à l’école.  Ils veulent avoir une vie normale.  Ils savent que les Afghans veulent désespérément la paix.

ANF : Pensez-vous que cet accord apportera la paix ou du moins une situation moins violente?

Selay Ghaffa : Il n’y aura pas de paix car l’Etat islamique a remplacé les talibans.  La guerre contre le peuple afghan opprimé se poursuivra.  Il s’agit donc simplement d’un changement dans la politique des États-Unis.  C’est une sorte de politique néocoloniale en Afghanistan qu’ils veulent mettre en œuvre.  Le processus de paix est un faux processus.  Beaucoup de ces processus de paix, les négociations de paix avec ces criminels n’ont pas fonctionné.

Pendant Halqa Percham, David Somon était l’envoyé de l’ONU en Afghanistan pour ramener la paix entre Najibullah à cette époque et aussi les moudjahidin, mais cela n’a pas fonctionné.  Et même maintenant, depuis le régime de Karsai jusqu’à maintenant, les pourparlers de paix ont recommencé à plusieurs reprises mais la raison est de prendre le temps pour mettre en œuvre sa propre stratégie.

Nous avons donc de nombreux exemples.Souvent, ils lancent un processus de paix, il y a une raison derrière cela et la première fois qu’ils ont lancé le processus de paix, ils voulaient en fait que le gouvernement Karsai reste au pouvoir.Récemment, les États-Unis ont entamé un processus de paix et ont conclu un accord avec les talibans.Ils ont également fait cet accord pour libérer les prisonniers et leur donner le pouvoir.On voit que c’est vraiment lié aux élections américaines.Trump veut obtenir le vote du peuple simplement en disant: «J’ai arrêté la longue guerre en Afghanistan et j’ai vaincu les Talibans».

Un autre problème de ce processus de paix;  ce n’est pas seulement un accord entre les États-Unis et les talibans.  Bien sûr, ils disent que le gouvernement afghan et les talibans entameront des pourparlers de paix.  La paix ne viendra pas parce que nous ne pouvons ignorer les mains sanglantes de l’Iran et du Pakistan en particulier, les puissances régionales.  Les talibans sont les marionnettes du Pakistan.  Le Pakistan a déjà soutenu les talibans et par le passé les groupes moudjahidin.  C’est une bonne plate-forme pour mener leur guerre par procuration avec l’Inde.  Le Pakistan ne voudra jamais la paix en Afghanistan.  Quelle que soit la cause, ils veulent continuer la guerre.

La troisième raison est que tant qu’il y aura les bases militaires des États-Unis en Afghanistan, c’est une grande menace pour la région et pour le monde.  Tant que nous aurons ces bases en Afghanistan, il n’y aura pas de paix.  Il n’y aura pas de sécurité en Afghanistan.  Même le soi-disant accord avec les talibans signe le 29 février.  De nombreux attentats suicides ont eu lieu le même jour.  Même après cela, ils ont fait des cessez-le-feu à plusieurs reprises, surtout pendant les vacances de l’Aïd, ils ont continué leurs attentats suicides même pendant ces jours.  Cela signifie que les talibans ne veulent jamais de paix.  Il est clair que Khalilzad, qui est l’envoyé des États-Unis pour conclure un accord avec les talibans, et les médias afghans ont déclaré que la paix avec les talibans ne signifie pas qu’il y aura la sécurité en Afghanistan.  Ils l’ont déjà dit.  Et aussi de nombreux autres responsables américains l’ont déclaré.

Khalilzad a clairement déclaré que cet accord était entre les États-Unis et les talibans.  Cela signifie que les talibans ne tueront jamais les armées américaines en Afghanistan, ils ne feront pas de mal aux Américains ou aux forces de l’OTAN.  Mais ils continuent leur soi-disant Jihad contre le peuple afghan.  Et ils disent que nous avons déjà conclu un accord avec les talibans et maintenant avec le gouvernement afghan, vous allez conclure tout accord que vous voulez avec les talibans pour faire la paix.  Cela signifie que les États-Unis jouent également avec leur régime fantoche.  D’une manière ou d’une autre, juste pour maintenir la flamme du feu et mettre en œuvre la stratégie qu’ils souhaitent, ils poursuivent tous ces processus.  Nous voyons clairement maintenant que oui, les talibans ont conclu un cessez-le-feu avec les États-Unis, pas maintenant mais même depuis 2001. De 2001 à aujourd’hui, combien de quartiers généraux, de bases et de camps américains ont été attaqués?  Chaque fois que des Afghans sont tués, ils ont été attaqués.  Ils ont été les premières victimes de cette guerre.  Et pas aux États-Unis.  C’est pourquoi il y a toujours eu un cessez-le-feu avec les États-Unis.  Leur jihad n’était pas contre les États-Unis mais contre le peuple afghan.

ANF : Des milliers de talibans ont été libérés de prison.  Quel sera le résultat de leur sortie?

Selay Ghaffa : Une chose qui est très claire est que la paix avec les talibans brutaux et la libération de leurs prisonniers, tous ces meurtres, ne feront qu’accroître la guerre et la destruction.  Cela n’a rien à voir avec la paix et la sécurité en Afghanistan.  Nous avons constaté par le passé que de nombreux dirigeants talibans avaient été libérés de Guantanamo dans le cadre de ce nouveau processus.  Qu’est-il arrivé?  Tous siègent à Doha en tant que principaux penseurs des talibans pour planifier des attentats-suicides en Afghanistan, planifier la destruction de l’Afghanistan, planifier des massacres et des meurtres de personnes afghanes et aussi de la police.

Et ces policiers sont des gens ordinaires qui adhèrent à ce régime fantoche non pas parce qu’ils y croient mais pour nourrir leurs familles.  Pendant le régime de Karsai, ils en ont relâché beaucoup.  Ghani a libéré ces prisonniers talibans même l’année dernière, puis à nouveau cette année.  Qu’est-il arrivé?  La paix est-elle venue?  Non, la guerre a augmenté.  Avant, il y avait des provinces, des districts sous le contrôle du gouvernement.  Aujourd’hui, la majorité des villes d’Afghanistan sont contrôlées par les talibans.  Dans certains endroits, c’est le gouvernement pendant la journée et les talibans pendant la nuit.  Les membres libérés prennent des armes et continuent de tuer parce qu’il n’y a pas de changement dans leur mentalité.  En prison, ils sont devenus beaucoup plus dangereux, lorsqu’ils sont libérés, ils veulent juste faire exploser leur colère contre le gouvernement et le peuple. Ils tuent les gens.

Les États-Unis sans en informer le gouvernement afghan ont déjà promis la libération de 5 000 prisonniers aux talibans.  Cela a été décidé par les États-Unis.  Le gouvernement afghan a déclaré qu’il ne libérerait pas 5 000 membres talibans, il n’y a pas de dialogue ou de négociation entre les Afghans et les talibans.  Mais que s’est-il passé?  Khalilzad est juste venu et a tiré l’oreille de Ghani et Abdullah et a dit qui vous êtes pour prendre cette décision?  J’ai déjà pris la décision à Doha de les libérer, il n’y a pas de ligne rouge, il n’y a pas de condition préalable à vos négociations. Vous devez libérer. Qu’est-il arrivé?  Ils ont libéré 4 600 membres talibans. Et pour les 400 autres, ils voulaient simplement légitimer la décision en appelant le conseil à se réunir. C’est un conseil vraiment anti-populaire et antinational. Personne n’écoute le peuple afghan. Les familles des victimes ne pardonneront jamais aux talibans et ne veulent jamais que ces meurtriers soient libérés. Et ils ne veulent jamais conclure aucun accord avec eux sans justice. Parce que la paix sans justice ne veut rien dire. La paix sans poursuite de ces criminels ne veut rien dire.

ANF : Comment appréciez-vous le rôle de Zalmay Khalilzad, le représentant spécial des États-Unis pour la réconciliation en Afghanistan?

Selay Ghaffa : Quand Khalilzad était très jeune, il a déménagé aux États-Unis. Pour les États-Unis, il est une marionnette très fiable. Au début, il est venu comme ambassadeur des États-Unis. Maintenant, il est l’envoyé pour la paix. Son rôle est de savoir comment répondre aux politiques néocoloniales des États-Unis en Afghanistan. Pour lui, la vie du peuple afghan n’a pas d’importance lorsqu’il a demandé la libération des talibans, lorsqu’il a eu affaire à ces meurtres, lorsqu’il a fait la paix avec ces meurtriers.  Pour lui, la justice ne veut rien dire. La sécurité, la paix et la prospérité dans la vie du peuple afghan ne signifient rien. Son seul travail consiste à mettre en œuvre la stratégie américaine en Afghanistan. C’est pourquoi il sait très bien jouer à ce jeu sous le nom de paix. Parce qu’il est un très vieil espion des États-Unis. Maintenant, il peut très bien jouer ce rôle en Afghanistan.

ANF : Les États-Unis ont déclaré que si les talibans remplissaient les conditions de l’accord, ils retireraient leurs soldats dans les 14 mois. Comment interprétez-vous les déclarations des États-Unis concernant le retrait militaire en Afghanistan et au Moyen-Orient?

Selay Ghaffa : Les États-Unis ne quitteront jamais l’Afghanistan tant qu’ils y auront leurs bases militaires.  Les neuf bases qui menacent le monde.  Tant qu’ils auront des rivaux comme la Russie, la Chine, l’Iran, ils ne partiront pas parce qu’en ce moment, le gouvernement américain utilise sa présence en Afghanistan contre les Russes.  Si vous bougez, nous avons juste des armes de haute technologie que nous pouvons utiliser contre vous.  Ils peuvent utiliser cette menace contre l’Iran. Ils peuvent utiliser DAECH.

Nous ne pensons pas qu’ils partiront. Ils n’ont pas quitté l’Irak. Le motif derrière cela, je veux le relier aux élections américaines. Pour le peuple afghan, le retrait des forces étrangères, en particulier des forces criminelles américaines en Afghanistan, est comme un rêve. Tout le monde veut ça.  Mais cela restera juste comme un rêve car ils ne partiront pas. Dans leur accord avec les talibans, ils disent que leurs soldats quitteront le pays dans les 14 mois. Mais nous sommes sûrs qu’après avoir remporté les élections, Trump trouvera une excuse pour dire que ce n’est pas le bon moment pour eux de quitter l’Afghanistan.  Ils étaient censés quitter l’Afghanistan en 2014. Que s’est-il passé?  Ils ont dit que la guerre contre le terrorisme était en cours. Et maintenant, ils trouveront une excuse. Oui, les talibans ont rejoint le gouvernement.

Il existe de nombreuses autres sections des talibans qui se sont déjà vendues à la Russie, à l’Iran et à la Chine.  Selon certaines informations, les talibans ont été divisés en de nombreux groupes qui travaillent également pour ces pays.  Et les États-Unis pourraient dire «oui, nous devons continuer à lutter contre les talibans qui n’ont pas rejoint le processus de paix».  Peut-être qu’ils utiliseront DAECH comme une menace.  Il y a des rumeurs de documents secrets entre les États-Unis et les talibans.  Personne ne connaît le contenu.

ANF : Comment les femmes sont-elles affectées?  Quelle est leur attitude face à ce soi-disant processus de paix?

Selay Ghaffa : Cette question comporte de nombreux aspects.  Nous devons catégoriser les femmes afghanes.  Les talibans ont commis de nombreuses atrocités et crimes contre les femmes.  Ils ont décapité, lapidé, tué des femmes, les ont privées de leur éducation, de leur travail, etc.

La guerre la plus énorme a été menée contre elles et cela continue encore aujourd’hui.  Les femmes afghanes n’oublieront jamais tous ces crimes.  Nous n’oublierons jamais…  lapidée juste pour avoir aimé quelqu’un.  Nous n’oublierons jamais l’exécution de Zerminia… Nous n’oublierons pas la décapitation de Tebessum.  Nous n’oublierons pas de nombreux autres crimes qu’ils ont commis contre les femmes afghanes.

Les Afghanes ordinaires et les Afghanes conscientes n’oublieront pas et ne pardonneront pas aux talibans.  Seule une poignée de femmes qui vivent avec les dollars des États-Unis, qui sont les haut-parleurs des États-Unis, qui veulent jouer le rôle ou mettre en œuvre les politiques des États-Unis en Afghanistan, en particulier les droits des femmes sont à leur ordre du jour, elles sont  ceux qui écoutent les États-Unis, qui parlent tout le temps du processus de paix et disent que les talibans ont changé.  Beaucoup de femmes veulent juste aller baiser les pieds des talibans et pardonner tous les crimes qu’elles ont commis contre les femmes.

Faisons un lien avec le gouvernement Gulbeddin que nous avons toujours appelé roquette parce qu’il avait 1 200 roquettes et tué des milliers d’Afghans.  Gulbeddin était la première ou la seule faction à l’époque à jeter de l’acide sur le visage des femmes qui allaient à l’école.  Toutes ces femmes sont allées rencontrer Gulbeddin et elles ont juste oublié tous ces crimes que Gulbeddin a commis contre nos femmes.

Aujourd’hui, la même pratique se poursuit contre les femmes.  Comme je l’ai dit, ces femmes comme Fawzi Kofi, Shahgul Rezayi, les législateurs et bien d’autres parlent toujours de ce soi-disant processus de paix parce qu’elles veulent rester à leur place.  Nous avons critiqué ces négociations comme certaines des prétendues femmes de la société civile, certaines qui portaient des burkas colorées et parlaient de pardonner les talibans et ces drames colorés.  Et comme leurs frères djihadistes, ils peuvent venir s’asseoir.  Les femmes qui s’assoient aux côtés des talibans et oublient les crimes qu’elles ont commis contre les femmes afghanes, je pense qu’elles ne sont que des marionnettes.

Mais les familles victimes, les femmes ne leur pardonneront jamais et ne les oublieront jamais.  Parce que ces femmes veulent juste aimer s’asseoir ou aller dans ces hôtels de Doha et avoir de l’argent des États-Unis et rester à leur place, sans perdre leur argent.  Et donnez aussi le signal aux talibans qu’ils sont ceux en qui ils peuvent nous faire confiance et qu’ils blanchiront leurs mains sanglantes en disant que les talibans ont changé.

Tu vois, ils acceptent les femmes à leurs côtés?  Pendant tous ces entretiens, vous pouvez écouter les interviews des talibans, elles n’ont pas changé.  Pourtant, ils disent qu’ils appliqueront la charia sur les femmes afghanes.  Cela signifie qu’ils interdiront aux femmes de tous les aspects de la vie.  Pour moi, pour nous, la vie des femmes afghanes va empirer.  La situation s’aggravera beaucoup plus.

ANF : Y a-t-il des protestations contre cet accord américano-taliban?

Selay Ghaffa : Le parti Hambastagi a été la seule voix à manifester contre la libération de 5 000 prisonniers talibans et à descendre dans la rue. Les médias ignorent cela, et ne veulent pas nous écouter.  Aussi, lorsque le conseil s’est réuni, il y avait un législateur, un parlementaire, une intellectuelle, une femme, la vraie défenseuse des femmes, on peut dire.  Elle vient de se présenter au conseil et a dit que c’était une trahison nationale.  Mais pourquoi toutes ces femmes ont-elles été réduites au silence?  Pourquoi étaient-ils silencieux au conseil?

ANF : Comment les forces démocratiques progressistes peuvent-elles protester et s’organiser?  Ont-ils un programme alternatif?

Selay Ghaffa : C’est une période très difficile pour le peuple afghan.  Surtout pour les forces démocratiques progressistes en Afghanistan.  Surtout pour les forces qui luttent pour la liberté et l’indépendance du pays.  Qui sont contre les occupations et tous ces fondamentalistes, qu’il s’agisse des talibans, d’Al Qaida ou de l’Etat islamique ou des moudjahidin.  Et bien sûr au sommet des États-Unis.  Parce qu’ils sont toujours menacés d’attaques.

Plusieurs fois, le Parti de la solidarité et certains autres groupes se sont opposés à ce type de processus.  Nous appelons cela une trahison nationale et nous condamnons ce genre d’actes de la part des États-Unis et du gouvernement afghan ou les suicides et ainsi de suite.  Personne ne nous écoute.  Et pendant qu’ils essaient d’attaquer, ils mettent nos membres en prison, ils nous torturent pour nous arrêter.  Dans cette situation, nous pouvons dire que nous sommes la véritable opposition contre ce genre de processus antinationaux en cours, contre l’occupation américaine de l’Afghanistan, contre ce régime fantoche qui vient de se mettre en œuvre.  Nous disons toujours que la Maison Noire met en œuvre la politique de la Maison Blanche.

Et il y a les soi-disant oppositions créées par le gouvernement lui-même simplement pour dire qu’il y a de l’opposition.  Ce sont eux qui se disent opposition, mais à la fin, nous pouvons voir qu’ils s’assoient avec ces meurtriers sur la table.  En tant que véritable opposition, nous ne sommes pas attaqués par un seul camp.  D’un côté, il y a les États-Unis et leurs alliés.  Ensuite, il y a les criminels djihadistes.  Puis l’Etat islamique, les talibans et de nombreux autres groupes terroristes à l’intérieur du pays.  Juste pour vous donner un exemple.  Lorsque le conseil s’est réuni, il y avait un ordre du gouvernement à tous les médias et analystes politiques qui sont simplement en faveur de la signature du document de libération des talibans, qui sont simplement en faveur de ce processus et donnent des raisons pour lesquelles ce processus est  important et pourquoi les gens devraient croire qu’avec ce processus la paix viendra.  Nous avons été boycottés.

Personne ne voulait nous écouter, mais il y avait un groupe qui organisait des manifestations, qui élevait la voix, qui utilisait les médias sociaux, la rue, tous les moyens dont ils disposaient contre cela.  Au moins écoutez-les, demandez-leur ce qu’ils veulent.  Ils ont également organisé les familles des victimes et certaines associations qui travaillent pour les victimes.  Beaucoup d’entre eux ensemble, les familles victimes, sont même allés au bureau de l’ONU et ont dit qu’ils ne pardonnaient pas aux talibans, qu’ils ne voulaient pas leur libération, qu’ils ne voulaient pas que ce processus se déroule sans justice.  Pourquoi personne n’écoute?  Parce qu’ils veulent toujours nous boycotter et ne pas écouter ces voix.

Les forces démocratiques s’opposent à ce processus.  Mais ce sont les États-Unis qui mettent en œuvre ce processus et prennent les décisions.  Pas même le gouvernement afghan, car personne ne les écoute.  Comme je l’ai dit, les États-Unis ont décidé de libérer 5 000 prisonniers, sans en informer ni consulter le gouvernement afghan.  Le gouvernement afghan était au courant de ce pacte entre eux.  Soudain, Khalilzad est venu et a annoncé cela et le gouvernement afghan vient de les libérer.

La voix de 99% des Afghans n’est pas entendue au cours de ce processus.  Ils essaient toujours de rencontrer leur fausse opposition.  Oui, nous avons des alternatives.  Mais la situation ici est très compliquée.  Tout le monde a ses mains en Afghanistan.  Nous ne pouvons atteindre la paix et la stabilité que par le pouvoir du peuple.  Le peuple afghan doit s’organiser, s’unir, organiser une lutte contre ces forces s’il veut la paix et la sécurité dans sa vie.  Parce que c’est la seule façon d’avoir un gouvernement démocratique et populaire qui puisse parler des droits des peuples, qui puisse apporter humanité et prospérité dans la vie des Afghans et en particulier des femmes.

Accorder l’amnistie sans procès à ces meurtriers est une trahison nationale.  Nous disons toujours que la libération de ces prisonniers ou les pourparlers de paix avec les talibans sont un crime contre le peuple afghan et l’humanité en Afghanistan parce que le peuple afghan veut la paix.  De l’autre côté, nous parlons tous des pourparlers de paix avec les talibans, mais depuis le début du processus, plus de 3 000 incidents d’attentats suicides ou de meurtres, etc., se sont produits en Afghanistan.

Juste quelques statistiques qui montrent que des centaines d’Afghans ont été tués par les attaques des talibans juste dans les 6 mois de 2019. De quel genre de paix parlent-ils?  Ils sont assis sur la table et au même moment, ils continuent leurs attentats suicides.  L’organisation de surveillance afghane a déclaré qu’au cours des 6 derniers mois, 16 civils ont été tués chaque jour.  Ce sont des vies.  La vie des Afghans doit compter.

Pour les États-Unis, la vie des Afghans n’a aucune valeur.  L’Afghanistan a été qualifié de pays le plus meurtrier du monde.  Il a été qualifié par l’ONU de troisième pays le plus malheureux.  Ils ont été appelés la nation la plus désespérée du monde parce que nous ne voyons aucun espoir, aucun changement, rien en faveur du peuple afghan dans le cadre de ce processus de paix.  Mais nous, Hambastagi, avons de l’espoir.  Et de nombreuses autres organisations progressistes.  Nous travaillons ensemble, côte à côte et alliés en opposition à ces choses.  Nous avons de l’espoir pour l’avenir.  C’est pourquoi nous luttons contre l’occupation, les fondamentalistes.

Nous avons de très bons exemples.  Dans quelques villes d’Afghanistan, les femmes ont pris l’arme et se sont battues contre les talibans.  Parce qu’ils voulaient se venger d’eux pour les crimes qu’ils ont commis dans leurs communautés.  Tout récemment, dans une province d’Afghanistan, une femme a pris une arme à feu et a tué ces meurtriers.  Une femme avec son frère a pris l’arme contre ces membres talibans.  Dans le nord du pays également, il existe des groupes qui se sont opposés à la criminalité de ces groupes.  Donc, tous ces groupes émergent du peuple, parmi le peuple, contre ces délits ou crimes et la lutte pour la justice nous donne de l’espoir.

Mais nous avons besoin d’une direction très forte, d’un parti progressiste très fort pour diriger et organiser toutes ces forces, groupes et personnes contre les occupants et leur bras local, que sont les talibans et le régime fantoche.  Et nous avons toujours dit que nous sommes inspirés par le mouvement kurde et par le peuple kurde en particulier lorsqu’il s’agit de la lutte contre Daech, nous devons apprendre d’eux et continuer le même combat contre les talibans ici en Afghanistan.  Parce que nous avons la situation similaire en ce moment.

Le combat contre Daech à Kobanê, le combat des habitants d’Afrin, le peuple kurde se bat contre ses ennemis (…. Daech est déjà en Afghanistan. Nous devons donc apprendre d’eux et poursuivre ce genre de combat contre nos ennemis.

ANF : Comment pouvons-nous montrer notre soutien et notre solidarité?

Selay Ghaffa : Nous demandons à nos organisations internationales sœurs et frères, s’il vous plaît, soyez notre voix.  Vous devez lutter contre notre seul ennemi qui est l’impérialisme, l’État capitaliste qui veut gouverner le monde entier.  En Syrie, en Irak, en Afghanistan.  Nous avons un ennemi qui est l’impérialisme.  Combattons-le ensemble.  Nous apprendrons de vos expériences.  Partageons vos expériences avec nous et nous devrions apprendre les unes des autres pour lutter pour la justice, pour les droits de l’homme, pour les droits des femmes.

Nous devons nous soutenir les uns les autres.  Lorsque nous sommes attaqués par le gouvernement afghan, nous voulons que des manifestations et des actions soient organisées devant l’ambassade afghane et ces pays pour les condamner et faire pression sur eux.  La situation en Afghanistan n’est pas seulement liée au gouvernement national.  C’est lié à toutes ces superpuissances internationales comme les pays américains et européens qui ont dépensé leur argent en Afghanistan, tous ces contribuables en Afghanistan.

Vous pouvez faire pression en tant que mouvement kurde sur ces forces internationales US-OTAN.  Arrêtez la guerre en Afghanistan.  Arrêtez le massacre des Afghans en soutenant les groupes criminels comme les Talibans et Daech.  Lorsque les femmes sont sous pression, nous voulons que vous soyez avec nous.  Nous voulons que vous soyez notre voix et que vous fassiez pression sur tous ces gouvernements, pour exprimer que vous êtes également en Afghanistan pour les droits des femmes.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici