« Ils sont tués dans les casernes parce qu’ils sont kurdes, alévis ou arméniens »

0
340
TURQUIE / BAKUR – Alors que les morts suspectes de soldats dans les casernes restent d’actualité, Ercan Aktaş de l’Association d’objection de conscience a déclaré que les jeunes kurdes, alévis, arméniens et socialistes étaient visés et a appelé les familles à ne pas envoyer leurs enfants faire leur service militaire [qui est obligatoire mais qui peut être acheté contre de l’argent].
 
En Turquie, entre 1992 et 2002, 2 220 morts suspectes de soldats ont été enregistrés comme «suicide». Bien qu’il n’y ait pas de données sur la mort de soldats dans les casernes entre 2002 et 2020, après l’arrivée de l’AKP au pouvoir, on déclare que les chiffres sont très élevés, la question étant fréquemment à l’ordre du jour. Les morts suspectes de soldats, qui sont récemment devenues courantes au sein de l’armée, sont couvertes par les mots «suicide», «balle accidentelle» et «crise cardiaque». La demande de justice des familles est ignorée sous l’emprise du pouvoir judiciaire et de la bureaucratie et il n’y a pas d’enquête effective concernant les responsables de ces décès suspects.
 
La mort de soldats dans la caserne est revenue sur le devant de la scène après la mort suspecte du soldat Osman Özçalimli, menacé à cause de son identité kurde alors qu’il servait à la prison fermée d’Izmir Aliağa.
 
« Le militarisme, c’est la mort »
Évaluant le nombre croissant de morts de soldats suspects, Ercan Aktaş, un volontaire de l’Association d’objection de conscience, a déclaré que les jeunes kurdes, alévis, arméniens et socialistes ne devraient pas entrer dans les casernes militaires qui manquaient de légitimité. «Les familles ne devraient pas livrer leurs enfants aux militaires», a déclaré Aktaş, et en tant qu’objecteurs de conscience qui lutte contre le service militaire obligatoire depuis de nombreuses années, déclarant que « le militarisme, c’est la mort ».
Aktas a rappelé les paroles du père d’Osman Özçalimli, décédé de façon suspecte dans la prison d’İzmir Şakran, qui avait dit que son fils lui avait téléphoné deux fois et qu’il lui avait dit qu’il était menacé par d’autres soldats qui l’accusaient d’être un traître à la patrie car il était kurde, et a dit que cette déclaration révélait toute la réalité.
 
« La caserne est une zone de violence »
« S’il y a quelque chose d’aussi facile pour le militarisme que de créer un ennemi, c’est de tuer cet ennemi créé », a déclaré Aktaş, ajoutant que la caserne était une zone de violence. « Pourquoi une personne se suiciderait-elle à quatre heures de la fin de son service militaire? Combien de jeunes mourront des suites d’une balle de l’arme de son ami? C’est claire et net : Uğur Kantar, Kurde et Alévi; Sevag Şahin Balıkçı, Arménien; Deniz Yurtsever, socialiste; Osman Özçelimli, Kurde, ont été tués par leurs pairs et commandants dans les casernes [à cause de leur identité ou idées politiques]. »
« Le devoir patriotique peut être acheté »
Soulignant la nécessité d’évaluer la mort suspecte des soldats dans le contexte du service militaire obligatoire dans des pays raciste et militariste comme la Turquie, Aktas rappelé que le service militaire existait dans très peu de pays. Aktas a déclaré qu’en Turquie, de nombreuses personnes évitent de faire le service militaire dit « sacré » par ailleurs, en l’achetant. « La société ne devrait pas accepter cela. Aujourd’hui, le monde est dans une dimension complètement différente en ce qui concerne la conscription. A part la Turquie, à quelques exceptions près comme la Grèce, la conscription est présente dans très peu de pays. Mais notre mentalité est si arriérée qu’ils pensent que le service militaire obligatoire est un outil par lequel il peut inculquer la conscience nationale en mettant les gens dans les casernes et en dispensant une formation militariste. C’est une pratique qui a été abandonnée il y a longtemps dans le monde. Cependant, il est toujours appliqué de manière persistante en Turquie », a-t-il déclaré.
Rappelant la déclaration de l’historien Michael Howard, « Le militarisme est la perception des valeurs militaires sous-culturelles comme les valeurs dominantes de la société », Aktaş a déclaré: « Si l’expression est élargie davantage, le militarisme peut être défini comme la glorification des valeurs et des pratiques militaires et la formation de la sphère civile. Des jeunes entre 20 et 21 ans meurent dans la caserne. Une société qui se demande « s’il est devenu martyr ou non? », « Il avait des tatouages, si la prière doit être faite ou non », est pourrie. Cet esprit militaire est l’un des plus grands obstacles pour affronter les terribles souffrances et vivre dans un pays sans violence, oppression et guerre. Pour cette raison, il est nécessaire de mener certaines discussions de manière plus dimensionnelle et plus approfondie. Allons-nous oublier Osman Özçelimli, comme nous avons oublié İsmail Akça, Osman Bulut et Yılmaz Köse (…)? Ce qu’on vit, c’est le militarisme alimenté par le racisme / nationalisme. Les jeunes kurdes, alévis, socialistes et arméniens ne devraient pas entrer dans ces casernes qui manquaient de légitimité. Les familles ne devraient pas livrer leurs enfants là-bas. Le HDP devrait être impliqué dans un travail politique plus efficace que de porter au parlement la mort survenue dans chaque caserne ».
«On ne s’habituera pas à cette situation»
Aktaş a déclaré que bien que le militarisme semble tout à fait réussi à naturaliser le meurtre de jeunes avec des politiques nationalistes pendant des années, les objecteurs de conscience, les opposants à la guerre et les antimilitaristes ne s’habitueront pas à cette situation. Aktaş a noté qu’ils continueront à se demander pourquoi Osman Özçelimli a perdu la vie afin que les gens ne s’habituent pas à cette situation.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici