IRAN.Un prisonnier politique kurde menacé d’exécution

0
203
IRAN / ROJHILAT – Arsalan Khodkam, un Kurde du Rojhilat condamné à mort pour «espionnage», risque d’être exécuté. Khodkam a été condamné à mort après un simulacre de procès et des «aveux» obtenus sous la torture. L’homme de 47 ans n’a pas eu le droit de choisir son propre avocat.
 
En 2018, les Kurdes représentaient 28 % des personnes exécutées en Iran, alors qu’ils ne constituent qu’environ 10 % de la population. L’année 2020 risque d’être pire.
 
Arsalan Khodkam, originaire de la ville de Mahabad, est marié et a un fils de 16 ans. Il est membre du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) qui a encerclé et rejoint les Gardiens de la révolution islamique (les pasdarans) dans les années 1990. Après 16 ans d’appartenance aux pasdarans, il a été arrêté et condamné à mort en mai dernier pour ses liens avec le PDK par le tribunal révolutionnaire islamique alors qu’il était en déploiement à Oshnavieh.
 
Une source a déclaré à Iran Human Rights : « La plupart des problèmes d’Arsalan viennent du cyberespace. Il était en contact avec ses amis par le biais des médias sociaux, ce qui était une source de préoccupation pour les pasdarans (IRGC). Pourtant, il a été accusé de préparer un attentat à la bombe, ce qui est faux. Rien n’a été signé par Arsalan et il n’y a pas non plus de preuves. Arsalan a été torturé pendant 36 jours en isolement au sein de la base des pasdarans afin de le forcer à faire de faux aveux. Maintenant, les services du renseignement de l’IRGC sont déterminés à exécuter la sentence. »
 
La source a également déclaré à propos des tortures infligées à Arsalan : « La première nuit, les gardes l’ont battu pendant environ cinq heures jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ils ne lui ont même pas permis d’utiliser les toilettes par la suite. Ses mains étaient liées derrière son dos et il a été renvoyé dans sa cellule. Il a été battu, flagellé et agressé pendant des jours pour faire des aveux forcés. »
 
Des proches du prisonnier politique avaient précédemment déclaré à Iran Human Rights qu’il avait été torturé tout au long de sa détention et contraint d’avouer.
 
Il convient de noter que les prisonniers politiques sont systématiquement privés du droit à un procès équitable, à une procédure régulière et risquent la torture et les aveux forcés en Iran. C’est particulièrement le cas dans les tribunaux révolutionnaires islamiques où les prisonniers politiques sont généralement jugés.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici