TURQUIE. Une avocate emprisonnée en grève de la faim depuis 204 jours ne pèse plus que 43 kg

0
618
TURQUIE – Le métier d’avocat est devenu mission impossible en Turquie, surtout dans les régions kurdes, et ceux qui insistent pour défendre ceux persécutés par le pouvoir finissent souvent en prison. Plusieurs de ces avocats emprisonnés pour « terrorisme » sont en grève de la faim pour avoir droit à un procès équitable.
 
Condamnés à 13 ans, 6 mois et 10 ans, 6 mois de prison pour «appartenance à une organisation», les avocats arrêtés Ebru Timtik et Aytaç Ünsal sont en grève de la faim pour leur droit à un procès équitable. Avec chaque jour qui passe, leur jeûne de la mort les approche d’un stade critique pour leur vie.
 
Arrêtée à la prison fermée de Silivri à la périphérie d’Istanbul, Ebru Timtik mène un jeûne de la mort depuis 203 jours. L’avocat Güçlü Sevimli de l’Association des avocats progressistes (Çağdaş Hukukçular Derneği – ÇHD) a rendu visite à sa collègue en prison le samedi 11 juillet. S’adressant à Bianet à propos de sa visite, Sevimli a déclaré:
 
« Elle a beaucoup maigri. Barkın, son frère avec qui elle reste ensemble, a dit qu’elle pèse maintenant moins de 40 kilos. La décoloration noire sur ses mains, qu’elle a depuis longtemps maintenant, est toujours là. Comme elle n’est pas examinée par un médecin, on ne peut en connaître la cause.
 
Les plaies dans sa gorge et sa bouche se sont multipliées. C’est pourquoi elle avait beaucoup de mal à parler. Elle ne peut pas parler longtemps de toute façon.
 
Elle avait son eau avec elle, mais elle pouvait à peine la boire à cause de ses plaies. Physiquement parlant, il est entendu qu’elle a atteint le stade critique de son jeûne. Elle avait l’air vraiment faible. Mais elle était de bonne humeur. »
 
Sevimli rappelé que le dossier des avocats arrêtés est désormais examiné par la Cour de cassation: « Nous attendons de la Cour de cassation un arrêt rapide et positif. Parce que les vacances judiciaires commenceront le 20 juillet et que les dossiers ne seront pas examiner jusqu’en septembre.
 
Dans la situation actuelle, le risque de décès augmente progressivement. Nous souhaitons que la Cour de cassation annule le jugement et prononce une décision de mise en liberté. (…)
 
C’est ce qui est censé arriver de toute façon, ce dossier doit être abandonné. Ce n’est pas nous qui le disons, mais la loi. Un procès a été tenu en violation de la loi sur la procédure. Lors de la toute première audience, le tribunal a rendu une décision de libération pour tous les accusés arrêtés. Mais après le changement du conseil d’administration, une nouvelle décision d’arrestation a été rendue. Nous espérons que la Cour ne confirmera pas cette injustice. »
 
« Demande d’examen par TTB, TİHV rejetée »
 
S’adressant à Bianet à propos de la question, l’avocat Oğuz Topalkara du Bureau d’avocats du peuple (Halkın Hukuk Bürosu – HHB) a précédemment déclaré:
 
« Ebru Timtik veut être examinée par des médecins de l’Association médicale turque (TTB) ou de la Fondation turque des droits de l’Homme (TİHV). Nous avons fait une demande pour cela, mais elle a été rejetée. Des médecins viennent de l’hôpital de temps en temps et l’examinent. »
 
« Le ministre de la Justice n’est pas le décideur »
 
« Le ministère de la Justice écoute, exprimant également sa tristesse, mais dit qu’il ne peut rien faire. Il y a des bureaucrates des périodes précédentes, ce sont les décideurs. Ils disent : » Nous suivons et faisons le nécessaire « , mais ce qu’ils font est de les libérer quand ils sont au bord de la mort. Ils pensent: « Qu’ils ne meurent pas en prison, qu’ils meurent à l’extérieur » et agissent en conséquence.
 
La pression publique est nécessaire. Dans les années 2000, il y avait 30 caméras qui attendaient devant les prisons lorsque nous nous réunissions dans les prisons. La pression publique n’existe plus maintenant. »
 
Qu’est-il arrivé?
 
Annonçant son verdict dans le procès intenté contre les avocats de ÇHD le 20 mars, le tribunal a jugé que les avocats devaient être condamnés à des peines de prison allant de 3 ans, à 9 mois de prison.
 
La 2ème chambre pénale de la Cour régionale de justice d’Istanbul a rejeté les objections et a renvoyé le dossier à la Cour de cassation.
 
Le parquet général de la Cour de cassation a estimé que les peines d’emprisonnement de tous les avocats, à l’exception de celle infligée à l’avocat Barkın Timtik, devaient être maintenues.
 
La lettre de notification indiquait seulement que la peine d’emprisonnement de 18 ans et 9 mois infligée à Barkın Timtik pour avoir « créé et dirigé une organisation [terroriste] » conformément à l’article 314/1 du Code pénal turc (TCK) devrait être annulée et il devrait également être pénalisé pour «appartenance à une organisation» comme les autres avocats.
 
La lettre de notification émise par le parquet a été adressée à la 16e chambre pénale de la Cour de cassation.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici