Les agriculteurs de Rojava victimes de dommages importants provoqués par la Turquie

0
367
ROJAVA – GIRE SPI – La direction de l’agriculture du canton kurde de Girê Spî a documenté les dommages causés aux agriculteurs à la suite des incendies qui ont éclaté cette année, en précisant que 70% d’entre eux ont été causés par les attaques de l’occupation turque et de ses mercenaires.

Cette année, de grandes surfaces de cultures agricoles dans le canton de Girê Spî / Tel Abyad ont subi des incendies avant et pendant la saison des récoltes, en particulier dans les villages situés le long des lignes de contact avec les forces d’occupation turques.
 
Le conseil du canton de Girê Spî a formé des comités spécialisés dans la coopération et la coordination avec la Direction de l’agriculture pour découvrir et documenter les dommages causés aux agriculteurs par ces incendies.
 
Les comités de la Direction de l’Agriculture basés à Ain Issa ont recensé les surfaces brûlés  : 615 dounams de blé 9 042 dounams d’orge, 10 dounams d’autres cultures, tandis que le nombre d’arbres fruitiers – surtout des oliviers – brûlés est de 3 184. En outre, 1 315 mètres de tuyaux utilisés à des fins agricoles a été brûlés lors des incendis.
 
Le coprésident de la direction de l’agriculture, Abdullah al-Khalil, a déclaré à l’agence de presse Hawar que les zones brûlées se trouvent dans la ville d’al-Jarn, le district de Selok, le district d’Ain Issa et ses villes.
 
De plus, les comités qui ont inspecté les zones de terres touchées par les agriculteurs n’ont pas pu, au cours de leur travail, atteindre les zones des lignes de contact avec l’ennemi turc, dont de grandes zones ont été brûlées à la suite de l’incendie volontaire des mercenaires de l’occupation turque.
 
À cet égard, Abdullah al-Khalil a indiqué qu’ils comptaient ces zones (situées sur les lignes de couture) sur la base de livres certifiés par la commune dans ces zones ou sur l’adoption des tableaux de l’année dernière. Il a expliqué qu’ils ont compté dans Ain Issa seulement par cette méthode 77.463 dunums dans les villages de Moallaq, Saida, al-Loubeida, et al-Jehbal ».
 
Il a révélé que leurs estimations montrent que 70% des zones brûlées sont le résultat des attaques turques, « brûlant directement ou à travers les obus d’artillerie qu’ils lancent sur ces villages presque quotidiennement ».
 
Il a conclu son discours en disant que les résultats des déclarations que leurs comités ont conclus avec leurs statistiques ont été soumis à l’organe économique et agricole de la région de l’Euphrate pour examen et évaluation.
 
Il convient de noter que les forces armées turques et les mercenaires alliés à la Turquie ont intensifié l’incendie des cultures des agriculteurs dans la campagne de Girê Spî pour endommager l’agriculture de la région afin d’affamer la population et de frapper l’économie de la région.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici