Les services secrets turcs font du commerce avec les femmes de l’Etat islamique

0
1203
SYRIE – Selon une source des forces de sécurité du Rojava, les services secrets turcs (MIT) enlèvent des femmes de l’Etat islamique détenues dans des camps surveillés par les Kurdes pour les vendre à leurs familles.
 
Dans un rapport publié vendredi par l’agence de presse d’Etat turque Anadolu Ajansı (AA) sur la « libération des mains des YPG / PKK » d’une femme d’origine moldave et de ses quatre enfants, la Turquie a ouvertement admis que ses services secrets MIT emmène les membres de l’Etat islamique hors du camp de Hol dans le nord-est de la Syrie.
 
Les forces de sécurité de la région autonome du nord et de l’est de la Syrie sont au courant depuis longtemps de ces activités du MIT. Plusieurs opérations du MIT à cet égard ont été empêchées. Une source digne de confiance au sein des forces de sécurité a raconté à ANF le contexte de l’enlèvement de femmes membres de l’Etat islamique à Hol Camp: « Nous avons appris il y a quelque temps qu’un groupe du MIT essayait d’enlever des femmes de l’Etat islamique d’al-Hol et d’autres camps. Nous avons enquêté sur ce sujet et avons arrêté des intermédiaires et des femmes de l’Etat islamique. Nos recherches ont montré que ce groupe du MIT a pris contact avec les parents de femmes étrangères et les enlevées à un prix élevé et les vend à leurs familles ».
 
Le MIT ne s’intéresse pas seulement à l’argent, poursuit la source sécuritaire: « Une grande proportion des membres de l’Etat islamique qui n’ont pas été capturés par les FDS se trouvent en Turquie et dans des zones occupées par l’Etat turc comme al-Bab, Jarablus, Azaz, Afrin, Idlib, Serekaniye et Gire Spi dans le nord de la Syrie. La Turquie enlève des femmes et les emmène chez leurs maris, ce qui les rend encore plus utiles dans la guerre de l’Etat turc. »
 
Dernièrement, les forces de sécurité ont arrêté quatre femmes qui tentaient de fuir vers la Turquie au camp d’Hol le 16 juin. Deux des femmes sont originaires du Soudan, les deux autres de la Tanzanie.
 
Liste des noms trouvés sur un trafiquant arrêté
 
Les FDS ont arrêté le jihadiste syrien et trafiquant d’êtres humains Shahab Ahmed al-Abdullatif en juin 2018. Dans son téléphone, des informations détaillées ont été trouvées sur des conversations avec des membres de l’Etat islamique que le MIT voulait amener de Syrie en Turquie. Le téléphone contenait également une liste de noms de femmes de l’EI qui souhaitaient être libérées des camps d’al-Hol et Ain Issa.
 
Al-Abdullatif a avoué avoir été contacté par le MIT à Urfa, puis avoir organisé le transfert d’argent à l’Etat islamique sous la supervision du MIT et, à la demande du MIT, a introduit clandestinement surtout des djihadistes étrangers de l’Etat islamique en Turquie. Dans un entretien avec ANF en 2019, il a déclaré: « La police m’avait demandé si je pouvais amener des membres de l’Etat islamique de Syrie en Turquie. J’étais censé les emmener de l’autre côté de la frontière et les aider à obtenir des papiers et à louer des appartements. Plus tard, Omar Muhammed Qadir et Abu-Sujah ​​ont conclu un accord avec le MIT, sur la base duquel les services secrets turcs ouvriraient un couloir à la frontière à travers lequel nous pourrions amener les membres de l’Etat islamique en Turquie. »
 
De plus, al-Abdullatif a témoigné que lorsqu’il a rencontré des agents du MIT, il leur a demandé comment faire passer les membres de l’EI de l’autre côté de la frontière: « Ils ont dit:« D’abord, dites-nous d’où ils viennent. Amenez les étrangers ici. Nous vous dirons dans quelle direction aller. Lorsque la police nous a demandé d’amener des membres de l’Etat islamique en Turquie, nous leur avons dit que nous avions besoin de leur aide pour ouvrir un passage à travers la frontière. La police a dit qu’elle n’avait pas assez de pouvoir pour le faire, mais le MIT nous a permis de traverser la frontière. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici