6ème Congrès du PJAK : Pour l’unité et la démocratisation de l’Iran et du Rojhilat

0
137
IRAN / ROJHILAT – Hêvî Dêrik, membre du parti du Kurdistan oriental PJAK, parle des décisions du sixième congrès du parti qui concernent à la fois l’Iran et le Kurdistan oriental.
 
Le « Parti pour une vie libre au Kurdistan » (Partiya Jiyana Azad a Kurdistanê – PJAK) a tenu son sixième congrès dans les montagnes du Kurdistan les 10 et 11 mars. L’une des participant.e.s était Hêvî Dêrik.
Hêvî Dêrik a déclaré : « Le congrès s’est déroulé sous la devise « Construire l’unité démocratique des peuples d’Iran avec le principe de la nation démocratique ». En conséquence, des évaluations et des analyses de la situation politique actuelle en Iran et au Kurdistan oriental ont été faites. Il a été discuté de la manière dont les changements peuvent avoir lieu. Plusieurs décisions importantes ont été prises sur la base de ces analyses. L’une d’entre elles était que la lutte pour la liberté d’Abdullah Öcalan et des prisonniers politiques sera renforcée ».
 
Hêvî Dêrik a souligné deux des thèmes centraux du congrès : la lutte pour l’unité nationale kurde et en même temps pour une unité entre les forces démocratiques de l’Iran.
 
La troisième voie et le modèle de confédéralisme démocratique
 
Hêvî Dêrik a expliqué qu’il est important pour le PJAK de prendre la troisième voie : « Lors du sixième congrès du PJAK, notre principale préoccupation était de trouver un modèle possible pour une solution à la crise et au chaos qui règnent actuellement en Iran et au Kurdistan oriental. Toutes les appréciations, évaluations et décisions ont tourné autour de ce sujet. La politique ainsi que la nouvelle conception du Moyen-Orient, que les puissances hégémoniques veulent réaliser avec les forces régionales et mondiales, n’incluent pas la volonté et les intérêts des peuples qui y vivent. C’est pourquoi le Congrès a défini la politique démocratique sous la forme d’un confédéralisme démocratique comme la troisième voie, la seule possible pour sortir de la politique des puissances hégémoniques ».
 
L’organisation de l’individu est une défense existentielle
 
Le congrès a également abordé le rôle particulier des femmes et des jeunes et les problèmes auxquels ils sont confrontés. Ce sujet a également fait l’objet de discussions approfondies, que Hêvî Dêrik a décrites comme suit : « Les problèmes des femmes, profondément enracinés dans la société, ont été analysés et, à partir de là, des conclusions importantes et des mesures pratiques ont été tirées qui suivront le congrès. Nous croyons fermement que la promotion de la lutte, de l’organisation et de la cohésion des femmes est la réponse la plus claire et en même temps la plus forte aux aspirations politiques actuelles du régime iranien, qui mène des attaques ciblées contre les femmes. Il en va de même pour les jeunes, qui ne peuvent réussir à défendre leur propre identité qu’en s’organisant ensemble ».
 
Lutte pour la démocratisation de l’Iran
 
Hêvî Dêrik a conclu  : « Le 6e congrès du PJAK a traité de toutes sortes d’attaques contre l’identité et la culture du peuple kurde. En conséquence, l’importance de la légitime défense a été discutée et mise au centre. À l’avenir, le PJAK travaillera de manière encore plus déterminée à la démocratisation de l’Iran et à l’unité de tous les peuples qui y vivent. Dans ce cadre, il a été décidé qu’à l’avenir il y aura des efforts diplomatiques accrus pour développer la coopération politique entre toutes les parties intéressées par la démocratie ».
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici