Appel d’une mère pour la libération de sa fille kidnappée par les gangs de la Turquie à Afrin

0
410
SYRIE / ROJAVA – Depuis l’invasion du canton kurde d’Afrin par l’armée turque et ses mercenaires islamiste en mars 2018, les Kurdes, notamment les femmes vivent l’enfer sur terre où l’armée d’occupation turque et ses mercenaires alliés continuent de perpétrer des crimes de guerre et crimes contre l’humanité dans le canton kurde d’Afrin.
Féminicides, viols, mariages forcés, kidnappings, tortures… les attaques et les violences d’une brutalité extrême ciblent en particulier les femmes. Depuis l’occupation d’Afrin en mars 2018, on a enregistré quelque 1 654 crimes contre les femmes à Afrin.
 
Nadia Suleiman, une des femmes kidnappées par les gangs de la Turquie à Afrin
 
Nadia Hassan Suleiman, 20 ans, du village de Quzilbasha du district de Bulbul, et son mari Ahmed Rashid, 23 ans, du village de Bibaka, du même district, ont décidé de retourner à Afrin occupée après leur mariage. Ils ont pu quitter Shahba en passant par Kobanê, d’où ils se sont dirigés vers Manbej et sont entrés dans la région de Jarabulus, qui est sous l’occupation turque.
 
Cependant, les gangs islamistes de la Turquie ont enlevé Ahmed sur la route de Kafar Jannah – Afrin, ce qui a forcé sa femme, Nadia, à se rendre chez son oncle, en attendant que son mari sorte de la prison, mais son oncle est parti pour Alep entre temps, ce qui l’a amenée à aller chez l’une de ses amies, mais plus tard une patrouille armée a fait une descente dans la maison et a kidnappé Nadia et la famille d’accueil (un homme et sa femme).
 
Le nom de Nadia est apparu dans un rapport pour l’organisation des droits de l’Homme à Afrin. Elle faisait partie des kidnappés qui figuraient dans la vidéo divulguée après l’assaut de la milice Ahrar al-Sham et de l’Armée de l’Islam contre le quartier général de la Division al-Hamza dans l’ancien bâtiment de sécurité (Asayish).

Dans le contexte, Afrinpost a rencontré la mère de Nadia, qui est déplacée dans les zones d’Al-Shahba, et elle s’appelle Zeenat Hasan Suleiman, qui a déclaré: «Je viens du village de Qazilbasha (Afrin – Bulbul) et je m’appelle Zeenat Hasan Suleiman. Nous avons été déplacés de force d’Afrin et sommes venus ici, à Tal Rifaat. »

Elle a ajouté: « Nous n’avons rien su de notre fille pendant deux ans, son nom est Nadia Hassan Suleiman, nous ne savons rien d’elle ou de son mari. » Tout d’abord, son mari a été kidnappé, puis ma fille est allée chez son oncle pour rester chez lui jusqu’à la libération de son mari Ahmed, mais son oncle est parti pour Alep et elle a dû se rendre chez son amie pour rester avec elle. »

Soulignant qu’ « une patrouille d’hommes armés a fait une descente dans la maison et l’a kidnappée, son amie et son mari», et elle a déclaré: «J’espère qu’elle sera libérée. J’ai hâte de la voir, d’autant plus que mon mari est mort, et je suis seule à l’attendre. » (Afrinpost)

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici