TURQUIE. Une fosse commune découverte dans la région kurde de Mardin

0
366
TURQUIE / BAKUR – Une fosse commune renfermant les restes des dizaines de personnes a été découverte dans une grotte dans la campagne de Mardin / Dargeçit, au Kurdistan du Nord sous l’occupation turque.
 
Un villageois kurde a découvert des ossements humains dans une grotte du hameau de Gulbiş, du village d’Akyol, à Dargeçit, district de Mardin.
 

Les ossements appartiendraient à des personnes qui ont été enlevées et tuées par le JITEM dans les années 90. Sur les images prises par le villageois Irfan Yakut, qui vit à Altınoluk, les membres et les crânes humains sont clairement identifiables. S’adressant à ANF, Yakut a déclaré que les chasseurs de trésors avaient pris des images des ossements qu’ils avaient découverts.

JİTEM, qui a été créé et géré secrètement par l’État dans les années 90 au Kurdistan, a kidnappé des milliers de Kurdes et les a enterrés dans des fosses communes après les avoir tués. Des ossements de personnes jetées dans des puits d’acides et des grottes après avoir été abattus ont également été retrouvés des années plus tard.

Irfan Yakut est le fils de Yahya Yakut, qui a été enlevé et assassiné par JİTEM* en 1993. Affirmant qu’il est très sensible à la question des personnes disparues étant le fils d’une victime des meurtres politiques, visant notamment les Kurdes, qui ont eu lieu à partir des années 1990, a déclaré Yakut : « La zone où se trouvaient les ossements est une grotte dans le hameau de Gulbiş, près de mon village. J’y suis allé et j’ai pris des photos parce que je savais que les ossements étaient là. J’ai compté au moins 30 crânes. Je pense que ceux-ci appartenaient à des personnes enlevées dans les années 90 parce que des charniers similaires avaient été trouvés à Dargeçit auparavant. »

Yakut a déclaré qu’il avait déposé une plainte pénale auprès du bureau du procureur après avoir trouvé les ossements.

ANF

* Qu’est-ce que le JİTEM ?
JİTEM est le nom du service de renseignements de la gendarmerie turque. JİTEM est l’abréviation de Jandarma İstihbarat ve Terörle Mücadele (service de renseignements et antiterrorisme de la gendarmerie).
Le JİTEM a été actif dans le conflit kurde en Turquie. Après le scandale de Susurluk, les anciens premiers ministres Bülent Ecevit et Mesut Yılmaz ont confirmé l’existence de JİTEM.
Selon Murat Belge de l’Université Bilgi d’Istanbul, qui a rapporté avoir été torturé en 1971 par son fondateur, Veli Küçük, JİTEM est une incarnation de l’Etat profond. En d’autres termes, il est utilisé par « l’Establishment » pour faire respecter des intérêts nationaux présumés, ainsi que par l’aile militaire de l’Ergenekon, une organisation nationaliste turque clandestine. En 2008, les dénégations officielles de l’existence de JİTEM ont commencé à s’effondrer devant les tribunaux, comme en témoignent les anciens membres de l’appareil de sécurité « d’État profond » turc qui ont participé à des activités secrètes et illégales au cours des dernières décennies dans le cadre de l’enquête Ergenekon. (Wikipedia)

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici