Les multiples méthodes de la Turquie pour changer la démographie de la Syrie du Nord et de l’Est

0
198
SYRIE / ROJAVA – La Turquie poursuit diverses méthodes pour changer la démographie des régions occupées du nord et de l’est de la Syrie, dans le but d’une occupation permanente par la formation de partis turkmènes notamment.
 
Depuis que la Turquie a occupé plusieurs régions de la Syrie en 2016, elle s’efforce de modifier la démographie de ces régions par des attaques contre la population de la région, sous le regard complice des instituions internationales, malgré les statistiques et les rapports de nombreuses institutions internationales des droits de l’Homme qui ont documenté les politiques et les objectifs de la Turquie et révèlent la vérité sur les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et le changement démographique mis en oeuvre par la Turquie pour chasser les Kurdes syriens de leurs terres.
 
Déplacement des populations indigènes et installation de familles de mercenaires
 
Plus de 900 000 personnes des différentes composantes kurde, arabe, turkmène et circassienne, vivaient dans les régions d’Al-Shahba (Al-Bab, Al-Safirah, Azaz, Jarabulus, et leurs campagnes) selon les statistiques.
 
Cependant, après l’occupation turque des régions de Jarabulus, Azaz, Al-Bab et Al-Safira, des milliers de civils, en particulier les Kurdes, ont été déplacés. Seul un petit nombre de la population indigène est resté.
 
Selon le Conseil provincial d’Al-Shahba, la Turquie a occupé plus de 230 villages, détruisant complètement plus de 52 villages dans chacune des villes de Jarablus et Al-Rai et des zones d’Al-Bab et déplaçant sa population indigène.
 
Muhammad Al-Ahmad, membre du conseil du district d’Al-Shahba, qui est originaire de la ville d’Al-Bab, déclare : « L’occupation turque se poursuit dans le changement démographique des zones occupées d’Al-Shahba par l’installation des habitants d’Al-Ghouta. Aujourd’hui, la plupart des habitants d’Al-Bab sont des colons ».
 
Pour sa part, l’activiste des droits de l’homme Emad Daoud déclare : « Depuis que la Turquie a occupé Al-Shahba, la politique d’extermination a été suivie contre tous ceux qui s’opposent à la politique ottomane. Elle a eu recours à des enlèvements et des assassinats par des factions de mercenaires avec des dirigeants turkmènes pour contrôler la région. »
 
Daoud affirme que les déplacements ont été causés par la politique de l’État turc contre les habitants de la région et a fait venir les familles des mercenaires de Deir ez-Zorr, Al-Ghouta, Hama, Alep. Ils les ont logés dans des villages kurdes tels que les camps de Tarahin, Kaaba et Qabasin, en plus des colonies construites dans le village de Susian.
 
Après l’occupation d’Afrin par la Turquie le 18 mars 2018, plus de 300 000 civils ont été déplacés et des milliers de familles de mercenaires et de personnes déplacées ont été réinstallées à Al-Ghouta et dans ses environs, à Homs, Alep, Hama et, selon l’organisation des droits de l’Homme Afrin.
 
L’occupation turque a également installé plus de 500 familles palestiniennes à Afrin, selon le Centre de documentation civile pour les réfugiés palestiniens. Elles ont été installées dans le village de Deir Ballut et dans le centre ville d’Afrin.
 
Après que le gouvernement syrien ait lancé une opération militaire sur la ville d’Idlib, l’occupation turque et ses mercenaires ont transféré plus de 200.000 habitants d’Idlib à Afrin.
 
L’occupation turque a également déplacé plus de 250.000 civils de Serêkaniyê et Girê Spî / Tal Abyad après son attaque du 9 octobre 2019.
 
Selon des sources informées, l’occupation turque a installé plus de 2 500 familles dans la ville de Serêkaniyê, et plus de 1 500 familles à Girê Spî.
 
Les parties turkmènes vont changer l’identité des composants
 
« Dans un effort pour consolider son occupation des régions syriennes et découper ces territoires comme elle l’a fait dans la brigade d’Iskenderun au siècle dernier, elle a eu recours à la modification du caractère de certains clans kurdes et à la revendication de leur caractère turkmène en tant que clans Karajaj et Rashwan, en plus de ses efforts pour établir des partis politiques turkmènes à travers Certains mercenaires turkmènes, tels que la Société turkmène et certains partis qui se disent kurdes, sont connus pour leur loyauté envers la Turquie, comme l’ « Association indépendante des Kurdes », selon le juriste Imad Daoud.
 
Muhammad Al-Ahmad, membre du conseil du district d’Al Shahba, ajoute que « l’occupation turque suit la turquification dans les zones occupées pour persuader les gens qu’ils sont turkmènes grâce à des documents et des dossiers remontant à l’époque de la domination ottomane. Elle travaille également à la création de partis turkmènes. En offrant des incitations matérielles et humanitaires qui exploitent la pauvreté des gens. »
 
Une politique dans la continuité de la turkification
 
Immédiatement après l’occupation des villes et des régions du nord-est et du nord-ouest de la Syrie par la Turquie, les principales caractéristiques de ces villes ont commencé à s’estomper lentement, suite à la politique de changement démographique pour chasser les Kurdes, Arméniens, Yézidis ou d’autres populations qui n’étaient pas arabes sunnites.
 
L’occupation turque a turquifié les noms des villages et des villes d’Afrin et des régions d’Al-Shahba. Elle a changé le nom d’Al-Raai au nord d’Alep en « Juban Bey » et le nom de Jabal Aqil en « Polat Al-Bairaq ».
 
L’occupation turque a également changé les noms des places, des rues et des jardins, et les a appelés par des noms ottomans. À Azaz, un jardin de plus de 100 ans a été nommé d’après la « nation ottomane » sous le dessin représentant le drapeau turc.
 
Les renseignements turcs ont également retiré les tours de télécommunications syriennes et les ont remplacées par des tours turques, et ont imposé des transactions en monnaie turque au lieu de la monnaie syrienne, ainsi que formé des structures militaires et de renseignements locales associées.

Dans ce contexte, l’activiste des droits de l’homme Daoud déclare : « Aujourd’hui, après des années d’occupation turque de nos régions, les politiques turques se poursuivent par l’imposition de programmes d’études, de la langue et des sciences turques dans tous les bâtiments et institutions éducatives et religieuses. Ils ont également utilisé la religion islamique pour persuader toutes les composantes de la région avec son projet ottoman, si bien que nous nous retrouvons à recruter des jeunes comme mercenaires pour aller en Libye. »
 
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a reconnu lors d’une interview à la télévision officielle turque, TRT, que la Turquie veut réinstaller un million de personnes dans les zones qu’elle cherche à occuper sous le nom de « zone de sécurité » dans le nord de la Syrie.
 
Erdogan a souligné la possibilité d’installer 530 000 colons dans les régions de Derik et Serêkaniyê et 405 000 entre les villes de Serêkaniyê et Girê Spî.
 
Pendant ce temps, le commandant en chef des forces démocratiques syriennes (FDS), Mazloum Abdi, a répondu dans un Tweet aux déclarations d’Erdogan, en disant que « la Russie et l’Amérique ont la responsabilité de prévenir le changement démographique dans les territoires occupés. Nous les appelons à mettre en œuvre leurs obligations et à mettre en place un mécanisme pour le retour des populations indigènes ».
 
Abdi a ajouté : « Ce que le président turc a annoncé, à savoir qu’il a commencé à travailler à l’installation d’un million de personnes dans les villes de Girê Spî / Tel Abyad et Serêkaniyê / Ras Al-Ain, est une affaire très dangereuse visant à réinstaller des étrangers dans ces villes ».
 
Actes punissables en vertu du droit international
 
La politique d’occupation turque n’a pas respecté les règles et règlements régissant l’occupation en vertu de l’article 42 du règlement de La Haye de 1907 et de l’article 2 commun aux quatre conventions de Genève de 1949, qui empêchaient toute forme de violation pendant le processus d’occupation.
 
La résolution n° 2265 de la trente-cinquième session de l’Assemblée générale des Nations unies a interdit toute ingérence, même pour des raisons humanitaires, sauf autorisation ou bénédiction du Conseil de sécurité, car la Turquie a occupé la ville de Jarablus et s’est étendue dans les zones d’Al-Shahba (Al-Bab, Azaz et Al-Safira) le 24 août. 2016, et a occupé Afrin le 18 mars 2018. En octobre 2019, elle a occupé Serêkaniyê et Girê Spî, sans l’approbation des Nations unies.
 
Selon les dispositions des articles 39 et 51 de la Charte des Nations Unies, l’occupation et l’invasion engagent la responsabilité juridique.
 
Les règlements de La Haye se consacrent également à la protection des biens de la population locale, à la prévention des déplacements massifs ou de la torture à leur encontre, à la prévention des changements sur le terrain ou à l’abolition des lois locales, car l’occupation est une situation temporaire, mais l’occupation turque ne s’en est pas contentée, car elle a commis des violations en construisant un mur de béton autour d’Afrin depuis avril de l’année dernière. Elle a également commencé à construire le mur sur le côté ouest de Girê Spî depuis janvier de cette année pour séparer les deux villes de la Syrie.
 
Daoud a déclaré que « Toutes ces politiques d’occupation se déroulent sous le nez de la communauté internationale et des États syrien, russe et iranien sans même que personne ne les condamne », et a appelé la communauté internationale et les États arabes à rompre leur silence face à l’occupation des territoires syriens par l’État turc et à faire pression pour qu’ils en sortent. Le fait que cette occupation menace la paix et la sécurité internationales et contribue à ressusciter le groupe Etat islamique (DAECH / ISIS) et les organisations terroristes qui seront une pandémie pour les pays du monde. Il a également appelé au retour de toutes les populations indigènes dans leurs villes et villages occupés.
 
Daoud a appelé l’État syrien à sortir de l’influence de la politique des puissances régionales et internationales et à engager un véritable dialogue avec l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est pour libérer toutes les composantes de la Syrie des conflits régionaux et internationaux.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici