En un mois, au moins 22 civils enlevés par des gangs à Afrin

0
248
SYRIE / ROJAVA – Les forces de l’État turc et les mercenaires alliés continuent leurs crimes de guerre dans le canton kurde d’Afrin où ils ont enlevé au moins 22 civils, dont deux femmes, en un mois. Des mineurs sont également enrôlés de force par les gangs alliés de la Turquie.
 
L’avocat Ibrahim Şêxo, porte-parole de l’Organisation des droits de l’Homme d’Afrin, a parlé des pratiques barbares des forces d’occupation turques et de leurs alliés islamistes à Afrin et des crimes contre l’humanité qu’elles y commettent.
 
Şêxo a déclaré à ANHA que 22 personnes, dont 2 femmes, ont été enlevées à Afrin au cours du dernier mois. Signalant que les familles des personnes kidnappées avaient été contactées par les mercenaires leur demandant une rançon, Şêxo a déclaré : « L’une des femmes kidnappées, Hêvîn Mori, vivait dans le village de Celeme à Jindirês. Mori a été kidnappée par des mercenaires de Faylaq al-Sham parce que sa famille n’a pas marier Mori à un mercenaire. Son sort est inconnu. »
 
Şêxo a également indiqué qu’une base avait été créée à Jindirês pour les mercenaires envoyés en Libye. « L’État turc continue d’envoyer des mercenaires en Libye selon les informations que nous avons reçues de sources locales à Afrin. Nous avons appris que certains groupes de mercenaires qui ne voulaient pas se rendre en Libye ont été éliminés. Un dénommé » Emşart « a formé le sultan Murad et des mercenaires de Samarkand avant de les envoyer en Libye. Certains enfants reçoivent des armes. Des enfants de 14 ans ont été faits soldats à Maarat al-Numan à Idlib et un enfant nommé Ebdo Şêxo dans le village de Rota à Mabata a été envoyé de force en Libye. »
 
Şêxo a également déclaré que les mercenaires prenaient dans chaque maison entre 75 000 et 100 000 livres syriennes. Soulignant que les mercenaires continuent de piller, il a ajouté que les lieux historiques de la région ont été pillés au nom de la restauration et que des œuvres de valeur ont été volées et envoyées en Europe.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici