ROJAVA. La région autonome amnistie des prisonniers à la veille de l’Aïd al-Fitr

0
667

SYRIE / ROJAVA – L’Administration autonome du Rojava a décrété une amnistie de masse pour la fête de l’Aïd al-Fitr. L’amnistie exclut les condamnés pour terrorisme, les violeurs et les trafiquants de drogue.

L’amnistie accorde une grâce complète à ceux qui sont accusés de «délits» bien que la l’administration autonome n’ait fourni aucun détail. Le terme est généralement utilisé pour désigner des délits mineurs comme les infractions routières et les infractions aux règles de construction. L’amnistie ne s’appliquera à aucune personne condamnée après ce dimanche.

Kanaan Barakat, le ministre de l’Intérieur de l’administration autonome, a déclaré à Rudaw qu’il ne savait pas combien de personnes seraient libérées, car «les détails de l’amnistie ne sont pas clairs».

Dans le cadre de l’amnistie, les détenus emprisonnés pour des délits ordinaires, verront leur peine réduite d’un tiers, tandis que ceux emprisonnés à vie verront leur peine commuée en 20 ans. Les personnes condamnées à des peines temporaires (non condamnées à mort ou à perpétuité) verront leur peine d’emprisonnement réduite de moitié.

Les personnes atteintes de maladies incurables ou en phase terminale seront également libérées.

Certains condamnés sont toutefois exclus de l’amnistie.

« L’amnistie exclut les violeurs, les trafiquants de drogue, les terroristes et les condamnés recherchés mais en liberté », a indiqué la région autonome de la Syrie du Nord et de l’Ouest dans un communiqué annonçant l’amnistie dimanche après-midi.

«Ils [les gens en général] ne bénéficieront pas de l’amnistie s’ils ne se rendent pas dans les 60 prochains jours.»

Les autorités kurdes de la Syrie du Nord et de l’Ouest / Rojava, détiennent des dizaines de milliers de prisonniers dans des prisons de fortune, y compris des prisonniers politiques et des personnes affiliées à l’État islamique (DAECH / ISIS).

Les autorités du Rojava administrent également plusieurs camps, dont le désormais notoire Al-Hol, qui abrite environ 10 500 femmes et enfants liés ou affiliés à des militants de l’Etat islamique de 54 comtés différents, a déclaré à Rudaw Sheikhmous Ahmed, responsable des camps du Rojava.

La plupart de ces résidents du camp ont été arrêtés en mars 2019 lors de la bataille de Baghouz, où l’Etat islamique a fait son dernier combat dans l’est de la Syrie.

Il y a environ 10 000 membres de l’Etat islamique détenus dans les prisons du Rojava, dont environ 2 000 étrangers en attente de mécanismes juridiques pour les poursuivre. Les responsables de la région autonome ont appelé la communauté internationale à rapatrier leurs ressortissants ou à faciliter les procès en Syrie.

Il y a eu plusieurs tentatives d’évasion de prisonniers de l’Etat islamique et de leurs familles au Rojava – la plus récente dimanche.

Sept militants de l’Etat islamique se sont échappés d’une petite prison de la ville à côté du camp d’Al-Hol. Quatre d’entre eux ont ensuite été repris, mais trois sont toujours en fuite.

Rudaw

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici