HAWAR : La voix de la connaissance

0
724
« Hawar est la voix du savoir. Le savoir est la connaissance de soi. Se connaître soi-même ouvre la voie à la libération et à la beauté. Quiconque se connaît peut également se présenter. Notre Hawar [cri] présentera l’existence de notre langue d’abord. Parce que la langue est notre principale raison d’être. Hawar est un nouveau-né et l’enfant de nos Kurdes. »
Le premier numéro de la revue kurde Hawar a été publié le 15 mai 1932. Depuis 2006, le 15 mai est célébré comme la Journée de la langue kurde.
 
La revue Hawar (Le Cri), qui a été pionnière de l’édition kurde, a une place importante dans l’histoire de la langue kurde.
 
d
 
Le 15 mai 1932, avec le premier numéro de la revue Hawar, une nouvelle page sur les études de langue kurde a vu le jour à Damas, sous la direction de Celadet Ali Bedirxan, Kamûran Bedirxan, Qedrîcan, Osman Sebrî, Cegerxwîn et Nûredîn Zaza, des intellectuels kurdes chassés du Kurdistan du Nord par le pouvoir turc.
 
Hawar a été le premier magazine littéraire kurde en Syrie.
 
Alors qu’à ses début, la revue utilise l’alphabet arabe et latin, Hawar est publié en alphabet latin exclusivement, dès le 24ème numéro.
 
Hawar, qui occupe une place importante dans la préservation de la langue kurde, a été publié de 1932 à 1943.
 
Les 23 premiers numéros du magazine, sur un total de 57 numéros au cours de ses 11 années de vie, ont été publiés en alphabets latin et arabe, mais à partir du 24e numéro, seul l’alphabet latin a été utilisé.
 
Dans le premier numéro d’Hawar, Celadet Ali Bedirxan a écrit: « Hawar est la voix du savoir. Le savoir est la connaissance de soi. Se connaître soi-même ouvre la voie à la libération et à la beauté. Quiconque se connaît peut également se présenter. Notre Hawar [cri] présentera l’existence de notre langue d’abord. Parce que la langue est notre principale raison d’être. Hawar est un nouveau-né et l’enfant de nos Kurdes. »
 
Hawar a publié des articles principalement en kurde, arabe et français. Il y avait 3 à 4 pages de français dans chaque numéro.
 
Les premières pages de la revue comprenaient les écrits de Celadet Ali Bedirxan et Kamûran Ali Bedirxan. Après le 4ème numéro, de nouveaux auteurs ont commencé à écrire dans la revue. Ces écrivains deviendront plus tard des noms importants de la littérature kurde.
 
Depuis le 2006, le 15 mai, date à laquelle Hawar a été publiée pour la première fois, est célébré comme la Journée de la langue kurde.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici